Jump to content

Deux Heros - Chang Cheh 1974


Lord Ruthven
 Share

Recommended Posts

 

Un heros échappé du temple Shaolin en flamme en rencontre un autre qui se promenait dans le coin et ils vont taper sur la gueule de ces salopards de Mandchous.

 

Chang Cheh s'intéresse donc (une fois de plus ? je n'ai pas vu son film Shaolin sur le même sujet) à un mythe fondateur de l'histoire et des arts martiaux chinois pour livre une oeuvre...toute pourrie . Sur le fond, Deux Heros c'est juste le vide à son meilleur.

 

Heureusement, Deux Heros se voit sauver par un côté bourrin bien appréciable. C'est bien simple, ça castagne tout le temps et je crois bien que personne du casting ne peut faire trois pas sans se manger un pain ou en distribuer. A ce titre, le style de combat des deux heros titres sont bien complémentaires, entre la brutalité létale de Hung (joué par le Justicier de Shangai) et l'élégance vaniteuse de fang (qui trimballe en outre un éventail du plus bel effet).

 

Pas mal de bourre-pif et d'os cassés dans ce film donc, qui s'achève sur un dernier acte en forme presque littérale de leçon de kung-fu, les deux héros associant leurs styles respectif (le tigre et la grue) pour en découdre.

 

Deux Heros, c'est bourrin, ultra-linéaire, c'est con et il vaut mieux pas gratter sous les images au risque de tomber en dépression. Un coup de mou au milieu tout de même, le film n'en avait pas spécialement besoin.

 

Sinon c'est du Chang Cheh, y'a des idées de mise en scène pas dégueu (les filtres rouges pour souligner les morts, à la fin), y'a du sang rouge peinture qui coule sur les corps, les deux héros se tombent dans les bras et la fille a un rôle muet de 2 minutes cumulées.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Je me suis enquillé quelques Chang Cheh cette semaine en terminant par ce titre, et je commence à me dire que le monsieur n'a finalement pas fait grand chose de bien en dehors de "Un seul bras les tua tous" et "La rage du tigre".

"Deux héros" n'est pas détestable, mais c'est tout de même plan-plan et les chorégraphies sont un peu balourdes - c'est ultra découpé, sans réelle fluidité, on dirait que les mecs font de l'aérobic ce qui ne manque pas de gâcher les scènes de baston. Heureusement qu'il y a un méchant moustachu, un mec qui se fait péter les deux bras, et un final très joliment filmé qui glorifie le rouge du sang technicolor dans un cadre labellisé Shawscope de très belle tenue.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...