Jump to content

A mort l'arbitre - Jean Pierre Mocky - 1984


DPG

Recommended Posts

Pour avoir sifflé un penalty entraînant la défaite de l'équipe locale, un arbitre est poursuivi par une bande de supporters de l'équipe perdante.

 

Un bon petit Mocky, carré, efficace, qui va droit au but (ah ah). 1h22, emballé c'est pesé. 1h22 de supporters cons comme la lune, de gros beaufs avinés dont la bêtise va s'en trouver renforcée par l'effet de groupe et les pousser dans leurs derniers retranchements et leurs plus bas instincts. Le film prend le prisme du foot, mais le discours va bien au delà. On imaginerait très bien le même récit avec n'importe quel groupe de militants de nos jours, des vegans qui traqueraient un charcutier, des antifas qui traqueraient Eric Zemmour, etc... ça fonctionnerait aussi bien ! Le cast est aux petits oignons, Serrault est formidable en leader des hooligans, les seconds rôles ont tous des trognes pas possibles, le couple Eddy Mitchell / Carole Laure est plutôt touchant. C'est souvent un peu lourd, trop gros pour être honnête, mais la satire fonctionne, il y a un côté "BD", too much, parfaitement assumé. Un peu comme si on avait mélangé Yves Boisset et Hara Kiri. Je le reverrais pas tous les 4 matins, mais ça se mate très bien ! Belle petite découverte, imparfaite, mais généreuse et rentre dans le lard, à l'image du cinéma de Mocky.

Link to comment
Share on other sites

J'ai adoré (bon ça doit faire 10 ans que je ne l'ai pas vu mais j'en garde un très bon souvenir). L'époque où un Mocky était encore regardable (jusqu'à la fin des 80's). C'est vrai que le trait est grossier (la Mocky's touch) mais cette chasse à l'homme a fonctionné sur moi du début à la fin : on se demande comment ça va se terminer pour Eddy Mitchell et sa compagne en face de cette bande de dégénérés nordistes finie à la bière-saucisse. Faudrait que je le revoie pour voir si ça me fout toujours la pétoche.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
×
×
  • Create New...