Jump to content

Vase de noces - Thierry Zéno - 1974


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Morceau de pelloche undegroundesque rejoignant la grande famille de ces trips cinématographiques flattant bas instincts et cauchemars refoulés. En l'état, on pourrait parler du film de Zéno comme de l'équivalent zoophile de Nekromantik, mais ce serait un peu trop facile, voire même carrément réducteur.

 

J'ai quand même trouvé la chose irregardable en fin de compte, sans pour autant lui déceler quelques qualités, un peu comme le dément Begotten : la relation sentimentale et sanguinaire d'un fermier et de sa truie sur une demi-heure, d'accord ; sur 1h30 euh

Musique baroque et allégre, décors excrémentiels, tabous en l'air : au croisement de Pasolini et de Waters, ça donne.

 

Par contre, l'état du vhs rip qui traine ça et là n'a pas aidé.

Link to comment
Share on other sites

Morceau de pelloche undegroundesque rejoignant la grande famille de ces trips cinématographiques flattant bas instincts et cauchemars refoulés. En l'état, on pourrait parler du film de Zéno comme de l'équivalent zoophile de Nekromantik, mais ce serait un peu trop facile, voire même carrément réducteur.

 

Et par moment presque tendre pour finalement finir dans le désespoir le plus total. Il faut effectivement faire attention à ne pas être trop réducteur. Une expérience cinématographique rare; le genre qui se voit et qui ne se raconte pas. Au risque de tomber dans le travers dont nous parlons plus haut.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...