Jump to content

Les 3 furies du ninja - ratno timoer - 1988


Basculo Cui Cui
 Share

Recommended Posts

copier coller de l'ami john nada de nanarland :

 

Les Trois Furies du Ninja (Revenge of the Ninja) :

 

a.k.a. L’Affrontement des Ninjas (VHS Ciné Budget)

a.k.a. Kikboxer Furies a.k.a. Kickboxer furico (VHS BM Prod. / Magic Entertainment)

 

La jaquette VHS de Socai Films, référencée par le site VHS Survivor

 

Indonésie. 1988. 90 mn. De Ratno Timoer, avec Barry Prima, Dana Christina, Advent Bangun, W.D. Mochtar

 

Le genre : les 3 fous rires du ninja (catégorie : action)

 

La jaquette DVD de Bach Films

 

Une petite chronique guillerette pour fêter la sortie en DVD d’un film dont la première vision m’avait complètement estourbi. Séquence nostalgie : c’était l’époque où je commençais tout juste à offrir en holocauste mon enthousiasme cinéphilique débonnaire en visionnant toutes les VHS qui me tombaient sous la main, pour le meilleur et pour le pire, et mes rétines n’avaient pas encore été irrémédiablement flétries par l’abus de mauvaise pellicule. Je fréquentais depuis peu un certain Labroche, webmestre d’un certain site sur les mauvais films sympathiques. Labroche était jeune, son site était jeune, j’étais jeune, je veux dire plus qu’aujourd’hui, en même temps c’était il y a seulement deux ans. Il entretenait depuis peu d’obscurs contacts avec un intriguant mécène corse, ouvrant chaque colis en provenance de l’Ile de Beauté avec un mélange d’enthousiasme fébrile et d’appréhension circonspecte. Il y avait beaucoup de matière première, le filon des Cashs Converters semblait inépuisable, nous nous tenions, impavides, à la lisière d’un océan de VHS au fond duquel sédimentaient quelques strates de nanars à la portée d’explorateurs volontaires et passionnés. Sans même nous en rendre compte, nous commencions à glisser tout doucement dans un autre univers, échangeant avec un naturel déconcertant des propos aux références sibyllines pour le commun des mortels, tu ne trouves pas que cette coupe fait très Reb Brown dans Yor, si tout à fait, tiens c’est quoi cette K7, je sais pas ça vient d’arriver de Corse, je peux te l’emprunter, oui bien sûr.

 

La classe indonésienne

 

Le genre d’effets spéciaux que j’affectionne. Barry Prima a beau gonfler les pecs, je n’ai d’yeux que pour le collier volant.

 

Une VHS étiquetée Les Trois Furies du Ninja ne se glisse pas dans un magnéto comme n’importe quelle VHS. On s’attend à juste titre à plonger dans un univers visuel et artistique différent, une alternative secourable à la potée grise et fadasse du cinéma de masse multipléxé-télévisé-multirediffusé. En revoyant ce film aujourd’hui, je me suis demandé pourquoi je ne l’avais pas encore honoré d’une chronique cordiale et je crois que c’est parce que quelque part je l’ai sottement refoulé, incapable de l’appréhender véritablement, de le digérer parmi la tambouille d’ovnis filmiques que j’ingérais à l’époque au rythme d’une chaîne de production. Cette seconde vision plus distanciée me permet d’y remédier, donc trêve de bavasseries et place à l’œuvre :

 

Les moustachus parlent aux moustachus, on s’observe, on se jauge…

 

…et puis c’est la curée.

 

Notez que même en mousse, une lance dans le ventre fait toujours mal

 

Les Trois Furies du Ninja semble être le dernier film que Ratno Timoer ait tourné en Indonésie – juste avant de se compromettre avec la douteuse firme hongkongaise Filmark que les habitués de Nanarland connaissent bien – Il y retrouve des stars locales, à savoir le dieu vivant Barry Prima (surtout connu chez nous pour la trilogie Le Guerrier / Jaka Sembung mais aussi Le Justicier Contre la Reine des Crocodiles, déjà mis en scène par Ratno Timoer), Advent Bangun (également vu dans Le Justicier Contre la Reine des Crocodiles mais encore dans Ladykickboxer avec Cynthia Rothrock et Bob Ginty) et Dana Christina (un des 5 Anges de la Mort dans la série de films éponyme, repompe indonésienne de Drôles de Dames où l’on retrouve là aussi Barry Prima, parce que les grands esprits se rencontrent souvent du côté de Jakarta). A noter que la jaquette du DVD de chez Bach Films proclame d’ailleurs un peu n’importe quoi côté casting, ne vous y fiez pas.

 

Au volant de son buggy, Barry s’amuse à faire 1000 tonneaux sur la plage, juste histoire de faire une bonne blague à sa copine.

 

Vas-y, tâte voir un peu comme c’est dur

 

Bon, monsieur le chroniqueur fait son connaisseur, il est bien brave mais le film en lui-même, qu’a-t-il à offrir ? Et bien… déjà, malgré le titre, il faut savoir qu’aucun ninja digne de ce nom ne pointe le bout de sa cagoule. Rassurez-vous, on n’a jamais l’occasion de le regretter : dès la séquence d’intro on s’en prend plein les mirettes ! En effet, les noms de l’équipe technique n’ont pas fini de s’inscrire sur l’écran qu’on s’extasie déjà la bouche grande ouverte devant les vaines gesticulations de dizaines de figurants débraillés qui s'assaillent au fond d’une carrière de gravier dans l’anarchie la plus totale. L’aspect post-nuke du tiers monde s’est vu providentiellement aggravé par les choix un peu désespérés d’un accessoiriste sans le sou et d’un costumier pris de boisson. Certains de ces gaillards au look autre se castagnent avec des armes moyenâgeuses et rudimentaires, d’autres avec des armes à feu et des bazookas qui ressemblent étrangement à des tuyaux de poêle. Un grand moment de grâce.

