Jump to content

Late Bloomer - Go Shibata (2004)


Tomfincher
 Share

Recommended Posts

Un futur film pour le LUFF ?

Synopsis :

Après 7 années de travail, le film Late Bloomer sort enfin dans les salles japonaises ! Considéré par beaucoup comme l’un des chef-d’oeuvres de ses 5 dernières années, une sorte de Taxi Driver qui montre la descente en enfer d’un homme sévèrement handicapé qui devient serial killer. Un avant goût du spectacle avec le trailer :

 

Le trailer :

9kJ9k1LOYbo

 

Plus d'info, avec notamment des liens vers une ITV du réal et une première critique, ici :

http://wildgrounds.com/index.php/2007/12/18/trailer-late-bloomer-2004-go-shibata/

 

Sinon, quelqu'un a déjà vu le premier film du réal Go Shibata ? Ca s'appelle NN-891102...

Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

News Wildgrounds.com :

Depuis plusieurs mois, Late Bloomer se traîne une réputation de film malsain, perturbant, une sorte de Taxi Driver avec un handicapé en quête de normalité. Il nous faudra encore patienter jusqu’en Février 2009 avec la sortie DVD américaine pour se faire une idée !

 

Je suis assez impatient, ça a l'air vraiment particulier.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 1 month later...

Pour moi c'est tout simplement. Ce n'est vraiment pas un film facile, ou même poli à l'extrême, mais si ça a le bonheur de te prendre au début, ça ne te lâche plus jusqu'à la fin. On lit à droite à gauche que c'est assez proche de Tetsuo, je sais pas faut quand même vraiment être à court de comparatif. Outre le fait qu'ils sont tous les deux en noir et blanc et qu'ils font figure de lance du mouvement underground japonais chacun à leur époque, je ne vois pas. "Late Bloomer" n'affiche pas clairement son envie d'expérimenter avec la caméra de manière aussi déglinguée que Tsukamoto, mais en revanche justifie assez bien son mélange des styles, caméra à l'épaule façon nouvelle vague japonaise et par moments des plans dit clippesques. Shibata semble laisser sa caméra improviser la plupart du temps, sans lâcher le contrôle de son film, simplement guidé par l'énergie de ses personnages. Chapeau aussi à l'interprétation incroyable du véritable acteur handicapé du film Sumida-san, j'avoue que j'ai un peu du mal à mesurer le degré de difficulté du travail de Go Shibata, mais certainement que ça explique les 5 ans qu'il a fallu pour mener à bien le projet.

 

Ah oui, et la musique poutre !

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
Pour moi c'est tout simplement. Ce n'est vraiment pas un film facile, ou même poli à l'extrême, mais si ça a le bonheur de te prendre au début, ça ne te lâche plus jusqu'à la fin. On lit à droite à gauche que c'est assez proche de Tetsuo, je sais pas faut quand même vraiment être à court de comparatif. Outre le fait qu'ils sont tous les deux en noir et blanc et qu'ils font figure de lance du mouvement underground japonais chacun à leur époque, je ne vois pas. "Late Bloomer" n'affiche pas clairement son envie d'expérimenter avec la caméra de manière aussi déglinguée que Tsukamoto, mais en revanche justifie assez bien son mélange des styles, caméra à l'épaule façon nouvelle vague japonaise et par moments des plans dit clippesques. Shibata semble laisser sa caméra improviser la plupart du temps, sans lâcher le contrôle de son film, simplement guidé par l'énergie de ses personnages. Chapeau aussi à l'interprétation incroyable du véritable acteur handicapé du film Sumida-san, j'avoue que j'ai un peu du mal à mesurer le degré de difficulté du travail de Go Shibata, mais certainement que ça explique les 5 ans qu'il a fallu pour mener à bien le projet.

 

Ah oui, et la musique poutre !

 

idem, pas loin du pour moi!!!!

 

demain je le fous sur priceminister

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...