Jump to content

Foto prohibite di una signora per bene (1970) L. Ercoli


riton
 Share

Recommended Posts

 

 

Un soir alors que son mari est absent, Minou se fait poursuivre et molester par un mystérieux agresseur aux allures de maniaque sexuel. Peu après, alors que son amie Dominique lui montre sa collection de photos coquines, elle le reconnaît sur un cliché. Ce même inconnu la contacte par téléphone, lui fait entendre une bande qui prouverait que son époux a commis un meurtre, et menace de tout révéler à ma police si elle ne se présente pas chez lui...

 

Le photo proibite n'appartient pas à proprement parler au giallo pur jus et on n'y trouvera pas d'excès violence graphique.

On est plutôt dans le domaine du thriller à suspens, bien que le vrai sujet du film soit en réalité... la sexualité. Dagmar mariée, bourgeoise rangée mais aux fantasmes pas éteints qu'elle tente de noyer dans l'alcool, se retrouve aux prises avec un Simon Andreu qui se délecte de ses frissons, Susan Scott en femme sans complexes et libérée : d'ou que l'on regarde, c'est bien le même thème que l'on retrouve. Cependant, Ercoli ne mise pas sur la visibilité de la chair, et la nudité proprement dite ne s'étale pas à l'écran. Le coté évocateur des images travaillées, fétichisées, les symboles sexuels, les sous-entendus de pratiques SM dispense l'auteur d'avoir à effeuiller cruement ses actrices, même si on ne lui aurait pas reproché s'il l'avait fait. A l'inverse d'un courant qui adopte un discours stigmatisant pour pouvoir en montrer plus, Ercoli se la joue assez délicat mais ne condamne nullement les "audaces" sexuelles de ses héroines, bien au contraire.

 

 

On est donc en présence d'un film qui tente d'être assez classieux malgré ses petits moyens. Certains se plaindront sans doute de la lenteur des développements de l'histoire, et il faut bien avouer qu'ils n'auront pas tout à fait tort. L'impact de cette petite faiblesse sur le plaisir de visionnage dépendra bien sûr des sensibilités.

 

 

Le score de Morricone et Nicolai est très présent , et à juste titre puisqu'il est aussi très réussi.

 

Le DVD de chez BU présente une belle copie au format scope, hélas en version anglaise seulement. En bonus, la bande annonce et une interview de Gastaldi courte mais bonne.

 

 

 

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...