Jump to content

Only Lovers left alive - Jim Jarmusch - 2013


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Adam & Eve sont des vampires qui ont traversé des siècles sur Terre. Lui, un rocker suicidaire, habite à Detroit dans un manoir isolé. Elle, jouisseuse discrète, se ballade à Tanger. Elle le rejoint une nouvelle fois...

 

Je vais quand même pas tourner autour du pot : j'ai trouvé assez épouvantable. C'est pas nul mais presque. Disons que c'est sans grand interêt. Je suis pas très client de Jarmusch (j'avoue que je n'ai pratiquement rien vu, mais j'adore Dead Man), et puis là bon, encore des vampires new-age. Scott l'avait très bien fait dans The Hunger, Ferrara l'avait à nouveau essayé dans The Addiction, et puis vla Jarmusch.

 

Ici, les vampires sont pas trop méchants, mais ils n'aiment pas trop les humains quand même. On comprend vite le parallèle avec la drogue. Vu et revu. C'est cocasse lorsque les deux amants évoquent le passé (genre ils ont taillé la bavette avec Byron), mais c'est pas grand chose. Le perso de Hiddleston est complètement naze, genre le rockeur super dark avec une mèche sur les yeux. Je comprends pas qu'on puisse nous sortir encore un tel cliché encore maintenant. Swinton est cool, Mia Wasikowska encore plus. Mais tout ça c'est au milieu d'un truc très chiant et pénible.

Vous avez qu'à revoir Les prédateurs, c'est la même chose mais en mieux.

 

Et puis bon, STOP LES VAMPIRES. On a fait le tour de la question, c'est banalisé, exsangue, y'a plus rien à dire. On passe à autre chose, merde

Link to comment
Share on other sites

J'ai trouvé ça sympa. Ca ne sera clairement pas le film de l'année, ni inoubliable, mais je peux pas dire que j'ai détesté. Ca se laisse suivre, surtout parce que c'est extrêmement bien filmé, et que les acteurs sont bons. J'ai beaucoup pensé à Refn pendant ce film, à qui l'on reproche souvent de miser tout sur l'esthétique et faire du simpliste sur ses scénars. Ce qui n'est pas faux. Moi ça ne me dérange pas. Mais au moins y'a une histoire avec tenants et aboutissants. Là, non. C'est aussi ultra esthétique, mais il ne s'y passe clairement rien, si ce n'est une chronique sur la vie de quelques vampires pas très bien dans leur peau, avec des soubresauts ici où là sur ce moment capturé. Il n'y a pas de finalité, de but. Après ça m'a pas trop gêné, car, à nouveau, c'est très bien vendu par les acteurs, mais je comprend qu'on puisse trouver ça "chiant". Après le truc qui m'a le plus gonflé ce sont ces dialogues essentiellement basé sur "T'as vu on est des vampires alors on est VIEUX!!!". Même si c'est pas mal écrit, au bout d'un moment on a compris.

Donc dans l'ensemble, c'est sympa, voilà.

Link to comment
Share on other sites

Acteurs parfaits, musique (comme toujours) géniale et zéro scénar - mais alors, vraiment rien de rien.

On se demande où Jarmusch veut en venir avant de se rendre compte qu'il ne va, comme d'habitude, nulle part.

 

En résulte quelque chose de pas déplaisant sans être bien fameux non plus.

Un trip en demi-teinte qu'on pourra ou non apprécier selon son état d'esprit du moment (et ce qu'on a ingéré avant).

 

En l'état, j'ai quand même trouvé ça meilleur que l'insupportable Limits of Control.

Mais bien loin derrière Dead Man, qui trône toujours largement en tête du palmarès de son auteur.

Link to comment
Share on other sites

Etrange... Etrange film sur la lassitude de la vie dans lequel on nous balance des références culturelles bateaux mais dans lequel on se laisse plonger l'espace de quelques 20 minutes intrigantes au bout desquelles on finit par se rendre compte de la supercherie et que tout cela ne va nous mener nulle part. L'ennui s'abat alors violemment sur la gueule du spectateur jusqu'à l'arrivée providentielle d'Ava, frangine pétasse mais tellement rafraîchissante que Jarmush préfère l'écarter le plus rapidement possible pour replonger dans la misère. Les acteurs sont plutôt bons, mais malgré son talent et son âge relativement avancé (54 piges tout de même), Tilda Swinton ne possède absolument aucune grâce, aucune sensualité, ce qui rend la scène de danse limite embarrassante. A côté de ça, la bande son est particulièrement attachante et certains dialogues ne manquent pas de subtilités... Heureusement qu'il y a ça pour oublier le plan finale le plus foireux de ces 120 dernières années.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...