Jump to content

last days - Gus van Sant (2005)


The Wall

Recommended Posts

sujet : une rock star déambule dans la forêt et dans une maison avant de se faire sauter le caisson. De l'art de se faire chier en 90 minutes. Pourtant amateur de cinéma radical et parfois extrêmement chiant, je suis resté à la porte de ce "last days" qui, il est vrai, ne me tentait guère. N'étant pas le moins du monde fan de Kurt Cobain et n'étant même pas touché par sa fin suicidaire, je restais curieux de voir ce que Gus van Sant allait en tirer. Et finalement, j'ai vu beaucoup de cheveux sales, beaucoup de nuques et beaucoup de verdure pour....rien. N'ayant visiblement rien à dire, le cinéaste a choisit d'épurer au maximum son film. La tentative est louable, mais on n'est pas obligé d'apprécier et l'on est en droit de trouver cela parfaitement vain et poseur. Suivre les déambulations d'un personnage qui marmonne quelques syllabes durant 1 heure et trente minutes, c'est pas vraiment passionnant, d'autant qu'on cherche en vain un sentiment de désespoir qui pourrait expliquer le suicide. Michael Pitt reste planqué derrière ses cheveux pendant tout le film et nous livre une prestation de camé de plus. Rien de bien sensationnel. Même la furie Asia Argento est sous-employée. Finalement, le cinéma de Gus van Sant n'a jamais autant ressemblé à celui de Sharunas Bartas, et ce n'est pas un compliment dans ma bouche. 0 [img]http://www.cadrage.net/lastdays.gif[/img]
Link to comment
Share on other sites

tout pareil : Ce qui fait la force d'un film est non seulement de savoir quoi dire, mais aussi comment le dire. Van Sant a su comment dire : d'un point de vue formel, c'est réussi. Mais le problème est qu'il ne dit pas grand chose. Ou ne sait pas quoi dire. On va m'indiquer que les borborygmes quasi-inaudibles de Blake montrent la parole d'un artiste que le public ne réussit plus à entendre ou que l'artiste est arrivé au bout de son expression? Bof. Je me suis honteusement emmerdé à la vision de ce bel objet filmique. Très libertaire dans sa forme, mais très Cannois dans sa finalité. Asia Argento montre son cul et ... traverse le film. elle ne fait rien d'autre, tous comme les autres protagonistes du film. Une scène de baise entre les deux mecs (qui gardent leurs sous-vêtements, bien vu!), des scènes de lit ave les deux nanas. Un travelling arrière de 6 minutes sur une vitre de la maison de campagne où on devine Blake en train de faire quelque chose (de la musique? une errance entre le canapé et le fauteuil?) avec une musique rock qui va crescendo et qui ressemble furieusement à du sous-Goblin. Purement gratuit, le plan est plastiquement réussi mais tombe dans le vide. La narration de certaines scènes racontées deux fois, avec deux points de vue. Autant dans la fin de Jackie Brown, cela prend un sens clair, autant ici cela tombe à plat. On reste impressionné par la virtuosité du geste mais attérré par le vide que cela engendre. Bref, je regardais ma montre une fois, deux fois, plusieurs fois et j'avais envie de crier...mais putain, suicide-toi qu'on en finisse! J'ai fait du jogging, du jammin', rockin', fumin', ...mais je m'emmerding toujours autant. Last days est un objet à la plastique quasi-irréprochable, immaculé, régressif mais inanimé. SWS dit : O
Link to comment
Share on other sites

Moi j'ai trouvé ça correct. Le début est un peu mou du genou. Y'a quelques trucs énervants genre ses marmonnements de camé tout le long. Beaucoup de silence alors bien sûr ça paraît vide mais je crois que c'est le propre de l'existence d'un futur suicidé: la traversée d'un grand vide, du néant! :D Ce que je retiens c'est une pléiade de beaux gosses mal lavés et des passages musicaux pas mal!
Link to comment
Share on other sites

C'était justement le propos de Gus VS de ne pas faire un film sur le rock'n'rooooll avec tous les clichés inhérent au genre (piquouzes, headbanging à gogo, zique métal à donf etc.). Comme mes amis je regrette que Gus ne soit pas tombé dans les clichés inhérent au genre (piquouzes, headbanging à gogo, zique métal à donf etc.). :(
Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

Vu hier soir, et je dois dire que j'ai trouvé ça plaisant.

Evidemment, j'aurai moi aussi assister à plus de fureur rock'n roll, mais en même temps, j'ai trouvé ces derniers jours aussi beau que poisseux et étrangement fascinants, sans pour autant assister à une perle ultime. Van Sant parvient à faire de la subversion de la manière la plus opposée possible à celle adoptée par Cobain ou tout autre rocker, ce qui est finalement logique et inattendu étant donné le contexte.

 

Donc pour bibi: X

 

Par contre:

 

 

une musique rock qui va crescendo et qui ressemble furieusement à du sous-Goblin

 

Du sous Goblin ??? Je n'ai peut-être pas une oreille très musicale, mais une chose est sûre, si les Goblin avait fait moitié aussi bien que ce que j'ai entendu dans ce film, inutile de dire que j'aurai tous leurs disques à l'heure actuelle. C'est totalement suggestif, on est d'accord, mais je t'avouerai que je ne comprends absolument pas cette comparaison avec le groupe italien.

 

D'ailleurs, en parlant des Goblin, je me suis refait LES NOUVEAUX BARBARES hier soir, et y a pas à dire: la BO est la meilleure zik de Simonetti de toute sa carrière solo

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...