Jump to content

kevo42

Membre ZoneBis
  • Posts

    5,169
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by kevo42

  1. Toujours pas vu Crisis jung. Et j'ai vu qu'un épisode de la saison 2 de Pipoodoo. Et j'ai pas vu She-ra non plus. Je sais pas ce que je fais de mes journées.
  2. Les bonnes gens de Racer Trash ont fini par mettre leur montage sur Vimeo. Si ça vous intéresse, il vaudrait mieux regarder vite, car je ne sais pas si cela restera longtemps. Ce soir ils diffusent leur nouvelle production, Boards of Kaneda, qui est comme vous pouvez l'imaginer Akira avec des musiques de Boards of Canada.
  3. J'ai l'impression qu'un certain nombre de jeux de fin de génération sont difficiles à jouer sur PS4 fat.
  4. Ca a l'air plutôt chouette. J'aime beaucoup l'idée que depuis John Wick, les studios américains s'autorisent à juste faire des films d'action avec de la grosse bagarre et fusillade. Ca fait plaisir de voir Millenium faire ça. Et j'aime assez l'idée que des gens devenus un peu ringards (Campbell, Maggie Q, et d'une certaine manière Michael Keaton même s'il a un retour de hype) puissent se relancer de cette manière.
  5. De ce que j'ai compris de l'histoire originale, y a moyen que ce soit un peu gay En tout cas, ça a l'air très beau et un peu chiant. J'avais bien aimé son Peter & Elliott le dragon mais j'ai jamais osé Ghost story. J'ai découvert sur Twitter qu'il y avait une version avec Miles O'Keefe , Sean Connery, Peter Cushing et John Rhys Davies (toujours là quand il faut porter l'armure) appelée l'épée du vaillant.
  6. Ah zut. J'y connais pas grand chose en King, donc je pensais bêtement que quitte à faire une "grosse" production, ce serait sur un bon roman
  7. Je n'ai pas tout compris à ce que raconte la bande annonce. Il me semble que Julianne Moore a perdu son mari joué par Clive Owen. Mais celui-ci lui a laissé une chasse au trésor à suivre qui va la mener vers des choses un peu flippantes car il s'agit d'une adaptation de Stephen King. D'après IMDB, les 8 épisodes de cette série seraient réalisés par Pablo Larrain, ce qui me rend très curieux. La bande annonce rappelle l'ambiance de Castle rock, en partie parce que c'est une prod J.J. Abrahms, et en partie parce que les histoires de King ont toujours un peu la même esthétique. Il y a quelques très beaux plans dans la bande annonce qui font bien envie. Le casting a l'air profond (il y a même Han de Fast & furious). D'après IMDB toujours, la série est écrite par Stephen King lui-même, ce qui il me semble n'est pas un gage de réussite. Ce sera sur apple tv+ début juin.
  8. C'est Tom Hardy. Du moment que tu lui laisses faire des voix débiles, il t'embête pas sur la qualité du film.
  9. Ce week-end j'ai joué deux heures à Remember me, le premier jeu des auteurs de life is strange. C'est un beat'em up réalisé pour Capcom, ce qui à l'époque était hype, et avec le recul est assez étrange. L'univers est créé par Alain Damasio, et le jeu est encore très beau pour un jeu PS3. J'aime beaucoup la direction artistique : on sent l'odeur de pisse qui caractérise si bien Paris, un sentiment très fort que j'ai rarement ressenti dans une représentation artistique de la ville lumière. On se fait agresser par des clodos et des crs. C'est étonnamment réaliste pour un jeu de science fiction. Le test de Gamekult de l'époque reprochait une histoire pas terrible, et c'est vrai que l'histoire a pas l'air terrible. Là encore, bizarre de se dire qu'un jeu des auteurs de life is strange ait une histoire nulle, surtout si Damasio a bossé dessus. Comme quoi, la vie est parfois vraiment étrange.
