Jump to content

Equus - Sidney Lumet (1977)


Florent
 Share

Recommended Posts

Plombant et soporifique au possible. Hyper bavard et mise en scène étrangemment lourde.

Le seul film de Lumet auquel je n'ai pas du tout accroché.

 

La mise en scène est transparente (et parfois pas très fine, voir le parrallèle entre le cheval et Jesus) mais les dialogues (surtout les monologues) m'ont transporté. Burton et Firth sont habités et la fin m'a laissé traumatisé.

 

C'est un film qui se vit (du moins moi je l'ai pleinement vécu) après je pense que cela dépend de ce que l'on y cherche, de ce que l'on y voit, bref des attentes de chacun.

Link to comment
Share on other sites

Je ne sais pas ce que c'est une mise en scène transparente.

A partir du moment ou je suis devant un film, tout est mise en scène. Et de "mon curé chez les nudistes" à "casino", je n'ai jamais rien décelé de transparent à ce niveau.

 

non mais je disais la même chose que toi d'une certaine manière

 

pour moi transparente c'est qu'elle est commune, il n'y a pas de réelle "touch"...bon encore une fois ou j'aurai dû me la fermer...

Link to comment
Share on other sites

Rhoooooooo tout de suite!!!

Tu as simplement aimé le film, et me concernant, pas du tout.

On n'est même pas du tout d'accord sur la notion de transparence de mise en scène, telle que tu la définie pour ce film en tous cas... Lumet est un grand metteur en scène, car le plus souvent sa mise en image est à la fois subtile et élaborée (ce qui peut recouper avec ton concept de transparence ) alors que dans EQUUS, pas du tout je trouve !

EQUUS n'est qu'une suite de champ-contrechamp peu inspiré dans sa proposition de confrontation psyché, éclairage et atmosphère tissée soulignant les dialogues avec une certaine lourdeur emphatique, Burton en pilote automatique... le film n'est qu'une illustration plate et sans souffle, enchainé dans les conventions théatrales... pénible.

Maintenant, je conçois qu'on puisse être happé par le texte... et à la limite, par sa tentative de traduction ciné... comme quoi je suis hyper open comme gars!

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...
  • 4 months later...

Moi ça m'a plu, je suis bien rentré dedans, la mise en scène ne révolutionne pas le genre, mais elle n'est selon moi pas si plate et sans finesse que ce qu'a trouvé Nicolas. De plus, pour l'époque, ça a du être plutôt subversif, le parallèle entre le cheval et jésus, et tout les plans tout nus du psychopathe

Ca m'a surtout donné envie de lire le livre par curiosité.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...