Jump to content

Marci X - Richard Benjamin (2002)


Superwonderscope

Recommended Posts

Spéciale dédicace DPG qui voulait un avis

 

Instannément culte à sa sortie totalement ratée aux USA, balancée comme un kleenex malpropre par la Paramount, le film s'est pris une vautre incroyable, des critiques bien sur assassines, donc DTV chez nous.

 

Marci Feld (Lisa Kudrow) est forcée de reprendre le controle d'un label de rap détenu -sans qu'il le sache- par son père. Elle essaie ainsi de controler les débordements d'une star du rap, Dr S (Damon Wayans) qui attise les foudres d'une senatrice ultra-conservatrice (Christine Baranski). La menace de boycott aidant, Marci voit sa vie de parfaite petite bourgeoise avide de shopping et de galas de bienfaisance totalement remise en question.

 

Incohérence et laideur visuelle digne d'un téléfilm Hollywood Night sur TF1, il est techniquement inepte. Lisa Kudrow n'a jamais été aussi inexpressive : elle semble perdue, hagarde : incarnation véritable de la potiche molle du bulbe. Aucun scénario en vue : les scènes semblent hachées, vaguement rattachées les unes aux autres par un argument aussi fin d'une feuille de papier à une face. La durée du film et la décision du studio de la sortir sans publicité, sans projection de presse indique clairement un dégazage de produit dont personne ne souhaite.

 

MAIS

 

 

Néanmoins, quelque chose surnage : certains gags sont en effet à hurler de rire, dommage qu'ils ne soient pas reliés les uns aux autres. En prenant le film au 94eme degré, il est en effet plutôt drôle : Marci X appartient à la catégorie des films tellement mauvais qu'ils en deviennent drôles. L'interpétation du rappeur controversé par Damon Wayans est démesurée. Prenant tout le clinquant possible et imaginable (dents en or, collier argent-dorés, coiffures impossibles, habits baggy surnotés..) afin de mieux démonter les clichés inhérents au hip hop,

. certaines chansons du film font mouche de par leur contenu "The Power is in my pants" ("le pouvoir est dans mon froc") auquel répond Marci par "The power is in my purse" ("le pouvoir est dans mon sac à main"). Egalement très fin et fun "...In the butt" ("dans le cul"). les paroles se répétant ad vitam par "take it in the butt - yeah...take it in the butt-yeah..". le film est classé R

 

Christine Baranski en sénatrice ultra-conservateur est à se rouler par terre(elle s'appelle d'ailleurs Spinkle...allusion à Annie Sprinkle ?) et, honnetement, sa scène de danse sur du rap est un grand éclat de rire . les dialogues sont aussi bien dans le ton. Son fils lui indique que le chanteur de rap Dr S est très populaire et elle répond :

 

*Non il n'est pas populaire partout. Nous sommes des millions à le penser et ça s'appelle l'Utah"

 

 

Le film adopte également un point de vue inattendu plutôt gay friendly. Un boys band catho ( Boyz R Us) cest supposé, dans un spot TV, proner l'abstinence sexuelle entre fille et garçon jusqu'au mariage. Etant obligé de supporter ce message, le rappeur obtient un moment de formation avec le groupe...et le boys band transforme sa chanson pour donner sa version gay : pas d'abstinence mais surtout du plaisir dans les rencontres. Les gestes deviennent explicites et le coming out des quatre garçons est total. Qui plus est, le fils de la sénatrice conservatrice devient un fan (et même plus!) et proner le nouveau message du groupe à la fin. A voir également à la fin du film nos quatre gays refaire une version 21eme siècle très libérée des chansons des Village People. (et annoncer qu'ils ont couché avec Eminem )

 

Un ton très progressiste (relation inter-raciale, ton gay-friendly, moquerie de la religiosité des débats politiques et des questions raciales), et surtout une scène d'amour & de baiser inter-racial qui est toujours pratiquement tabou à Hollywood.

 

Le scénario du film est écrit par Paul Rudnick (un des rares scénaristes out), qui a écrit, entre autres, Jeffrey, In & Out, Les Valeurs de famille Addams.

 

Bref, après l'avoir vu en salle à NYC -une salle pleine à majorité de blacks totalement déchainés et hilares -, je l'ai trevu avec un énorme plaisir, rigolant à des trucs totalement idiots dans un film mal fichu mais plutot bien vus. j'adore

 

Pour le DVD : c'est rien du tout.

1.85:1 avec 16/9eme (très bonne qualité, il faut le reconnaitre)

VO en 5.1 avec VF 5.1 et st français. (itou ci-dessus)

chapitres

 

et c'est tout!

Link to comment
Share on other sites

Merci

 

Maintenant que j'y repense, il me semble que effectivement, tu en avais déjà parlé à l'epoque

 

En tt cas j'y jetterai surement un oeil un de ces 4, surtout que je suis un big fan de Damon Wayans depuis "Mo'money"

 

 

Edit : Dans le bottom 100 de IMDB, c encore plus tentant !

Link to comment
Share on other sites

Un film assez batard en effet, qui ne fonctionne pas du tout dans son ensemble - on pourrait croire que le scénar a été écrit au jour le jour tellement cela part dans tous les sens et n'a aucune logique - mais qui tape dans le mille par moment côté satire - tous les jouissifs passages précédemment cités par Superwonderscope - et s'avère globalement d'une surprenante audace dans son humour. Trés étonnant de la part de Richard Benjamin, réalisateur d'habitude beaucoup plus timoré (2 Flics a Down-Town, La Surprise).

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
×
×
  • Create New...