  10. Le film qui va réconcilier DPG avec les productions Netflix ? Mélanie Laurent dans son meilleur rôle ? Un huis-clos où l'on suit Mélanie Laurent se réveiller dans un caisson de cryogénisation où l'air se fait de plus en plus rare. La clé de la survie se trouve dans ses souvenirs. Je n'avais jamais entendu parler du projet et pourtant ça sort demain avec semble-t-il une bonne presse. Cette critique (sans spoiler) m'a bien chauffé par exemple : https://www.pastemagazine.com/movies/oxygen-review/ J'avoue qu'en me levant ce matin je n'avais pas du tout réfléchi à la possibilité d'un film à la Buried d'Alexandre Aja avec Mathieu Amalric dans le rôle d'une intelligence artificielle. C'est sûrement la preuve que la vie peut encore nous surprendre.
  11. L'affiche La bande annonce Images rapides pour te dire ce qu'il va y avoir dans la bande-annonce : check Chanson que tout le monde aime remixée pour être inquiétante : check (je comprends d'ailleurs pas du tout le choix de la chanson) Baston qu'on comprend pas : check mais pas trop quand même, on préfère filmer Tom Hardy qui fait des oeufs avec le symbiote. Quand même assez fou de faire un trailer aux enjeux aussi peu compréhensibles sur un sujet aussi simple. Les points positif : Tom Hardy qui fait des têtes de Tom Hardy. Ca va être aussi bête que le premier.
  12. La scène post-générique faisait craindre le pire. Je n'ai pas vu le livre de la jungle réalisé par Andy Serkis. Je n'ai pas l'impression que l'on en ait beaucoup parlé (cf. la discussion dans l'autre topic sur les films distribués par Netflix). Le film sort en septembre et toujours aucune bande annonce. C'est effectivement dans pas si longtemps.
  13. J'ai chopé le jeu sur PS5 via le PS plus, mais je n'ai pas (encore) de PS5, donc je ne peux pas t'aider. De ce que j'ai compris, c'est vite répétitif mais tu passes quelques bonnes heures à bouffer des gens. Qu'attend-on de plus de ce jeu ?
  14. Le risque étant que ce soit une sorte d'umbrella academy en à peine mieux.
  15. J'aime bien Ready Player One et je n'ai pas vu los Bastardos donc je suis sûrement la cible du film. Pas encore vu cependant car j'étais trop occupé à faire du théory crafting sur des séries marvel.
  16. Owen Wilson power ! J'en attends beaucoup, et je pense qu'on va avoir beaucoup de surprise et d'espièglerie.
  17. Il y a plusieurs façons d'aborder la série. Je l'ai trouvée très réussie dans sa manière de continuer les événements de Captain America and the winter soldier et Civil War. On retrouve Bucky, Sam, le baron Zemo, Sharon Carter, qui doivent trouver leur place dans l'univers changé par les événements de Avengers infinity war et endgame. On retrouve même Georges Batrock, le terroriste méditerranéen à l'accent québécois à couper au couteau. Dommage que Crossbone ait explosé dans civil war, sinon, il aurait été là, j'en suis sûr. L'introduction d'un nouveau captain america pose la question de l'héritage du bouclier : étant donné les débordements qui sont maintenant associés à l'armée américaine, notamment avec la guerre en Irak, est-ce pertinent d'avoir un Captain America ? A l'inverse, qu'est-ce que ça voudrait dire pour Sam, en tant qu'Afro-américain, de devenir Captain America ? Les personnage d'Isaiah et les flag smashers apportent une dimension sombre, et le fait de présenter Zemo comme un personnage vengeur qui cherche à détruire les super soldats est intéressant. Daniel Brühl a sacrément la classe d'ailleurs. La série présente de nombreuses scènes d'action impressionnantes pour une série. Le créateur de John Wick a travaillé sur la série et ça se sent. Il y a une volonté de proposer un thriller d'action politique assez ambitieux. Après, il faut pas se cacher que c'est une série marvel, forcément un peu confuse politiquement, prise entre sa volonté de parler de quelque chose de réel et des catégories de héros / méchants qui rend confus certains personnages. C'est très net dans les personnages des Flag smashers et de John Walker. Quand les flag smashers sont présentés, on ressent le même effet de sympathie que pour Killmonger dans Black panther, plaçant la série dans les discours accidentellement