Jump to content

Vampire girl vs Frankenstein girl - Yoshihiro Nishimura


Ben
 Share

Recommended Posts

 

le retour de Nishimura aprés la tuerie Tokyo Gore Police, avec ce film réalisé à 4 mains avec le scénariste Naoyuki Tomomatsu.

 

à ceux qui veulent se garder la surprise: la BA en montre quand même beaucoup...

 

Bon, c'est pas du niveau de TGP, surtout parce qu'ils n'arrivent pas à atteindre le même degré de démesure outrancière et d'inventivité ni le rythme effréné de ce dernier.

On a bien sûr notre lot de gore et d'idées bien barrées, mais on reste un peu sur sa faim.

 

Par contre, on retrouve pas mal d'ingrédients réussis: une musique qui tabasse, un souci d'ancrer son histoire dans la réalité japonaise (cette fois, ce sont les ados et le lycée qui sont visés, et c'est assez jouissif) tout en faisant des clins d'oeil à ses figures traditionnelles (le Mt Fuji, les sumos, les samourais, le kabuki, sont tous tous dans la place!), un mélange de "kawai" et de gore (la gentille petite musique pendant qu'un perso se fait éventrer, ou la vampire qui balance "je l'ai mordu, maintenant il est mon esclave" avec cet air innocent et naïf estampillé ados japonaises), et dans l'ensemble, beaucoup d'humour, d'espiéglerie et d'ironie.

 

Rien que pour les différentes "bandes" d'adolescentes (les gothiques, les dépressives adeptes de la lacération au cuter, les ganguro qui rêvent d'être nées black) ça vaut le coup d'oeil!

Link to comment
Share on other sites

Ouais mais TGP c'est la crème de la crème, le film élu, du V-cinéma mutant!

Les dieux du cinéma, dans leur grande bonté, et par l'intermédiaire de Nishimura, nous ont offert du rab, du grand délire qui dure aussi longtemps qu'un film d'auteur chiant!

Loués soient-ils!

 

TOKYO GORE POLICE, CA TABASSE!

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

A force de dire du mal de l'image dv des films V-cinema, il fallait bien que j'en voie un en entier.

 

Bon, ben j'ai bien aimé. Les trucages sont parfois bien réussis, souvent complètement nuls façons Jeff Leroy, et en même temps, l'aspect délirant du film fait qu'on a jamais l'impression de regarder un nanar.

 

Le post initial de Ben posent bien les enjeux donc je vais pas en rajouter des caisses. J'étais content que l'histoire soit assez construite, on dirait une version gore des films d'ados gentils d'Obayashi (on y perd en profondeur psychologique ce qu'on gagne en infirmière avec des yeux sur les nichons).

 

C'est quand même très très particulier, gore débile presque choquant, mutations franchement dégueues, et musique surf entrainante.

 

Le club des dépressives est excellent. Les Cogalus sont vraiment débiles (y a quand même une femme plateau avec une sagaie, ça va loin).

 

Ca m'a bien plu dans l'ensemble.

Link to comment
Share on other sites

V-cinema, V-cinema...en fait plus vraiment, en plus ces films là (Iguchi, Nishimura and co) maintenant ils sortent en salles (sortie discrète mais sortie quand même). Et très honnêtement, il s'agit pas du V-cinema typiquement et fréquemment trouvable dans les vidéoclubs japonais...c'est quand même très axé sur l'exportation

 

moi j'ai pas trop aimé VAMPIRE GIRL, on est loin, très loin de TGP quand même... Mais c'est moins mauvais que ROBOGEISHA, oui

Link to comment
Share on other sites

Ah merde, j'ai utilisé le terme parce que je l'ai vu plus haut et que j'y connais rien. Je pensais que c'était v pour visual, comme le visual k, et je trouvais ça un peu logique parce qu'au niveau esthétique on est pas si loin de certains clips de Dir en grey.

 

Mais si c'est pour vidéo, ça veut rien dire.

 

Pas vu tokyo gore police, ni meatball machine, donc j'ai eu l'avantage de voir le film avec des yeux vierges, et ça c'est cool.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...