Jump to content

Zodiac de David Fincher (2006)


Stéphane
 Share

Recommended Posts

Ne réinvente pas le polar qui veut, et lorsqu'il ne traverse pas les hanses de cafetières, David Fincher impose, selon les époques et les thèmes, une relecture de la peur et de l'oppression avec une perfection rarement atteinte. Après le thriller spatial Alien 3, le thriller reformatant tous ses paires Se7en, et le thriller social, rebelle et culte Fight Club, il se penche aujourd'hui sur le thriller réalité. Zodiac, film de tueur en série inspiré du maniaque ayant réellement cumulé les victimes entre 1966 et 1978, sans jamais avoir été inquiété ne se limitera-t-il donc qu'à une énième chasse au monstre sous les pluies diluviennes ? Un Se7en bis ? Ce serait mal connaître le bonhomme.

 

Du Zodiac, le vrai, et celui des romans, il est primordialement question de communication, et du mystère perpétuel que l'assassin s'est auto façonné pour semer la terreur à San Francisco et nez et la barbe de tous. Inutile d'attendre des courses poursuites, des arrestations en masses et autres révélations finales de carnaval pour ne se limiter qu'à l'énigmatique mode opératoire du bonhomme qui, effectivement, méritait bien un film. Ou comment l'ordure s'amusait à avertir plusieurs jours à l'avance la presse et les autorités sur où, quand et comment il commettrait son prochain méfait. On le sait déjà, personne n'a jamais réussi à l'arrêter et c'est justement l'approche purement défaitiste de l'histoire et le côté calculateur de son "héros" qui rappellent à quel point Fincher est ici dans son élément. La morale sur Hemingway clôturant Seven, le regard acide sur la société de consommation dans Fight Club, et son obsession du moindre détail dans sa mise en scène (cf les bonus de l'exceptionnel coffret 3 DVD de Panic Room) en sont les preuves.

On compte donc sur le réalisateur pour maintenir la tension tambour bâtant à travers les trois enquêtes parallèles de Jake Gyllenhaal, Robert Downey Jr., et Mark Ruffalo, respectivement journalistes et inspecteur de police, qui tenteront de limiter le nombre de victimes à défaut de mettre le coupable sous les verrous. En attendant les premiers extraits et surtout le film prévu pour l'automne prochain, les premières photos viennent de tomber.

 

http://www.dvdrama.com/rw_news-13843-0-zodiac-de-david-fincher-premieres-images.php

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 74
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Un des films que j'attends le plus en 2006 (la phrase la plus prononcée lors des fêtes de fin d'années généralement... ) avec The Fountain !

Dès que c'est du Fincher, je craque. Même si c'est vide comme l'excellent Panic Room ! Vas-y David, montre leur qui est le meilleur !

Link to comment
Share on other sites

Dès que c'est du Fincher, je craque. Même si c'est vide comme l'excellent Panic Room ! Vas-y David, montre leur qui est le meilleur !

 

+1 On ira, bras dessus bras dessous, de p'tites étoiles dans les nyeux

 

Mais c'est clair ! Vive les traversées d'anses de cafetières en 3D ! Depuis que j'ai vu ce film, tous les matins, je traverse l'anse de ma cafetière !

Fincher est grand, point barre.

Link to comment
Share on other sites

Depuis que j'ai vu ce film, tous les matins, je traverse l'anse de ma cafetière !

 

Au réveil, c'est une expérience quasi mystique que de faire ce voyage bref mais énergisant à travers une ouverture de, oh 3cm de haut ?? Oui, moi c'est juste l'anse de ma tasse de thé mais ça marche très bien aussi

 

ZODIAC ? Si si, ça m'intéresse, je connais bien l'histoire du vrai tueur en série et j'ai le bouquin de Robert Graysmith (The Zodiac Killer) mais pas encore lu. C'est assez facinant voire carrément incroyable à quel point il a nargué la police. Il a disparu très soudainement - est-il mort ? En prison pour un autre crime ? La police avait reçu de nouvelles missives récemment mais qui se sont avérées fausses. Seule une pourrait être authentique...

 

A modern day Ripper, en quelque sorte.

 

 

Si c'est Fincher, c'est bien !

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...
From the director of Seven and Panic Room

 

Putain les cons de ricains, ils oublient le plus grand film de Fincher, merde quoi, Fight Club est un chef d'oeuvre. Je me calme pour dire à quel point j'attends ce film... enfin un peu comme la majeure partie du forum

Link to comment
Share on other sites

From the director of Seven and Panic Room

 

Putain les cons de ricains, ils oublient le plus grand film de Fincher, merde quoi, Fight Club est un chef d'oeuvre. Je me calme pour dire à quel point j'attends ce film... enfin un peu comme la majeure partie du forum

 

T'as raison !!!

 

 

C'est mieux comme ça !

Link to comment
Share on other sites

Fight club...génial...The game pourquoi pas...et Panic Room une grosseMerde pour moi...je ne peux qu'espérer à un retour jouissif de Fincher...donc en attente je suis

 

UNE MERDE un film concept mise en scène, un générique, des acteurs, des plans merveilleux, alors il y a un je ne sais quoi qui freine ce film à devenir quelque chose de grand mais dire que c'est une merde...tu rend mon coeur tout triste

 

... ah oui au fait The game est un putain de film (big up à Télé 7 jours pour l'édition collector à 5,95€ )

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • 2 weeks later...
Ahhhh je retrouve mon GunCrazy des grands jours, comme à la bonne époque ou tu nous dégottais des trailers en avance sur tout le monde.

 

Sinon le trailer du Fincher ... Mouaih

 

d'un côté il a juste vu la news sur Ecranlarge ou pas en fait j'en sais rien bref tout ça pour dire que le trailer est (trop ?) sobre que l'accent semble être mis sur l'enquête en esperant que que le tueur est une place plus menacante car là pour le coup on est loin de Seven ou du Silence des agneaux voire de Resurrection pour autant quelque plan m'ont donné des frissons tellement c'est (trop ?) beau

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Ca y est, Zodiac n’est plus une vue de l’esprit puisque d’heureux critiques ont pu voir le film lors des ses premières projections aux États-Unis. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les premiers avis sont très enthousiastes. Variety salue la « cohérence du scénario » et « l’onirisme » qui habite le film en affirmant que l’absence de résolution de l’intrigue dépasse le « sensationnalisme » de Seven. Le magazine va jusqu’à décrire le long-métrage comme « le plus mature » de David Fincher. Du côté du Hollywood Reporter, on s’accorde également à dire que la longueur du film (2h37) ne nuit pas au résultat final, malgré quelques rares baisses de rythme. Le journal insiste sur la performance des acteurs, en particulier Robert Downey Jr. qui « volerait » chaque scène dans un rôle de journaliste d’investigation. Les deux articles se rejoignent quant au fait que la musique de David Shire n’est pas le seul élément qui rappelle Les Hommes du président d’Alan Pakula. Une référence plutôt encourageante.

 

Source: Ecran Large

Link to comment
Share on other sites

 Share


×
×
  • Create New...