de gauche. En effet, les méchants sont des réfugiés qui se servent de leurs supers pouvoirs pour attirer le regard du monde sur l'injustice faite auprès des populations faibles. Voir Sam, Bucky et le nouveau Captain America leur tomber dessus avec tous les moyens du complexe militaro industriel américain laisse un drôle de goût dans la bouche. La série ne sait pas tellement se positionner là-dessus, les méchants faisant des trucs de méchants pour être moins sympathiques, sans que l'on comprenne bien pourquoi. En même temps, on a de vrais exemples historiques célèbres de groupes d'extrême gauche qui sont tombés dans un terrorisme indéfendable. Ce n'est pas si irréaliste. La position de Sam à leur égard est assez floue. Le dernier épisode offre à ce niveau une fin assez satisfaisante, mais pas tellement bien écrite. De même, on ne sait pas trop que penser de John Walker. Dans les comics des années 80, il s'agissait clairement d'un facho psychopathe, qui au fil des réécritures mettait un peu d'eau dans son vin. Là, on a un militaire très compétent, mais qui pète les plombs. On se dit que la série va parler des dérives militaires américaines, et en même temps pas vraiment. Dans la presse, les scénaristes disent qu'ils ont voulu rendre le personnage sympathique, ce qui a pas mal fait réagir sur les réseaux sociaux. Disney essaie d'être du côté des luttes sociales avec un aspect black lives matter très développé, sans se mettre à dos cette amérique qui vote à 50% pour Trump, sachant que de toute façon aux Etats-Unis, on ne dit pas de mal des militaires. Du coup on a ce personnage de anti-héros mais pas fondamentalement méchant, mais quand même méchant. De ce point de vue, on est dans le Captain America de Joe Biden, qui essaie de plaire à des groupes sociaux aux intérêts très divers. Le film critic hulk a écrit des articles très intéressants sur la manière dont la série n'arrive pas à construire une progression dramatique des personnages par les actes plutôt que par la parole. C'est tout à fait vrai, et en même temps, c'est marvel : une écriture qui va tout souligner à la truelle car elle doit être comprise de tout le monde. Donc oui, ça aurait pu être mieux. Malgré tout, j'en garde avant tout du positif. En termes de mécaniques de personnages marvel, il se passe plein de choses qui vont avoir de grosses conséquences dans l'univers Marvel. Ce n'est pas stupide même si ça pourrait être écrit de manière plus subtile. Les scènes d'action assurent à fond. La série se regarde toute seule en étant très bien rythmée. Donc, honnêtement, si vous aimez Marvel, c'est une série indispensable.
  18. Holy motors a été un succès critique assez énorme je crois, à défaut de public. J'imagine qu'il s'agit d'un film de prestige avant tout. Carax a-t-il déjà eu la palme ? Ca pourrait être le bon moment.
  19. Shang-Chi, jeune étudiant bien dans sa peau, est en réalité le fils du Mandarin, puissant parrain de la mafia chinoise, qui l'a entraîné pour pouvoir prendre sa suite. Comme il s'agit d'un film marvel et pas d'un film de Johnie To, Shang-Chi va bien sûr devenir un héros grâce à son incroyable maîtrise du Chi. Pas grand chose à dire de cette première bande annonce. Le pouvoir du héros n'est pas super impressionnant (il est fort comme Scott Adkins, mais bon contre Hulk c'est un peu léger) et on devrait avoir le mélange classique d'humour (Awkwafina est là pour le rire, et devient bonne cliente de Disney après Raya), d'action et de oh non je n'aurais jamais cru que tu pouvais faire ça, oui tu sais je fais un peu d'exercice mais j'ai une vie compliquée. Elle confirme néanmoins 1 / que Disney a décidé de refaire tout le cinéma de Hong Kong en moins bien après Mulan. 2 / que Marvel engage vraiment des réalisateurs bizarre sur ses films pour leur faire faire chacun exactement le même film . Ici, il s'agit du réalisateur de States of Grace, film indé pas mal avec Brie Larson qui travaillait en foyer pour jeune difficile. Le réalisateur des scènes de baston (et donc vrai réalisateur du film ?) est Bradley James Allan, cascadeur de Jackie Chan et chorégraphe / réal seconde équipe de Scott Pilgrim et the world's end.
