Jump to content

J.Edgar - Clint Eastwood - 2012


DPG
 Share

Recommended Posts

La vie de J.Edgar Hoover, chef du FBI pendant longtemps.

 

Et bof. Bof parce que ce n'est jamais transcendant. Le film académique dans toute sa splendeur, mais pas forcément dans le bon côté de l'expression. C'est pas mal fait, joli à l'oeil, tout est soigné, la reconstitution, les maquillages, l'éclairage... Les acteurs sont bien, Di Caprio aura peut être enfin son Oscar, peut être pas, on s'en fout un peu... Mais le tout est quand même assez plan plan, sans vrais moments forts, tout est un peu trop linéaire, un peu plat. Les allers retours temporels ne m'ont pas paru toujours très bien gérés qui plus est. Je sais pas, j'ai pas détesté pour autant, je me suis même pas spécialement ennuyé, il reste quelques bons moments, des idées intéressantes, ici ou là, mais jamais vraiment développés non plus. A force de vouloir parler de tout, on a un peu l'impression qu'on ne parle de rien. Pas désagréable ou fondamentalement raté, mais je pense qu'on aurait quand même pu faire beaucoup mieux.

 

Link to comment
Share on other sites

Bof bo moi aussi mais pas pour les mêmes raisons. En fait j'ai trouvé la première partie, plutôt centrée sur le personnage public de Hoover (ses motivations politiques, ses enquêtes, ses mensonges) passionnantes. La seconde partie (qui dure bien bon une heure) sur la relation homosexuelle qu'il entretient avec son partenaire, ça m'a saoulé. Ca va bien cinq minutes mais ça tourne vite en rond (je t'aime mais je peux pas te le dire, l'époque tout ça...) et on finit par s'ennuyer. Dommage.

Link to comment
Share on other sites

Un sujet passionnant abordé uniquement en surface (Hoover faisait des enregistrements persos, mais il ne les a pas donné à Nixon (ouf), Hoover était pédé, mais il n'a pas couché avec Tulson (la morale est sauve), il aimait se faire mousser mais il était efficace quand même), alors qu'il méritait un traitement beaucoup plus dense.

 

La réalisation est sans passion : on a l'impression de lire le scénario à l'écran, rien de plus. Même techniquement, le film déçoit un peu, notamment du côté du masque dégueulasse que porte Armie Hammer : on dirait celui d'Halloween.

 

La seule belle scène, c'est celle où Hoover casse l'oeuf à la coque du vieux Tolson : c'est très mignon, on retrouve le réalisateur de la route de Madison. Après, c'est pas forcément ce qu'on vient chercher en allant voir un tel film.

 

Donc, en gros, je conseille pas trop.

 

Par contre, information potentiellement intéressante : le scénariste du film est Dustin Lance Black, le scénariste de Milk, et de Pedro (sur un homosexuel séropositif qui avait été une star de la télé-réalité). Du coup, ça peut expliquer pourquoi le film est très centré sur l'homosexualité de Hoover (y compris une scène de cross dressing pour aller chercher l'oscar).

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...