Jump to content

L'araignée de satin - Jacques Baratier - 1986


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Petit hommage à Catherine Jourdan quand même, morte le 18 Février dans un certain anonymat. Sa silhouette hantait quelques titres étranges (et méconnus) comme L'eden et après, Zoo Zéro ou cette Araignée de satin rediffusée en Février à la Cinémathèque durant le cycle Baratier.

Une belle occasion loupée pour ma part mais je me suis rabattu comme je pouvais...

 

Un film érotique très singulier il faut l'avouer, se faufilant ci et là dans les couloirs d'un pensionnat de jeunes filles où saphisme est le maître mot des lieux (Breillat au scénar : ça s'invente pas). Beaucoup de douceur malsaine, de ténèbres ouatées, dans une atmosphère appelant la décadence et même l'occulte : jeux cruels, rites étranges, relation ambiguës, désir brûlant...

A mi-chemin entre Jean Seberg et Mylene Farmer, la larme à l'oeil, les lèvres pulpeuses et le regard tremblotant, Jourdan déborde de sensualité aux côtés d'une Ingrid Caven en directrice lesbos. Beaucoup de grâce (la danse sur le miroir ondulant comme de l'eau), de mystères, et des dialogues ciselés venus d'un autre monde.

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...