Jump to content

Ben X - Nic Balthazar - 2007


Guillaume Tell

Recommended Posts

Ben n'est pas un adolescent tout à fait comme les autres. Choyé par sa mère et protégé par son petit frère, il vit dans son propre monde. Pour lui, l'extérieur est d'une violence inouïe. Aller à l'école est devenu chaque jour un peu plus un enfer depuis que deux types de son lycée technique lui rendent la vie impossible, ne cessant de le traquer, de le harceler, de l'humilier, le poussant lentement mais sûrement à bout.

Son unique havre de paix est sa chambre. Dès qu'il s'y retrouve, il allume son ordinateur et plonge dans le seul univers où il se sente bien et un peu plus en " sécurité ", celui d'Archlord, un jeu en ligne fascinant. Il devient alors Ben X, un héros prêt à tout, invincible, qui a le coeur battant pour une certaine Scarlite. Alors qu'il décide d'en finir avec son douloureux quotidien - par le seul moyen qui trouve grâce à ses yeux ? cette jeune fille énigmatique va entrer dans sa vie...

allociné

 

 

 

Le film qui va faire hurler les joueurs en ligne: non un combattant du pixel n'est pas forcément un être dénué de tout sens de la communication. Heureusement, le film prend le problème par l'autre bout de la lorgnette et amène le monde virtuel comme une béquille possible à ceux à qui on casse les burnes tout la journée alors qu'ils ne demandent rien à personne.

 

L'ensemble est plutôt bien fait et le tout se tient bien, malgré un passage à vide dans le troisième quart du film qui n'échappe pas aux clichés, mais qui a le mérite, comme bien des productions des pays du nord de l'Europe (en considérant la Belgique comme plus tournée vers ses voisins nordiques que vers ceux à l'humeur méditerranéenne), d'attaquer les problèmes sociaux ou psychologiques de front. Parfois assez dur, c'est une heureuse surprise et un intéressant plaidoyer pour les discrets, différents ou solitaires de tout bord. Dans un registre plus proche, qui n'a pas parfois rêvé d'être un instant le Clint en Harry et remettre en place deux ou trois grandes gueules envahissantes?

 

Voilà, pour une fois, l'innocence du propos m'a plu, probablement par le ton froid et sans fard qui règne tout au long du parcours de Ben.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

[FebioFest 2009]

 

 

Perso j'ai ete vraiment hermetique au film. C'est bien trop froid, caricatural, calcule, et demonstratif pour pouvoir etre touchant quand on a passe le stade de l'adolescence. Le film trouve plus sa place dans le programme pedagogique d'un college par exemple. La morale du film est tres vite mis en avant : il faut accepter les autres, meme s'ils sont differents. Et pour arriver a ses fins, Balthazar n'hesite pas a aller tres tres loin dans le n'importe quoi. A noter que l'acteur principal fait presque oublier l'interprete de "T'aime", c'est pas rien.

 

O3RJtmhMm90

Link to comment
Share on other sites

Le film trouve plus sa place dans le programme pedagogique d'un college par exemple.

 

ce que j'ai fait d'ailleurs! et ça a bien fonctionné. Sinon, j'ai bien aimé, comme Stéphane, c'est pas exempt de défaut, mais le traitement est interessant.

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...