Jump to content

Diplomatie - Volker Schlondorff - 2014


DPG
 Share

Recommended Posts

La nuit du 24 au 25 août 1944. Le sort de Paris est entre les mains du Général Von Choltitz, Gouverneur du Grand Paris, qui se prépare, sur ordre d'Hitler, à faire sauter la capitale. Issu d'une longue lignée de militaires prussiens, le général n'a jamais eu d'hésitation quand il fallait obéir aux ordres. C'est tout cela qui préoccupe le consul suédois Nordling lorsqu'il gravit l'escalier secret qui le conduit à la suite du Général à l'hôtel Meurice. Les ponts sur la Seine et les principaux monuments de Paris Le Louvre, Notre-Dame, la Tour Eiffel ... - sont minés et prêts à exploser. Utilisant toutes les armes de la diplomatie, le consul va essayer de convaincre le général de ne pas exécuter l'ordre de destruction.

 

 

Dussolier. Arestrup. Parait que la pièce de laquelle le film est tiré était une tuerie. Ca m'intrigue. Ca sort dans 10 jours !

Link to comment
Share on other sites

Il y avait une avant première hier, je me suis laissé tenter. C'est pas mal, mais pas non plus THE tuerie. En fait, le pitch est fort, mais bon, on sait tous déjà comment ça va se finir. Alors on s'assoie et on profite du face à face entre deux acteurs, mais pas "tellement plus". Dussolier est correct, Arestrup est, comme d'hab', génial. Mais bon, ça reste un peu trop "théâtral" et monotone sur la durée. Même si le film a le bon gout de ne faire qu'une petite 1h30. Voilà, des bonnes idées, des bonnes répliques, pas mal de questions soulevées, sur ce qu'on ferait à la place d'untel ou d'untel, l’intérêt personnel face à l’intérêt général, la petite histoire dans la grande, tout ça, tout ça... C'est pas déplaisant, pas mal foutu, mais pas non plus LE truc immanquable du siècle.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Je rejoins l'avis de DPG. L'intérêt du film se situe principalement dans le face à face des deux acteurs. Le reste est sans réelle surprise et passablement statique, mais pas totalement inintéressant. J'ai entendu une interview de Arestrup qui faisait la comparaison entre la réalité historique et les apports dramatiques nécessaires à la pièce. J'avoue que ces éléments sus avant la projection ont apporté un petit plus au visionnement (l'élément le plus marquant étant que Von Choltitz ait pris la décision qu'il a prise tout seul, sans l'intervention d'une tierce personne).

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...