Jump to content

Munich - Steven Spielberg (2005)


Steve
 Share

Recommended Posts

  • 2 months later...

Le dernier film de Steven Spielberg, Munich, devrait avoir quelques problèmes pour atteindre les nominations pour les récompenses de l'académie de la BAFTA (British Academy of Film and Television Arts) et même des Oscars.

 

Les 5000 membres anglais de la BAFTA n'ont effectivement pas pu lire le DVD du « screener » du film qu'ils ont reçu en avant-première. La raison est simple : une erreur est survenue lors du cryptage de ce dernier, un ingénieur s'est trompé de zone. Le disque fourni aux membres anglais était codé en zone 1, incluant les USA et le Canada, alors que l'Europe est en zone 2.

 

L'erreur est effectivement humaine, d'après Sara Keene, l'une des responsables de l'organisation des concours de la BAFTA : « Quelqu'un a pressé le mauvais bouton. C'est un cas de malchance » explique-t-elle, précisant que le producteur du film, Universal, n'est pour rien dans l'erreur.

 

Les 5000 membres n'ont pas eu le choix puisque les DVD fournis étaient tous encodés d'une manière spéciale, et dotée d'une nouvelle protection destinée à éviter les fuites, empêchant les copies pirates du film avant qu'il ne sorte en salle. Pour pouvoir lire ces screeners, il fallait donc un lecteur spécialement conçu pour la protection, développée par la société Cinea, une filiale de Dolby. Les lecteurs fournis aux membres anglais étaient codés pour lire des DVD en zone 2 uniquement...

 

Résultat, aucun des membres anglais ayant à voter pour les nominations n'a été en mesure de voir le film à temps, et beaucoup considèrent désormais que « Munich » est disqualifié de fait. Les copies en question étaient déjà arrivées avec plusieurs semaines de retard, et elles sont maintenant illisibles pour les votants.

 

Source: PcINpact

Link to comment
Share on other sites

Mouaihhhhhhhhhhh, un peu déçus la sur ce coup.

Le film est très bon cela va de soi, Steven nous offre pas mal de moments de bravoure et prouve encore une fois qu'il est capable de mettre en scène n'importe quel type de sujet avec une aisance rare et un brio a rendre jaloux même ces détracteurs, qui continuent, avec la mauvaise fois la plus absolue à taxer Steven de réalisateur familiale, boarf je me marre d'autant plus que les derniers film de tonton Spielberg sont d'une noirceur absolue, enfin bon c'est plus facile de le descendre la dessus faut croire vu qu'il est inattaquable sur d'autre point ... Bref

 

Que dire sur Munich, déjà l'histoire ne m'a pas passionné pour un sou.

Le conflit israélo-palestinien est à mes yeux le conflit (de canard) le plus con qu'il m'ais été donné de voir depuis bien longtemps, à partir de ce moment il était difficile de s'impliquer émotionnellement à l'histoire. (Je n’avais qu’une envie c’est que ces cons meurent tous en s’entretuant)

 

Sinon je me suis rendu compte sur la fin que Mathieu Kassovitz jouais un rôle (en plus son personnage me disais quelque chose) ainsi que Eric Bana (surtout qu'on voit que lui, c'est un peu la honte)

 

Me suis rendu compte en cours de route que Daniel Craig jouais dans le film aussi

 

Le score de Williams est transparent, c'est peut être l'apanage des bonnes Bo mais la rien ne sort du lot.

 

Il y a donc un paquet de très bonne chose dans ce film (la plupart des missions d'assassinats, la prise d'otage distillé tout le long du film et surtout le dernier morceau avec le montage en parallèle de Bana en train de faire l'amour) mais une sensation qu'il manque un je ne sais quoi pour rendre le film passionnant.

 

Par contre les 2H40 passe plutôt bien.

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Le conflit israélo-palestinien est à mes yeux le conflit (de canard) le plus con qu'il m'ais été donné de voir depuis bien longtemps... (Je n’avais qu’une envie c’est que ces cons meurent tous en s’entretuant)

 

La trisomie, ce douloureux problème.

Link to comment
Share on other sites

Le conflit israélo-palestinien est à mes yeux le conflit (de canard) le plus con qu'il m'ais été donné de voir depuis bien longtemps... (Je n’avais qu’une envie c’est que ces cons meurent tous en s’entretuant)

 

La trisomie, ce douloureux problème.

 

J'ai pensé à toi en écrivant ce passage

Je savais que tu réagirais

Link to comment
Share on other sites

Oui, ben c'est pas follichon quand même.

Alors d'accord, le trerrible drame de départ conduit le protagoniste principal vers des positions douteuses, notemment d'un point de vue moral. Le réalisateur réussit bien à mettre en relief toute la souffrance humaine qui découle de si terribles situations, ainsi que les actes extrèmes qu'elle entraine.

Mais quand même, tout ceci est-il bien sérieux ? D'abord il faut noter que le sujet concerne finalement assez peu de personnes : en effet, combien d'entre nous risquent de se retrouver dans une telle situation ? Pas beaucoup il me semble. Parce que bon, en dehors de toute considération en rapport aux tabous sociaux c'est quand même assez cher une femme en plastique, et tout le monde ne peut pas se la payer.

Link to comment
Share on other sites

Très bon film pour ma part, dans lequel Spielberg dénonce l'inutilité de la réponse à la violence par la violence, de façon très pragmatique.

La liste des dirigeants palestiniens quAvner, le personnage d'Eric Bana a charge d'exécuter s'allonge régulièrement, les morts étant systématiquement remplacés à la tête de Septembre Noir, tandis qu'en représailles les terroristes répondent par de multiples attentats (attentats que Spielberg choisit de relater par le biais des journaux télévisés, et dont les méthodes ressemblent étrangement à celles employées par l'équipe d'Avner).

Résultat les morts s'accumulent et on n'avance pas d'un iota. Le dernier plan du film est en ce sens éloquent.

Evidemment à cet aspect politique s'ajoute l'aspect humain, avec Spielberg qui nous montre des personnages qui doutent, dans les deux camps (les flashbacks sur l'attentat de Munich sont très réussis d'ailleurs, par la façon dont ils représentent les terroristes).

 

Pour parler "pur cinéma", j'ai beaucoup aimé le style adopté par Spielberg, très cinéma vérité des 70s, dans le genre Friedkin, Lumet, et compagnie, avec une violence très sèche.

Allan critique le score de Williams mais faut dire qu'il y a très peu de musique dans le film.

Concernant les acteurs, dans l'ensemble c'est bon mais pas transcendant, on a notamment connu Eric Bana et Daniel Craig plus inspirés. Rien à dire sur Amalric et Kassovitz par contre, excellents tous les deux. Honte à moi, j'ai même pas reconnu Marie-Josée Croze dans le film ...

 

Côté reproches, ben j'en ai pas des caisses. A la limite on peut reprocher à Stevie d'enfoncer des portes ouvertes en disant qu'on ne résoud rien par la violence, comme si on ne le savait pas déjà. Moyen aussi les images d'Epinal sur l'Europe, entre la Hollande, l'autre pays du vélo, et la France carte postale des 70s qui à l'air d'avoir 40 ans de retard.

 

Mais c'est bien peu de choses à l'égard du reste.

 

Très content de ma séance en tout cas !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...