Jump to content

Une lettre ne s’écrit pas – Guillaume Levil - 2014


kevo42
 Share

Recommended Posts

Ca a l'air entre le et le

 

 

Le résumé d’Allociné est tellement beau et 100% bullshit que je suis obligé de vous le retranscrire tel quel : « Julien et Nina établissent un pacte avec l’univers : il doivent profiter de la vie, quel qu’en soit le prix. Cette décision les mènera-t-elle au bonheur, ou au contraire à leur disparition ? »

 

En réalité, deux amis décident de ne jamais faire deux fois la même action, ce qui les amène essentiellement à se promener nus dans la ville, en se prenant très au sérieux. L’homme est malade de la mort, ce qui les amène à se poser de multiples questions (et à se promener nus, aussi).

 

Est-ce que ça fait envie ?

 

Pour paraphraser Julien Lepers, je dirais : oui, oui, oui, oui, oui, oui, c’est beau, ça.

 

On tient là un film qui a le potentiel d’un Alice et les Désirs. On assiste là à la totale du film ultra indépendant voué à l’échec : exaltation de la liberté qui passe par des gens nus, phrases pseudo-philosophiques nombrilistes à la ramasse, réalisation amateur et acteurs approximatifs.

 

Le film passe au Brady, et encore pas tous les soirs, donc il va falloir faire vite.

 

Une séance que, avec un peu de chance, vous pourrez raconter à vos petits-enfants.

 

J’hésite presque à m’inscrire sur un site de sortie collective pour en faire la publicité.

 

dZX9Ol46S6c

 

On admirera au passage la bienveillance du réalisateur qui sous-titre sa bande-annonce alors que le film ne passe que dans une salle dans son pays d'origine.

 

A conseiller à ceux qui écoutent Fauve au premier degré

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...