Jump to content

The Hamiltons - The Butchers Brothers (2006)


Florent
 Share

Recommended Posts

 

 

Les quatre frères Hamiltons, David, les jumeaux Wendell et Darlene, ainsi que le petit dernier Francis pourraient avoir l'air de former une famille sans histoire résidant dans le nord de la Californie. Pourtant, les apparences sont parfois très trompeuses...

 

 

 

ATTENTION RISQUE DE SPOILER

 

Une agréable surprise. Au début on se dit que l’on va assister à film d’horreur classique et puis déjà quelque plans, notamment ceux prit par Francis, le plus jeune qui offre une version plus réaliste et intimiste du film.

 

Le film joue très intelligemment sur plusieurs tableaux avant la fin, ce qui permet aux spectateurs de na pas réellement savoir de quelle « maladie » sont victimes les Hamiltons

 

Cannibalisme, vampirisme, satanisme ou juste famille dégénéré ?

 

The Hamiltons offre un regard nouveau sur un des plus vieux mythes au cinéma. Un croissement entre les films de Larry Clark, Gus Van Sant, Martin et Soif de Sang.

 

Je trouve que toutes les parties consacrées à Francis sont très intéressantes. Relatant sa vie à travers l’œilleton de sa caméra DV, Francis nous fait découvrir, à l’instar d’un Clark ou d’un Van Sant, la complexité de devenir adulte au sein de sa famille pour le moins atypique.

 

Le design du film est assez sobre et c’est un sacré bon point pour le film. Personnellement les premières images m’ont fait peur (les plans tremblés, floues, etc… les trucs classiques vus dans quantité de productions horrifiques récemment ont le don de m’énerver) mais après le film acquiert une ambiance très classe, très réalistes voire naturalise, et si les « victimes » sont présentes, j’ai l’impression que cela vient juste contenter les fans en attente de sang plus qu’être le moteur du film.

 

Pour ma part le film aurait été une véritable petite bombe si il avait assumé la volonté de faire un drame intimiste autour de la personne de Francis, ce qui est le cas mais malheureusement les personnages secondaires sont bien trop fades et caricaturals pour apporter quelque chose de neuf au genre.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Je rejoins à peu près l'avis de Flo. On a une tentative interessante de sortir un peu des sentiers battus, les personnages sont interessants, la decouverte progressive de cette petite famille est plutot bien foutue, le film semble un mix de plusieurs influences entre le film de genre pur et les prods independantes US.

Mais c'est vrai aussi qu'il manque un petit quelque chose pour avoir un très bon film, et ce n'est d'ailleurs pas une question d'argent, tant le coté amateur de la DV colle parfaitement au sujet et ne fait jamais cheap. Je ne sais pas trop au final ce qu'il manque, mais bon, autant prendre le film tel qu'il est, en l'état il a déjà pas mal de qualités qui font qu'il mérite sans problème une vision !

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Ah ben ça fait du bien un bon p'tit film bien premier degré et joliment tordu qui sait être malin tout en respectant ce qu'il est réellement: un film d'horreur. Je veux dire par là que les films "d'auteur" (pour autant que l'on puisse parler d'une telle chose ici) qui "font dans l'horreur" mais qui ne sont pas des films horrifiques parce qu'ils ne s'assument pas m'énervent et là on n'est justement pas du tout dans ce cas de figure. A mes yeux on est plus entre Larry Fessenden et Andrew Parkinson mais il est vrai que la description du personnage de l'adolescent qui passe à l'âge adulte ramène à Larry Clark - mais fait aussi penser à GINGER SNAPS.

Pour le reste, c'est plutôt bien foutu: personages intéressants avec quelques petits éléments joliment tordus (les jumeaux incestueux) et le personnage inquiétant de Lenny... une belle découverte.

Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...

Une bien bonne surprise. Un film sobre et efficace. L'évolution de Francis entre le rejet de ce qu'il est et de sa famille jusqu'à son acceptation finale. Et le spectateur suit la même évolution, entre curiosité, puis rejet et dégout, jusqu'à une certaine forme de compassion voire même de sympathie pour ces personnages.L'alternance entre le film et les séquences filmés par Francis est bien amenée. Le procédé est souvent casse gueule, mais la, ça passe bien.

Un film assez innovant pour un sujet pourtant maintes fois ressassé au cinéma. Je suis d'accord, il manque un petit quelque chose pour en faire un grand film, mais ça reste quand même très efficace.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...