Jump to content

Guilty of Romance - Sono Sion 2011


tromatoxic
 Share

Recommended Posts

Reçu d'Almazon le Blu Ray sorti chez Eureka.

Le Disque n'a que des sous-titres anglais, mais aucun problème car la traduction emploie un vocabulaire simple.

L'image est très précise avec la HD mais la colorimétrie est (volontairement ou non) un peu terne et homogène (un peu comme celle de Norosko Dinner)

 

C'est toujours bien trash. Ca commence comme une lente initiation sexuelle à la Eyes wide shut pour se poursuivre bien salement à la manière de Visitor Q.

 

Comme toujours chez Sono Sion, un véritable travail sur le rythme (qu'on aime ou qu'on déteste), avec ses montées et descentes, de longues passages de moeurs avec diverses fulgurances.

 

Je dirai tout de même un petit chouillat déçu, en ce que c'est l'un de ses films les plus accessibles et grand public, non pas en terme de chastesté et de sobriété (où le film va loin avec ses scènes uro en gros plan et compagnie), mais de thématique et d'accessibilité.

 

Bref un tout petit peu moins tordu que certains de ses autres films où il faut se retourner les neuronnes dans tous les sens pour recomposer le puzzle.

 

Et une grosse surprise aussi en ce que je n'avais jamais vu autant de full frontal dans un film japonais, alors qu'à ma connaissance les japs interdisent toujours les poils pubiens de leurs jolies créatures dans leur longs métrages...

Link to comment
Share on other sites

Vu au NIFFF, où - paraît-il - la version projetée n'était pas intégrale. Il existerait deux montages. Pourtant, celui que j'ai vu était déjà bien long, bien trash, il y avait du full frontal, il me semble que le pipi était là aussi mais je ne mettrais pas ma main au feu... Il semble que la version complète porte plus d'attention à l'enquête policière, cette dernière étant justement traitée avec un certain dédain dans la version tronquée. Toujours est-il que j'avais trouvé ça vraiment plaisant, osé, plutôt original et terriblement pervers... bien qu'un peu longuet... Et je suis tombé amoureux de plein d'actrices

Link to comment
Share on other sites

Et une grosse surprise aussi en ce que je n'avais jamais vu autant de full frontal dans un film japonais, alors qu'à ma connaissance les japs interdisent toujours les poils pubiens de leurs jolies créatures dans leur longs métrages...

 

Ca fait une quinzaine d'années que les toisons pubiennes trouvent leur place sur les écrans nippons. Elles restent prohibées pendant les scènes d'action cependant.

 

J'aimerais bien voir la version longue de ce Guilty of Romance : dans le montage international on sent quand même qu'il y a un manque du côté de la femme flic.

Link to comment
Share on other sites

J'aimerais bien voir la version longue de ce Guilty of Romance : dans le montage international on sent quand même qu'il y a un manque du côté de la femme flic.

 

Oui mais d'un autre côté c'est peut-être pas plus mal.

Dès le début du film, on s'attend justement à une enquête policière classique et l'art de Sono Sion est toujours de nous embarquer là où on ne s'y attend pas.

Cette enquête policière s'efface au profit de la description de personnages tous plus tordus les uns que les autres.

Ca ma fait penser aussi au début de suicide club dont les 30 premières minutes n'ont rien à voir, ni dans le fond ni dans la forme, avec la suite du film.

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

Dans l'émission Mauvais Genre il y a quelques mois, consacrée à Georges Bataille, Philippe Rouyer et François Angelier se demandaient "Quels sont les films Batailliens".

Ils avaient cités Le Troisième Homme de Verhoeven, et quelques autres dont je ne me rappelle plus les titres.

 

Il faudrait ajouter ce Guilty of Romance. Tout y est :

- La connaissance de soi par la dépravation

- L’ambiguïté sexuelle prenant naissance dans le cadre familial

- Les rites d'initiation

- La prostitution vu comme un accès à un nouveau monde et une autre partie de l'Être

 

Ce n'est pas un hasard, Sono Sion a visiblement une grande passion pour la littérature française, de Sade à Huysmans, son film est très probablement volontairement Bataillien.

 

Ça m'a collé une sacré calotte en tout cas, et donné envie de voir tous les Sono Sion (je ne connais que Suicide Club pour le moment - j'avoue, j'ai été un peu fainéant sur ce coup là )

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...