Jump to content

MONSIEUR OUINE

Staff ZoneBis
  • Posts

    1,403
  • Joined

  • Last visited

Converted

  • INTERESTS
    Le bridge, la couture et passer l'aspirateur.
  • OCCUPATION
    Crieur de rue ou ramasseur de balle de tennis. Je peux tout faire. Faut juste me proposer l'emploi.
  • LOCATION
    Sous terre

MONSIEUR OUINE's Achievements

Mario Bava

Mario Bava (4/6)

0

Reputation

  1. Je sais pas, le rip annonçait une version 'Uncut'...
  2. J'ai regardé le bluray 'uncut' de Hellraiser, quelqu'un sait ce qui a été rajouté par rapport au montage d'origine ? J'ai vu le film plusieurs fois mais je n'ai pas vraiment remarqué d'images que je n'avais jamais vu...
  3. Je n'avais pas revu TCM depuis peut-être 10 ans. Peut-être plus. Entre temps, j'ai revu le 2, peut-être le 3, les divers remakes, les sous-TCM, du coup j'avais le cerveau pollué de plein d'images que j'imaginais retrouver dans le film. Quel choc de revoir hier soir ce court film à la fois moins riche que dans mon souvenir mais tellement plus profondément marquant. C'est une belle mandale que de revoir aujourd'hui les 20 dernières minutes de ce film, sommet d'humour macabre mâtiné de torture mentale, ces extraordinaires moments de montages lors de la scène du repas (les expérimentations visuelles autour de l'oeil, la scène avec le grand père et le marteau, l'explosif et démentiel final). Pour moi, Massacre, au fond, ce sont deux images qui sont resté profondément dans ma mémoire et qui le resteront à jamais : les gros plans sur l'oeil de Marylin Burns, et la porte en fer que Leatherface reclaque hyper violemment après le premier meurtre.
  4. La force de 'Cold in july', c'est indéniablement son scénario, tiré du roman éponyme de Joe R. Lansdale (par ailleurs co-producteur du film). Beau casting : Sam Shepard, Don Johnson, Michael C. Hall (dont je n'arrive pas à savoir s'il est trop fade ou vraiment parfait pour ce rôle). Dommage que la mise en scène de Jim Mickle soit si illustrative : sans surprise, bien torchée, mais sans éclat. Comme ses films précédents (We are what we are, Steakland), 'Cold in july' est à la fois intriguant mais jamais très passionnant. Dans le langage du monde d'avant, on pourrait dire que c'est un excellent DTV, mais pas vraiment un bon film de cinéma. Les personnages et le contexte sont puissants, mais Mickle semble passer un peu à côté de tout : la dimension tragique du perso de Shepard, les transformations psychologiques des personnages de Michael C. Hall et de Shepard, la plongée dans l'underground de la criminalité texane.
  5. J'ai toujours eu du mal à considérer Gregg Araki comme un 'grand cinéaste', cependant je prends toujours un très grand plaisir à revoir régulièrement chacun de ses films — surtout ses derniers : 'Kaboom' et 'Smiley Face'. Les films d'Araki résonnent en moi plus que je veux bien me l'avouer. Je crois que j'aime par dessus tout la violence onirique et acidulée avec laquelle il donne à voir le monde. Sous la surface lisse et Pop de ses images et de son univers, il y a toujours une étonnante profondeur, mais jamais rien de retord ou d'excessivement intellectuel : le rapport d'Araki au monde passe par les sens et son cinéma est tout tourné vers cette transmission. Je vois dans sa démarche une vraie franchise, un désir d'être accessible en utilisant des formes mainstream (la culture pop, le soap opera) mais sans aucun cynisme, juste dans l'espoir de révéler la vérité d'un monde à ce point obsédé par l'apparence. White Bird in a Blizzard' pourrait être vu comme une version 80's & New Wave de 'Far from Heaven' (Todd Haynes), mais raconté du point de vue de l'adolescente. 'White Bird' fait fusionner le traitement de ses films "sérieux' (Mysterious Skin, Splendor) avec des touches propres à ceux de sa veine pop/barrés. On se retrouve ainsi dans une approche quasi hypnotique, jamais vraiment raccord du réel, parfait traitement pour un film qui parle au fond de notre refus de regarder ce que nous avons sous les yeux (c'était aussi le sujet de 'Mysterious Skin', dont 'White Bird' est en quelque sorte la petite sœur un peu moins sordide). Le casting est vraiment époustouflant de justesse (comme souvent chez Araki qui se joue des caricatures qu'il donne à jouer et de ce que charrie la filmographie passée de chaque acteur) et se fond parfaitement dans la singularité de son univers. Pour ce qui est du pitch, mieux vaut découvrir le film sans trop creuser car le récit est au fond sans surprise (mais c'est aussi et surtout le sujet du film : la banalité de nos existences, jusque dans ses déraillements), presque déceptif, seul son traitement impulse toute sa valeur à ce film discrètement extraordinaire.
  6. Hum... Je me posais une question ce soir après avoir revu ce film : Quelqu'un sait pourquoi il n'y a pas eu de TERMINATOR SALVATION 2 ? Pourquoi ceux qui possèdent la franchise sont partis vers une autre idée pour la suite, au lieu d'exploiter le truc mis en place par McG? Le film a fait un bide ?
