Jump to content

Caché de Michael Haneke (2005)


Dragonball
 Share

Recommended Posts

"Caché"

 

 

Georges, journaliste littéraire, reçoit des vidéos - filmées clandestinement depuis la rue - où on le voit avec sa famille, ainsi que des dessins inquiétants et difficiles à interpréter. Il n'a aucune idée de l'identité de l'expéditeur.

Peu à peu, le contenu des cassettes devient plus personnel, ce qui laisse soupçonner que l'expéditeur connaît Georges depuis longtemps.

Georges sent qu'une menace pèse sur lui et sur sa famille, mais comme cette menace n¿est pas explicite, la police lui refuse son aide...

 

Casting :

 

Juliette Binoche, Daniel Auteuil, Maurice Bénichou, Annie Girardot, Walid Afkir, Daniel Duval, Bernard Le Coq, Aïssa Maïga, Denis Podalydès, Nathalie Richard

 

Source : http://www.cinemovies.fr/fiche_film.php?IDfilm=5197

 

Le nouveau film de Michael Hanecke, qui sort ces jours ci en France, a l'air très intéréssant.

La bande annonce laisse augurer d'un film très oppréssant fleurtant de façon assez importante avec le fantastique.

La casting a l'air aussi très chouette, bien que la présence de Maurice Bénichou (en pré retraite chez Drucker après un passage constenant de nullité chez Laurent Ruquier) parmi le casting me laisse un peu perplexe.

Link to comment
Share on other sites

Bon ben c'est mon premier Haneke et ça calme bien !

 

Formidablement interprété (Auteuil comme d'hab et Binoche vraiment époustouflante de naturel, les seconds rôles impec), baignant dans un climat tendu et malsain qui culmine avec une scène d'une violence sèche inouie qui a tétanisé la salle, le tout sans une note de musique pour faire baisser un tant soit peu la tension.

On ajoute à ça une parfaite maîtrise du cadrage et un sens du temps mort assez génial (le prix de la mise en scène n'est pas volé) et on obtient un film absolument glacial, à déconseiller aux dépressifs mais sacrément intéressant.

Link to comment
Share on other sites

Formidablement interprété (Auteuil comme d'hab et Binoche vraiment époustouflante de naturel, les seconds rôles impec), baignant dans un climat tendu et malsain qui culmine avec une scène d'une violence sèche inouie qui a tétanisé la salle, le tout sans une note de musique pour faire baisser un tant soit peu la tension.

On ajoute à ça une parfaite maîtrise du cadrage et un sens du temps mort assez génial (le prix de la mise en scène n'est pas volé) et on obtient un film absolument glacial, à déconseiller aux dépressifs mais sacrément intéressant.

 

J'ai beaucoup aimé aussi.

Question : quelqu'un a-t-il une idée sur l'origine des VHS que reçoit Daniel Auteuil ? (à part le réalisateur lui-même, je ne vois pas ! )

Link to comment
Share on other sites

ATTENTION SPOILERS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon (humble) avis : j'ai aimé mais sans plus.

C'est toujours du style Haneke avec de longs plans fixes, une immersion d'une distortion dans le train-train de la réalité, le petit caillou qui fait tout dérailler et qui fait que le cinéma vérité prend ici tout son sens.

J'apporterai cependant quelques lourdeurs dans le scénar et notamment le fait que tout repose sur la parole d'un enfant (Auteuil à 6 ans) : difficilement réaliste....

La scène du suicide : dur aussi à avaler car peu crédible (mais visuellement bien foutue....y a aussi eu des arrrgh dans la salle )

Le dernier plan destiné à faire croire au spectateur que le Pierrot serait en fait le complice de cette machination : difficile à admettre aussi.

La Binoche joue comme un pied : elle a effectivement un role ingrat mais aurait pu un peu s'appliquer dans sa diction

Link to comment
Share on other sites

Le dernier plan destiné à faire croire au spectateur que le Pierrot serait en fait le complice de cette machination : difficile à admettre aussi.

 

Dans le dernier plan, Pierrot rencontre le fils de Majid ?... (le plan est trop large et du coup j'ai à peine repéré le gosse...)

Dans ce cas cela pourrait signifier aussi que le (faux) "harcèlement" se poursuit de générations en générations...

Link to comment
Share on other sites

Le dernier plan destiné à faire croire au spectateur que le Pierrot serait en fait le complice de cette machination : difficile à admettre aussi.

 

Dans le dernier plan, Pierrot rencontre le fils de Majid ?... (le plan est trop large et du coup j'ai à peine repéré le gosse...)

Dans ce cas cela pourrait signifier aussi que le (faux) "harcèlement" se poursuit de générations en générations...

 

je ne sais pas si il faut vraiment tout interpréter dans ce film car il y a plusieurs invraisemblances...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Le remake improbable du jour. Brian Grazer est parti pour produire une adaptation américaine du Caché de Michael Haneke, prix cannois de la mise en scène voici deux ans. Comme le scénario original doit être un peu trop complexe, il est prévu de « mettre l’accent sur le suspense ». Arme ultime pour aplatir un film, Ron Howard a été engagé comme réalisateur.

 

Source: Ecran Large

Link to comment
Share on other sites

Le remake improbable du jour. Brian Grazer est parti pour produire une adaptation américaine du Caché de Michael Haneke, prix cannois de la mise en scène voici deux ans. Comme le scénario original doit être un peu trop complexe, il est prévu de « mettre l’accent sur le suspense ». Arme ultime pour aplatir un film, Ron Howard a été engagé comme réalisateur.

 

Source: Ecran Large

 

Je ne vois pas trop l'intérêt d'un remake, de qui que ce soit.

Link to comment
Share on other sites

  • 11 months later...

Vu hier soir sur Arte, et c'est quand même fort, y a pas à dire. Et si certains peuvent y voir des invraissemblances, c'est à mon avis parcequ'ils sont un peu trop obsédés par l'origine de ces cassettes vidéo. Car en fait, on s'en cogne, et Haneke le premier. Ce qui importe, c'est de mettre le doigt sur un malaise qui ronge notre société, malaise dont souffrent un grand nombre de personnes, ou même dont nous devrions tous souffrir selon le réalisateur: celui de la culpabilité. L'histoire d'Auteuil, son enfance, ses mensonges, la mention des manifestations dramatiques de 1961 à Paris, etc.. tout cela n'est que le miroire de notre quotidien, d'une certaine manière. Et que sont ces VHS? Peut-être simplement une métaphore de l'intrusion de sources de discordent qui sont tout simplement issus des médias en général - et de la télé en particulier - en cela la scène où Auteuil attend seul sa femme devant la télé pour enfin se rendre compte que son fils a disparu me semble être un écho tout à fait parlant. Et des éléments comme celui-ci, CACHÉ en contient à la pelle. C'est d'une incroyable richesse.

Quant au final, je ne le vois pas comme Tubby et suis bien plus de l'avis de jpl.

Et l'idée d'un remake qui miserait sur le suspense, cela revient simplement à en faire un film complètement différent qui ferait mieux d'être appelé différemment.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...