Jump to content

This must be the place - P.Sorrentino - 2010 ?


DPG
 Share

Recommended Posts

News du jour vue sur Allocine. Je relaie vu que pas mal de monde suit Sorrentino ici !

 

"Sean Penn sera une Rock Star chez Paolo Sorrentino !

 

Sean Penn pourrait tenir le rôle titre du prochain film de Paolo Sorrentino, "This must be the place", dont l'action se déroule non pas en Italie... mais aux Etats-Unis ! Une première pour le réalisateur d'"Il Divo".

 

Sean Penn dans le prochain Sorrentino ? C'est fort probable. L'acteur américain, oscarisé pour son interprétation d'Harvey Milk, serait en pourparlers avec le réalisateur italien Paolo Sorrentino (Il Divo) pour tenir le rôle titre de son prochain film, This Must Be the Place. Un long métrage signé Paolo Sorrentino et Umberto Contarello, dans lequel une ex-star de rock qui se lance à la recherche de l'assassin de son père, un ancien nazi réfugié aux Etats-Unis. Une grande première pour le réalisateur italien Paolo Sorrentino qui s'exporte outre-Atlantique pour la toute première fois. Seule ombre au tableau, le tournage du film ne devrait pas débuter avant que le réalisateur d'Into the Wild ne viennent à bout de ses (nombreux) projets, parmi lesquels The Three Stooges des frères Farrelly, Tree of Life de Terrence Malick et Fair Game de Doug Liman.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

 

Bande-annonce >

 

L'acteur préféré de kevo qui joue un zombie recherchant un nazi. Mais pas de zombie-nazi

 

J'ai très envie de voir ce film. Personnage solitaire et badant + road-movie pour retrouver quelqu'un + le petit truc en plus qui peut rendre le film magnifique = le kiff pour moi

Link to comment
Share on other sites

Un film assez surprenant que ce "This must be a place". Le film m'a dans un premier temps déconcerté, voire même franchement laissé sur le bord de la route pendant une grosse demi-heure. Je ne sais, je ne rentrais pas dedans, toute la présentation du perso de Penn m'a saoulé, tout me semblait factice, toc, faussement décalé mais vraiment foiré... Puis dès qu'il part de chez lui, ça démarre enfin et le récit trouve progressivement son équilibre. On se laisse alors bercer par ce road movie atypique, le personnage devient de plus en plus attachant, les gens qu'on croise également, le film allant souvent là où on ne l'attend pas, mêlant des instants profonds à des trucs très légers, des trips contemplatifs à des purs instants de comédie. Cette alchimie finit par fonctionner sur la durée, nous réservant en cours de route quelques vrais beaux moments de cinéma, entre décalage, poésie et intimisme.

 

Je m'attendais à mieux au vu des précédents films du réal, j'ai même eu franchement peur pendant la première partie, mais ça reste finalement un bon moment, même si je reste réservé sur Sean Penn. Je ne l'aime pas bp d'habitude, ça a encore été le cas. Pendant une grosse demi-heure, j'avais plus l'impression de voir un sketch des Inconnus qu'un film, puis bon, petit à petit, on s'y fait, mais sans que ça soit, à mon sens, une vraie bonne idée...

mis à part pour le plan final, qui justifie à lui seul l'emploi de ce look de débile dans le reste du film...

 

Link to comment
Share on other sites

Road-movie agréablement badant et bien foutu. Pas exceptionnel ni à voir absolument mais au moins je n'ai pas perdu mon temps, c'est déjà ça.

 

Et je n'ai pas compris le message du film

 

 

Jusqu'au bout je me suis dis que c'était encore une façon de dire que l'on doit être ce que l'on est et puis voila. On grandit avec notre propre expérience et que malgré ce que l'on a fait ne soit pas super bien, on est comme on est. Et fuck dans la face à ceux qui se foutent de notre gueule. Mais dès que l'on voit le retour de Sean Penn en mode normal j'étais .

 

Alors finalement je n'ai pas compris. Et puis pourquoi le nazi il sort tout nu ? Il doit avoir froid.

EDIT: c'est bon, ça j'ai compris.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

 

Je pense que la première demie heure est assez déconcertante car il nous fait ressentir l'ennui de son personnage, ça va à son rythme et donc forcément, c'est vraaaiiiment lent (heureusement que les dialogues sont limités ).

Mais Cheyenne quitte sa barraque pile au moment où ça menaçait de devenir chiant, pour prendre un rythme un peu plus entrainant. Après, c'est une magnifique suite de rencontres et d'émotion tout en subtilité et en simplicité.

C'est mon premier film de Sorrentino et ce mec a un putain de talent, c'est magnifiquement réalisé, et quelques scènes m'ont laissé (le live de David Byrne, tout con niveau mise en image mais putain ça déboite; ou encore les 1; 2; 3 du nazi à la fin.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...