Jump to content

Bons Baisers de Pekin - Stephen Chow (1993)


Florent

Recommended Posts

 

Après la disparition d'un os de dinosaure, le chef de la police secrète chinoise décide de confier l'enquête à un de ses pires agents. Avec tous ses gadgets et un indic qui souhaitre le tuer, ce 007 chinois va devoir retrouver l'objet perdu.

 

Après une ouverture laissant présagé le pire (plus qu’un hommage aux James Bond, cette première séquence m’a semblé être un emprunt au cinéma de John woo, une séquence qui semble un peu en dehors du concept initial), le générique vient affirmé la filiation directe du métrage avec James Bond et ce dans la plus pure tradition des ’70, apogée de la série inspirée des ouvrages de Ian Flemming.

 

De ce moment « pop », le film enchaîne les gags à répétition et ce jusqu’au dernier quart d’heure, moment ou le film s’essouffle petit à petit. Pour autant, l’heure précédente aura vu tout l’humour des meilleures comédies parodique, signé par un Stephen Chow charismatique en 007.

 

De l’humour très second degrés, voire 3ième , mais qui fonctionne tant le rythme effréné du film empêche de réfléchir. Une intrigue linéaire – les services secrets chinois envoient le pire de leurs meilleurs homme retrouver un crâne de dinosaure volé par un homme bionique – fonctionnant avant tout sur une accumulation de gags. Des gags qui ne volent pas très haut mais qui ont le mérite (dans un bon jour) de rire.

 

Bref je m’attendais à quelque chose de moyen et finalement j’ai adoré. C’est court, c’est simple, c’est efficace, un agréable moment.

Link to comment
Share on other sites

Le film est surtout surprenant pour ses ruptures de ton: on passe aisément de la comédie à l'actioner ultra violent, voire même carrément gore. Et dans l'ensemble c'est effectivement haletant de bout en bout. Dommage que la musique qui parodie James Bond avec les pieds soit aussi pourrie.... M'enfin, on a l'habitude avec les films de HK...

Link to comment
Share on other sites

Le film est surtout surprenant pour ses ruptures de ton: on passe aisément de la comédie à l'actioner ultra violent, voire même carrément gore.

 

 

oui c'est vrai, je voulais en parler mais j'ai oubliais...c'est carrément hallucinant par moment (la scène dans le centre commercial, avec le père et son fils)

 

sinon le gag de la lampe de poche est hilarant, comme le coup du flingue qui tire en sens inverse une fois sur deux

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...