Jump to content

Dans ses yeux - Juan José Campanella - 2010


kevo42
 Share

Recommended Posts

Titre original : el secreto de sus ojos

 

 

Affiche :

 

 

 

 

 

 

 

Bande-annonce:

 

eNfys5yW1sw

 

 

L'histoire:

 

Benjamin Esposito, un barbu qui pèse et qui s'appelle Benjamin, donc il pèse encore plus, est un ancien enquêteur à la retraite. Il écrit un livre sur un crime qui a changé sa carrière, 20 ans et des poussières auparavant...

 

Mon avis :

 

Pas trouvé de topic sur ce film, oscar du meilleur film étranger en 2010, face au ruban blanc et un prophète, excusez du peu. Etonnant, non ?

 

Bon alors, plein de gens m'ont dit : tu vas voir c'est époustouflant, et c'est super émouvant, et y a un plan séquence de dingue. Mouais.

 

C'est quand même globalement très fonctionnel en terme de mise en scène (avec un effet très moche au début, bouh), l'histoire est pas mal mais pas non plus incroyable (en plus ma mère a griller le twist 20 minutes avant). Y a pas vraiment de suspens, pas vraiment de dénonciation de la justice argentine comme ce qu'on peut voir dans memories of murder (si j'ai bien compris, je l'ai pas encore vu), pas vraiment d'histoire d'amour, pas vraiment d'obsession non plus. Dans le même genre, Zodiac me semble un film bien plus abouti, et pourtant je ne fais pas partie des fans du film de Fincher.

 

Ca se suit bien, pas de problème, mais bon, ça m'a pas non plus bouleversé plus que ça.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Vu à sa sortie alors que j'en attendais rien et j'avais bien aimé sur le coup! Le film est resté un sacré bout de temps dans ma tête, mon estime ne faisant qu'augmenter. Revu en début d'année au ciné grâce à Télérama et pour cette fois c'était . J'étais rentré chez moi les yeux rouges. Le film qui m'a bouleversé ces dernières années, surtout par le personnage du veuf dont les occupations se résument à attendre à la gare pour choper le tueur de sa femme. Pareil pour la scène où Benjamin découvre la victime. C'est pas amené de façon à ce qu'on sache ce que on va voir, quand, comment on va le ressentir. On entend juste Benjamin parler de choses banales, j'écoutes ça banalement quand BIM! > il voit le corps > il ferme sa gueule > PAF! > On voit le corps > Je suis .

Un film qui m'a pris et ne m'a relâché qu'à la fin. Les scènes fortes n'ont pas trop d'effets, tout est montré comme si c'était simple. Le tueur est un mec tout bête et quand on le voit, on a plutôt envie de choper sa gueule pour qu'il ait très mal. Le gars sur un banc à la gare à fixer les trains est un type comme les autres comme ça, et c'est assez bouleversant.

Et je le dis: quel plan-séquence de dingue! Rien que quand les deux cherchent le tueur, j'avais vraiment l'impression d'être compressé au milieu de supporters alors que les personnes les plus proches étaient à une dizaine de rangées derrière moi.

 

Par contre, quel festival d'affiches laides!

 

PS: Pour Memories of murder, je dirais plutôt que c'est une critique de la société sud-coréenne régressive. Les personnages cherchent à manipuler, se surestiment puis sont rapidement dépassés par la situation et ce qui peut les aider leurs échappent (très) bêtement.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

On me l'avait recommandé comme un excellent thriller mais c'est pas ce que j'ai vu moi.

Alors le job est fait et assez bien même, mais bon quand même cette histoire d'amour digne d'une telenovela c'est pas possible, et puis l'adjoint un peu comique c'est bizarre aussi. C'est pas ultra fin non plus, la fin est cramé 20 minutes avant que le film s'arrête.

J'ai pas passé un mauvais moment, mais je ne lui aurais pas donné l'Oscar moi, ni à Un Prophète d'ailleurs.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...