Jump to content

Nightcrawler - Dan Gilroy - 2014


Yatta-Man
 Share

Recommended Posts

 

Actuellement en salles sous le nom de "NightCall" avec un astucieux "par les producteurs de Drive". Il ne manquait plus qu'une petite référence à Winding Refn pour que le piège soit total. Mais bref, passons.

 

L'histoire est celle de Louis (Jake Gylenhaal), un voleur légèrement psycopathe qui, en étant témoin d'un accident, découvre le métier d'agence presse freelance spécialisé dans le choc et le morbide. En gros, les mecs qui viennent filmer les corps fraîchement ensanglantés d'accidents ou autres fusillades, et de les vendre aux télés les plus offrantes. Il va donc se prendre au jeu et gravir les échelons petit à petit. Evidemment, son comportement un brin dérangé va le pousser à franchir les limites du raisonnable.

 

Et bah c'est plutôt cool. Comme souvent dans ce genre de film, la subtilité n'est pas forcément de mise (hooouu les médias y sont méchants et regardez comme Jake est FOU!!!!), mais une fois qu'on a passé cet aspect un peu surligné, c'est franchement plutôt pas mal. C'est plutôt bien écrit, avec une évolution de l'histoire bien construite, peut être un peu bavard (le perso de Gylenhaal débite des méthodes de marketeux au kilomètre) mais rien de gênant, et une bonne ambiance cynique et oppressante. Mention spéciale au dernier tiers du film qui installe une bonne situation avec de la grosse tension qui monte crescendo et qui finit par exploser (littéralement).

 

Bref, pas parfait, Jake Gylenhaal roule un peu trop des yeux, mais un bon thriller bien sympa et plaisant.

Link to comment
Share on other sites

J'ai trouvé ça très sympa ! Bien emballé visuellement, chouette ambiance du L.A. nocturne à la "Collateral", pour une plongée en apnée dans la télé trash des années 2000. Ca m'a fait penser à du De Palma période 70's / 80's, à du "Drive" bien sur (lui même repompant déjà à gauche à droite). Il y a un peu de Brett Easton Ellis aussi dans tout cela. Mais toutes ces influences plus ou moins voyantes ne se posent pas là en mode patchwork, mais bien dans un film cohérent, prenant, envoutant, qui sait imposer sa patte sans forcer, sans révolutionner non plus quoique ce soit, mais en instaurant un vrai climat, une atmosphère vraiment réussie, et avec un scénario plutôt bien mené et des acteurs vraiment bons. Bonne petite surprise, qui tient largement ses promesses. Une des belles réussites de l'année pour ma part !

Link to comment
Share on other sites

Moui. Le numéro de Jake vaut largement le détour, il aurait fait un très bon Patrick Bateman. Mais pour le reste, c'est long et prévisible. On se doute bien que le perso est prêt à tout et on sait jusqu’où il ira. Alors ça tape sur le voyeurisme des médias mais d'un autre côté, ça ne dit rien de nouveau. Et on est rarement bouleversé par ce qu'on voit. C'est carré, bien mis en scène, bien joué. C'est déjà pas mal on me dira.

 

J'ai trouvé le score de James Newton Howard complètement hors-sujet, on dirait qu'il essaye de nous refaire Top Gun avec ses guitares ou de pomper la zik de Crash, on sait pas trop.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Un peu comme Jerem'. J'ai passé un bon moment, mais je ne sais pas s'il m'en restera grand chose dans quelques jours. Quelques scènes bien executées, y'a pas photo, mais aussi pas mal de gras, surtout les scènes dans la station télé qui n'offrent pas grand chose de nouveau à se mettre sous la dent côté satire (et qui m'ont paru un peu faciles). Gyllenhaal avec ses yeux globuleux en anti-héros psychopathe, par contre, c'est génial. Prévisible, mais distrayant.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...