  20. La vie d'artiste c'est dur, les enfants c'est dur, la vie avec Marion Cotillard c'est dur, mais heureusement il y a les chansons. C'est un film de Leos Carax. Pas de singe avec du Gérard Manset cette fois-ci, semble-t-il. Ca a l'air très beau.
  21. Je suis troublé par le fait que 1 - l'acteur ressemble vite fait à Tahar Rahim sur l'affiche 2 - l'on puisse encore faire des accroches de type : "il est l'arme ultime de la CIA" en 2017
  22. Castle Rock est une série basée sur l'univers de Stephen King. Elle n'adapte pas un de ses livres mais des Kingismes, ces tics de scénario de l'écrivain de l'horreur. Chaque saison a une intrigue différente. Dans la première saison, on suit Henry Deaver, avocat poisseux au passé trouble, revenant dans sa ville natale pour défendre un homme ayant passé plus de 30 ans dans une geole secrète du pénitencier de Shawshank, le directeur étant persuadé qu'il est l'incarnation du diable. On sait que J.J. Abrahams est un gars très fort en note de synthèse, et cette première saison d'un show qu'il n'a pas écrit mais produit le confirme. Ce n'est pas du King, mais on a la prison, l'hôpital psychiatrique de son univers, des références, un personnage qui a le shining (même si ce n'est pas dit ainsi), Bill Skarsgard sorti de Ca et Sissy Spacek de Carrie. On est donc dans les petits chaussons. L'intrigue de la première saison est plutôt intéressante, et certains épisodes très bien réalisés. Le septième épisode, raconté du point de vue d'un personnage atteint de la maladie d'Alzheimer est carrément bluffant. Toute la construction du mystère est très bien faite, et le personnage de Bill Skarsgard très inquiétant malgré lui. Malheureusement, la série reprend un peu aussi de King la tradition des fins mi-figue mi-raisin mêlée à la tradition de Jean-Jacques Abrahms de répondre au mystère par du mystère. L'intrigue ouvre ainsi de nombreuses portes qu'elle n'a pas bien envie de fermer. Comme Derrick, on ne sait pas s'il s'agit là de l'oeuvre d'un rhétoricien redoutable ou d'un parfait crétin, mais on est perdu. Je n'ai pas vu la deuxième saison, mais le fait qu'elle parte sur d'autres personnages fait que je ne crois pas qu'elle apporte vraiment de réponse. Malgré tout, la série est bonne pour qui aime Stephen King. Il y a de très bonnes scènes et de bons personnages.
  23. Gamekult vient de faire une émission de décryptage. Ca peut t'intéresser quand tu auras terminé. https://www.gamekult.com/emission/que-reste-t-il-d-inside-le-dernier-ne-des-esprits-tortures-de-playdead-3050837623.html Par contre le code nécessaire pour terminer le jeu avec la deuxième fin est tiré par les cheveux. N'hésite pas à regarder dans une solution. Perso, j'avais trouvé la plupart des éléments cachés dès le premier run. Pour ceux qui restaient j'ai regardé dans la solution dans quelle zone ça se trouvait, mais pas comment on y accédait. Mon âme n'est pas pure mais ça m'a évité de me retaper tout le jeu.
×
×
  • Create New...