  7. Il est "exigeant avec lui-même" ? Bah dis donc, qu'est-ce que donneraient ses films si il se relâchait un peu...
  8. The Hangover était un bon buddy-movie (si, si) assez classique et gentiment graveleux, le second était géniale une relecture dramatique et crépusculaire du premier, et je me demandais sur quoi Todd Phillips allait clore sa trilogie. Réponse : par un film mou du cul qui se clôt sur une totale absence de propos ou de morale. Tout ça pour ça, donc ? On sent que seul le (génial) personnage de "Chow" intéresse Phillips, Galifianakis prends tout ce qui reste d'espace disponible, donc la mécanique tourne à vide, John Goodman cabotine toujours et encore, le reste du casting cachetonne en attendant la fin. J'attendais une sorte de "film somme" des deux premiers avec une sorte de super conclusion qui remettrait un peu en perspective la totalité des trois films, malheureusement The Hangover III n'est qu'un produit d'exploitation d'une franchise qui a tourné cynique. Dommage, il y avait tant, tant à dire sur cette Amérique sortant d'une longue gueule de bois consumériste...
  9. Bah moi, je suis très agréablement surpris. Et Dieu sait que je n'ai jamais apprécié un seul film de Snyder. Entendons nous, le film est d'une laideur ahurissante et la bande son vraiment grotesque, cependant, je ne comprends pas bien ce que vous n'avez pas compris. L'intrigue n'est pas du tout remise en question à la fin du film, elle ne vole pas du tout en éclat "à la faveur des 10 minutes où on te donne les clefs pour comprendre que, en fait ce que tu vois c'est n'importe quoi". Au contraire, on nous montre dès le début la scène de théâtre que la psy utilise comme outil de projection du trauma vécu, on sait donc que chaque scène imaginaire projetée aide chacune des filles à surmonter les violences auxquelles elles sont confrontées dans l'asile, donc que chaque scène se passant dans l'imaginaire se passe AUSSI dans la réalité (voir le nombre de plans se déroulant devant des miroirs, chaque action est donc double). J'ai apprécié que Snyder nous le suggère, qu'il n'appuie pas lourdement la métaphore. Il nous prends pour des grands, et je n'ai pas eu la sensation qu'il jouait avec nous avec des twists relou, chaque élément finit par trouver sa place ou son reflet dans l'un ou l'autre monde. Moi, Sucker Punch m'a rappelé les films Mamoru Oshii, on y retrouve une même fausse "ludicité" dans la structure scénaristique et de la mise en scène mais cachant un profond sens du tragique et manifestant une forme de "pessimisme combatif". Je ne capte pas vos réactions, que le film soit critiquable sur le plan esthétique, oui, 1000 fois oui, mais c'est un faux film superficiel cachant une sacrée profondeur, et qui se termine en plus sur un message d'espoir en direction de toutes les filles abusées, battues, violées, prostituées. C'est une putain d'ode aux pouvoir de l'imagination, un plan de survie pour toutes les filles amochées du monde entier. Venant de Snyder, en plus !! Monsieur Cinéma Viril himself qui nous ponds un manifeste féministe d'autodéfense mentale !!! Quoiqu'on puisse penser formellement du film, je trouve que la réalisation de ce film est un acte vraiment beau venant de Snyder, et je reste vraiment étonné qu'on ne parle ici que de "chouquettes" alors que le mec nous ponds JUSTEMENT un film sur la violence que nous exerçons sur les femmes...
  10. Hilarante chronique de "Vivre pour survivre"... sur Le Mouv' ! http://surtestripes.blogspot.fr/2013/08/canicule-15-vivre-pour-survivre.html
  11. Le dernier Brisseau est hors-compète, il a été réalisé avec 400 000 euros. Combien de millions pour Les Salauds ?
  12. En attendant "Machete Kills", Rodriguez vends ses fesses (et son univers) à Nike :
  13. Rien de plus triste que le spectacle d'un(e) cinéaste qui n'a plus rien a dire et fait tourner à vide son petit manège formel. Dans sa première demi-heure, Les Salauds est d'une laideur assez commune à ce cinéma contemporain numérique, mais on est intrigué par cette micro-histoire et par la sécheresse avec laquelle elle est racontée. Vers le milieu, on commence à pressentir que ça ne va nulle part. Le dernier quart d'heure est carrément embarrassant, le film rame dans les grandes largeurs, cite laborieusement les scènes les plus clichés de Lost Highway à deux reprises, et se conclue sur deux scènes totalement grotesques. Bref, le naufrage total, autiste, sûr de lui, laid, mal foutu, mal cadré (que des gros plans à 80%, une torture à regarder). Ce n'est pas un film qui est sorti en salle, c'est un brouillon de film.
  14. Étude de cas : http://surtestripes.blogspot.fr/2013/08/canicule-10-bad-lieutenant-escale-la.html
×
×
  • Create New...