Jump to content

The Myth of the American Sleepover (D. R. Mitchell - 2010)


Nice Panda

Recommended Posts

 

C'est la dernière nuit de l'été pour Maggie, Rob, Claudia et Scott. Les quatre adolescents espèrent y trouver le grand frisson : celui des premiers baisers, premiers désirs et premières amours. Leurs chemins se croisent comme les rues de la banlieue ordinaire de Détroit où ils habitent. Entre fêtes, flirts et serments d'amitié, naissent des instants pleins de promesses et d'expérience qui marqueront la jeunesse de ces presque adultes à jamais.

 

 

 

Premier film de David Robert Mitchell (quatre ans avant la déferlante It Follows), le présent titre se présente comme un teenage-movie sous nette influence Sofia Coppola.

À savoir : une succession de tranches de vies sans réel scénar, des destins qui se croisent, une mélancolie propre à retranscrire cet état particulier de l'adolescence...

 

Le souci, c'est que, si on voit où veut en venir le réal, il tombe aussi dans les mêmes travers que son modèle - le côté évanescent recherché se muant assez rapidement en transparence pure et simple, sans que rien retienne l'attention du spectateur.

 

Pas désagréable mais un peu vain, vu qu'on attend un peu tout le film que ça commence enfin : espoir déçu jusqu'au générique...

Link to comment
Share on other sites

J'ai beaucoup aimé

C'est rigolo de voir déjà certaines obsession liées au fantastique surgir ça et là (le ouija, le goût pour les scènes nocturnes, les séries z passant à la tv...), cet effacement temporel aussi. J'ai vraiment marché. Il y a une pudeur rafraîchissante, de jolis personnages, un vrai sens de l'image et de l'atmosphère. Quant on voit une merde comme Palo Alto et ça, y'a juste pas photo.

 

EDIT: j'ai trouvé ça assez curieux que le film soit balancé en bonus (le seul d'ailleurs) sur le BR de It Follows. Bon heureusement c'est une belle copie HD et pas un truc en SD mais je peux pas m'empêcher pas de trouver ça un peu con que le film soit réduit à ça. En tout cas, l'édition avec les deux films est limitée et ce serait pas impossible qu'elle dégage (une édition single de It Follows commence à prendre sa place).

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Il y a en ce moment un festival intitulé "Smells like teen spirit" au Grand Action à Paris. (chouette prog globale) Ils passaient hier soir un double programme "D.R.Mitchell" avec celui-ci et "It follows", j'ai donc pu découvrir l'objet en salle !

 

Plutôt dans le camp de ceux qui ont aimé, même si ça ne me marquera pas au fer rouge non plus. Teen movie évanescent, on retrouve déjà pas mal de points qu'on aura plus tard dans "It follows", mais sur un registre beaucoup plus aérien, mélancolique. Mitchell arrive qd même diablement bien à capter cet âge d'entre deux, de la fin du collège à l'entrée en fac disons, avec son lot d'envies, de frustrations, de rêves, d'incertitudes, d'insouciance, où seul compte le jour présent... Ça peut sembler un peu creux, mais la multitude de personnages arrive vraiment à exister, assez attachants, parfois un peu naïfs, parfois déjà un peu trop adultes, tout le monde grandissant à son rythme... J'ai bien accroché à cette atmosphère de fin d'été, ses journées passées à glander autour d'une piscine, ses soirées à boire ses premières bières, espérer approcher des filles (ou des mecs, c'est selon)... Pas le teen movie définitif, mais une belle première pierre dans la filmo de Mitchell, qui annonce ce qui viendra en gardant sa personnalité propre.

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...