Jump to content

The Ring Two - Hideo Nakata (2005)


TortueRocket
 Share

Recommended Posts

[img]http://media.movieweb.com/galleries/2256/posters/poster1_large.jpg[/img] Naomi Watts a peur pour son gamin et tout le monde fait des cauchemard. C'est chiant. Les acteurs alternent le tête à claque et le transparent. Il y a une scène avec des cerfs en 3D, personne n'y croyais dans la salle, pire que xXx 2, pourtant c'est mieux fait mais... on y crois pas une seule seconde :lol: A noter une scène de flotte repompée sur Volcano High. 0
Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...
Bon ! Alors ! On va encore penser que j'ai des gouts de chiotte, mais il est très bien ce "The Ring Two". Je n'attendais pas moins de Nakata qu'il réalise un blockbuster avec une âme. Et c'est le cas. Il avait été capable de faire un chef d'oeuvre auteurisant avec Dark Water, mais ce n'est pas ce qu'on lui demandait ici. La saga Ring, version américaine qui plus est, ne se prête que très peu à des conditions purement dramatiques. Et même si Nakata fournit une profondeur à ses personnages, il n'oublie pas de réaliser un très bon film fantastique. Il nous fournit quand même de très belles scènes horrifiques, et se limite au maximum de faire la copie du film de Verbinski : au contraire, le film intègre des éléments nouveaux qui trouvent toujours leur justification au sein du récit (parfois de manière un peu simpliste il est vrai - les cerfs par exemple). Le script est cependant maladroit (rythme hésitant, personnages creux - la psychiatre, dialogues durs en entendre "i'm not your fucking mommy" - non mais on se croit où là), mais toutes ses petites fautes de goûts, j'ai bien peur de devoir les mettre sur le compte de Kruger (et juste parce que d'abord je l'aime pas ! :D - son seul coup de maître : Arlington Road). Naomi Watts est belle, c'est con, de redire ça à chaque fois, mais son sex-appeal me surprend à chaque fois. Le gosse, par contre, qu'il crève. Putain on a l'impression qu'il a le texte devant les yeux et que personne ne lui a expliqué le film. On va aussi oublier vite fait que Sissy Spacek était dedans. Belle photo, qui n'a pas à rougir de celle de The Ring 1, et belle compo musicale (de qui d'ailleurs ?) [img]http://www.planetdvd.cz/dvdweb/front_h600/3949_print.jpg[/img] [i]Vous pouvez le prononcer à la paysanne ([/i]Krluu[i])[/i]
Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...
J'ai finalement enfourné le disque ce week-end... j'avais plutôt été séduit par le remake de Gore Verbinski, plaisant à l'oeil, bien mené, efficace sans en faire trop. En tous cas un spectacle honnête et frissonnant tout doux. Là, on est davantage dans le film d'un monsieur qui tente de reprendre ses droits sur le bouzin. Le problème c'est qu'il n'est absolument pas parvenu à m'immerger dans son approche. Je suis resté en dehors, voyant bien le dispositif de sa mise en scène, très lourde dans ses métaphores successives. A la limite pour moi, Verbinski maîtrisait mieux l'approche purement cinégénique de la trame narrative, avec le bon dosage appellé par la nature du produit. :shock: Là on suit tout ca d'un oeil en dehors, parfois admiratif par la belle tenue de ce choix, parfois autant le dire franchement on tutoie les yeux de l'ennui. On se dit houlala qu'est ce qu'il est encombré quand même ! Quelques belles scènes néanmoins evitent de plonger dans la torpeur, comme celle de la mise à mort dans le bain, que j'ai trouvé assez osé dans le cadre d'un film hollywoodien et assez forte. Même si là encore, ca rejoint cette idée de métaphore un peu facile qui semble être le soucis premier de Nakata. A part ca, j'ai pas compris l'intérêt de la scène d'ouverture, la trame purement narrative est trop gruyeresque pour moi. Et pis Naomi Watts, un peu moins bien que dans le premier, mais toujours aussi bonne actrice. 8)
Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...