Jump to content

3 heures, l'heure du crime - Phil Joanou (1987)


Cyril
 Share

Recommended Posts

[img]http://images.amazon.com/images/P/B0000A98ZO.01.LZZZZZZZ.jpg[/img] [u]Syno[/u]: Un adolescent essaie par tous les moyens possibles et imaginables pour éviter une confrontation avec le dur à cuir de son école qui lui a donné rendez-vous après les cours. [img]http://www.comedynewspaper.net/images/fe_fms_toh.jpg[/img] [i]The Bad Guy[/i] Ce film réalisé par un ancien habitué des clips de U2 pourrait être la parfaite adaptation de la série TV Parker Lewis Can't Lose (enfin plutôt l'inverse vu que la série date de 1990) Sur un pitch plutôt simpliste, le film nous tiens bien en haleine sur toutes ça durée, les péripéties s’enchaînent et on suit avec plaisir les malheurs de la pauvre victime qui va se faire défoncer la tronche à la sortie du lycée. La mise en scène est bougrement inspirée, on ne compte plus les mouvements de grues, les travellings ultra rapides, les cadrages obliques, les pano circulaires qui dynamise énormément le film, un très bon point pour lui, surtout que l'on retrouve Barry Sonnenfeld à la photo. La musique est composé par Tangerin Dream, et on reconnais sans mal la patte musicale de ces derniers (ça ressemble d'ailleurs fortement à du Miracle Mille) Petit détail marrant, on retrouve le roi de la série TV Aaron Spelling à la production et un certain Steven Spielberg (non crédité au générique) Pour faire bref je vous recommande ce film a pas cher sur Dvdsoon par exemple, on y retrouve le savoir faire de l'époque en matière de Teen Comédie, la fin n'est pas trop nunuche et les acteurs s'en sorte bien (en plus y a deux trois pétard chez les actrices !) [img]http://www.needcoffee.com/html/dvd/images/tohigh1.jpg[/img] [i]The Victim[/i]
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • 2 years later...
  • 1 year later...

Parker Lewis a bien pioché là dedans (cadrages élaborés, vue subjective d'objets [comme dans les intros de la série], riffs de guitare aux moments critiques, le heros et sa petite soeur qui est plutot sympa ici, le copain nerd) mais va beaucoup plus loin dans l'absurde et la caractérisation des personnages, plus attachants que le sosie de Besancenot de la middle class américaine.

 

Le pitch est bien trop léger pour tenir la distance sur 1h30, et c'est clairement la réalisation qui dynamise le tout et le différencie clairement des autres teen movies de l'époque.

 

C'est sympa dans le ton mais décevant niveau scénar. Content de l'avoir vu quand même.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 2 weeks later...

Vient de le mater à l'instant et comme Alfie, c'est un film sympathique, avec de bonnes idées de réal, mais loin d'être inoubliable, la faute à un scénario carrément sans surprises, et des personnages absolument pas attachants pour deux sous (à la fin, même si on est content que Jerry Mitchell gagne, ben s'il s'était fait démolir, je pense que je m'en serais un peu foutu. Limite j'avais de la sympathie pour le bad guy!). Il y a des bonnes idées, mais qui ne sont pas exploitées à fond je trouve (genre l'exposé qui aurait pu être bien plus fou, complété par une scène avec la prof qui se lâcherait, ou le conseiller disciplinaire qui aurait être encore plus sadique et fou...). Le truc qui m'a vraiment perturbé, c'est Jerry Mitchell qui est le portrait craché de Besancenot, c'est assez dingue une telle ressemblance parfaite!

 

Enfin bref, un petit film sympa de dimanche après midi, mais qui aurait pu être bien mieux, vu les pistes qu'il amorçait pourtant. J'ai préféré Ferris Bueller, et de loin.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
 Share

×
×
  • Create New...