Jump to content

Samaritan (Le Samaritain) - Julius Avery (2022)


Benj
 Share

Recommended Posts

sylvester-stallone-62cc7f891f809.jpg

Citation

Âgé de 13 ans, Sam Cleary suspecte que son mystérieux et solitaire voisin, Mr. Smith, soit en réalité une légende qui se cache au grand jour. Il y a 25 ans, le superpuissant justicier de Granite City, Le Samaritain, a été déclaré mort dans un entrepôt, après un combat tragique avec son rival, Nemesis. La plupart des gens pensent que Le Samaritain a péri dans les flammes, mais certains habitants, comme Sam, ont bon espoir qu’il soit encore en vie. Alors que la ville est au bord du chaos et que les crimes se multiplient, Sam se donne pour mission de persuader son voisin de sortir de sa cachette et de sauver la ville de la ruine.

 

C'est très honnête. On a vu le film 50 fois, ça ne révolutionne rien, et c'est un peu cheap sur les bords mais ça reste tout de même plus honorables que les derniers Marvel et DC.

Parce que c'est sobre en fait, ça ne décide pas de raser des pays entiers dans des gerbes de CGI. Bon les CGI de la fin grattent un peu les yeux, mais au milieu on a un truc classique et bien fichu avec un Stallone qui bafouille son texte en trainant la patte.

Rambo Last Blood en comparaison était bien plus à chier.

Donc bonne surprise.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Ce moment où tu as pris un jour de congé pour toi. Le fiston est à l'école, madame au boulot, et après avoir bouffé gras, tu t'affales sur le canapé. Amazon Prime, qui connait bien tes goûts, te propose le juste choix entre le dernier Stallone -le samaritain, donc-, et un Arnold inconnu au bataillon (Kill Gunther, 2017 tout de même). Stallone  a une barbe comme dans les Faucons de ma Nuit, un flash mou d'un avis positif sur zonebis fait le reste. Hop !

 

Une ville à la dérive, une mère courage, un gamin qui trouve du confort du mauvais côté de la loi, un Bad Guy qui harangue les laisser-pour-comptes à se révolter, en brandissant un marteau géant (la faucille ils ont pas osé). Un héros cabossé. On comprend ce qui a attiré Sly dans ce projet super-heroique iconoclaste, qui emprunte autant à Joker qu'à Incassable.  Comme Stallone se refait pas, ça se termine à coups de poing dans la gueule.

 

Le twist est visible de très loin, mais j'avoue que j'aurais été déçu que le fin mot soit pas ça...

 

Bref, c'est bon, Samaritain.

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...