Jump to content

Malpertuis - Harry Kumel - 1973


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Ah ben Les lèvres rouges m'avait fait une belle impression mais là waouh !

 

Yann est marin et à peine est-il revenu à terre qu'il poursuit une jeune fille ressemblant vaguement à sa soeur. Une bagarre de cabaret plus loin, il se retrouve à Malpertuis, un gigantesque manoir maudit où réside son Oncle mourant. Bien que haïssant cet endroit, Yann est retenu non seulement par sa soeur, mais également par les conditions testamentaires de l'Oncle Cassavius : le jeune garçon doit également faire face à une tripotée de personnages curieux, tous épris de liberté et n'attendant que la dernière heure du terrible patriarche...

 

Ce qui m'empêche d'aller crier au chef d'oeuvre, c'est peut-être le récit, trop allongé par instant : il me semble que film ai été décliné en deux versions, la plus longue étant celle voulue par le réalisateur. Malgré ça, on est en face d'un des plus bels exemples de fantastique franco-belge, un conte surréaliste et labyrinthique habité par un casting de standing international (Michel Bouquet, Orson Welles, Sylvie Vartan, Jean Pierre Cassel : sinon, tout va bien) hanté par la beauté polymorphe de Susan Hampshire (au moins cinq rôles !!). Et quelle fin sans doute l'un des plus beaux twists qu'il m'ai été donné de voir au cinéma...(à une chute poussive près quand même).

Les ruelles de Brest vidées, ce carnaval morbide, ces bars malfamés, ce manoir interminable et séculaire : atmosphère magique, teintée de perversité et de romantisme. Et puis bon, Delerue à la musique en plus.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...