Jump to content

The kindred - Jeffrey Obrow & Stephen Carpenter - 1987


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Deux réalisateurs, cinq scénaristes...décidement, cette petite série b n'en demandait pas tant

 

On espérait pas plus du dernier film de ce tandem qui a toujours voué leur travail à la série b d'horreur, avec des titres relativement méconnus comme La secte du crépuscule, La force ou House of blood. D'ailleurs je suis curieux de voir ce que ça donne...

 

The kindred sera le seul à trouver sa place à Avoriaz, et ceci durant l'année 87 : bien malheureusement pour lui, rayon erreur génétique, La mouche gagnait déjà la place haut la main.

 

Jeune scientifique, John est appelé au chevet de sa mère mourante, lui demandant de détruire toutes ses recherches, la plupart tournant autour d'un certain Anthony, qui serait le propre frère de John. Etrange découverte...

Après le décés de la vieille femme, menacée par un collègue malfaisant, John débarque dans la maison de campagne de sa mère, accompagné de ses camarades et de sa petite amie. Se joint à eux la mystèrieuse et charmante Melissa, grande admiratrice des travaux de Madame.

Alors que les recherches s'activent, ça grouille dans le sous-sol de la maison, où s'agite d'étranges créatures aquatiques et voraces...dont le fameux Anthony.

 

On se laisse prendre gentiment par ce petit produit honnête et pas bien méchant, dont les créatures tentaculaires ne bénéficient pas forcément d'un design de haute tenue, mais parcourent l'écran avec vitalité. A cela, le film est aussi poisseux qu'un bocal de formol : on notera quelques sursauts assez cracra, comme l'attaque du squid Anthony dans la voiture, enfouissant ses tentacules sous le visage d'une potiche, ou la transformation franchement atroce d'un personnage.

J'ai beaucoup aimé l'idée des "ratés" du patibulaire Rod Steiger qui sont à peine exploités au final, et surgissent de manière un peu gratuites

 

Amanda Pays est

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...