 

Certains parlent de gouttière et d’entonnoir, moi j’en reste à l’hypothèse du tuyau de poêle.

 

S’il existait une catégorie « chaussettes nanardes », je miserais tout sur lui.

 

Le trafic d’organes, phénomène de société. Ici, un pickpocket de la barbaque pris en flagrant délit. Comme d’habitude, la victime ne s’était rendue compte de rien…

 

Magie de la télévision par satellite : l’Actor’s Studio fait des émules jusqu’en Indonésie !

 

Le ton est ainsi donné avec une saine franchise puisque durant le reste du métrage, les protagonistes s’emploieront évidemment à se tataner vigoureusement la gueule pour un oui ou pour un non quand ce ne sera pas pour un peut-être, mais dans un style heureusement un poil moins primaire qu’un de ces trop classiques kung-fu 70’s qui donnent mal à la tête à force d’abuser de la boîte à bruiter bi-fonction coup de pied / coup de poing.

 

Les deux plus belles moustaches du film (mention spéciale pour la version Saddam Hussein avec chapeau)…

 

…et la moustache de bronze, qui semble avoir besoin d’être consolée

 

Les moustaches certifiées naturelles étant seules habilitées à concourir, vous comprendrez que celle-ci a été immédiatement disqualifiée

 

La bonne tenue nanarde des Trois Furies du Ninja tient surtout à ce que l’ensemble est régulièrement saupoudré de petites fantaisies bien venues : objets qui volent aux quatre vents (collier magique, cœur palpitant), inoubliables séquences d’exorcismes stroboscopiques, apparitions-disparitions fumigénées, invocations de zombies glaiseux, dialogues qui fusillent (« Pourquoi m’avoir choisie pour accomplir cette tache ? » « Parce que vous êtes la personne qu’il faut. » CQFD !), troupeaux de moustaches s’ébaudissant dans leur milieu naturel, flash-backs délicieusement naïfs et musiques franchement fantastiques pour peu qu’on sache apprécier les sonorités minimalistes d’un bon vieux synthé indonésien.

 

Maya est possédée, son visage change de couleur toutes les 2 secondes. Barry ne comprend plus rien, le vieil exorciste fait ce qu’il peut.

 

Une attaque de crado-zombies. Heureusement, le kung fu en vient à bout.

 

Alors tant pis si les motivations des personnages restent floues, que leur nombre un peu trop élevé embrouille l’intrigue, que globalement le rythme n’ait rien de notoirement frénétique : Les Trois Furies du Ninja est à prendre pour ce qu’il est et ce qu’il a à offrir, en digne représentant d’un cinéma de genre décomplexé et authentiquement réjouissant, à des kilo-lieues des entreprises vénales d’un Godfrey Ho ou des tonnes de direct-to-video ricains que dégorgent aujourd’hui nos réseaux de location aseptisés. Un cinéma de genre quasi-disparu en Indonésie comme dans le reste du monde. Evidemment j’enfonce des portes ouvertes, c’est un peu vain de rabâcher tout ça mais bon, je crois que vous l’aurez compris, je reste un nostalgique impénitent (et malgré toute l’affection que je lui porte, j’emmerde Chuck et sa vilaine moustache !).

 

Malgré les apparences, il ne s’agit pas d’un teufeur égaré sur le plateau du Larzac mais d’un redoutable démon invoqué dans une grotte avec un cœur de sorcière et contrôlé par un clou planté dans sa tête (mais si, j’vous jure…)

 

John Nada 3,5/5

Link to comment
Share on other sites

comme je l'ai precisé sur un autre post, j'ai vu grand nombre de films mais je suis incapable d'en parler ! donc je prends ces belles chroniques et j'en fais profiter tout le monde mais la je vais calmer le jeu histoire qu'il y ait plus de post d'autres forumers

Link to comment
Share on other sites

  • 7 months later...
  • 3 weeks later...

Vu hier soir sur la VHS BM Prod aux couleurs toutes dégueulasses sous le titre de KICKBOXER FURIES....

 

Et c'est très "Woooow!!!".

Pour le coup, Barry Prima est relégué à un rôle mineur, et on profite du reste: de tous ces gus fringués comme s'ils sortaient d'un post-nuke italien et qui se tappent sur la gueule comme des fous, de ce sorcier zen qui semble provenir d'une autre ère, d'une scène de torture complètement surréaliste, d'un final avec des zombies totalement inattendus et de la présence d'un personnage qui poursuit de voitures à pied et dont on ne comprend pas franchement les motivations (un coup j'aide les gentils, un coup je le tape sur le coin de la gueule). C'est peut-être un peu bancal au niveau du rythme, mais certaines scènes sont purement anthologiques !

Si je croise le DVD, il est clair que je lui fais sa fête !

 

Ceci dit, je doute sincprement que le film date de 1988 comme il est indiqué un peu partout sur le web, si Ciné Budget l'a sortit en 1989 et que le film a connu auparavant chez Socai, il est clair que sa date de naissance est antérieure à 1988...

 

Peut-être que Fantomas en sait quelque chose ?

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Les sources indonésiennes indiquent que ce film date de 1984.

Production de la PT Rapi Film (Gope T. Samtani)

Réal: Ratno Timoer

Scénario: Darto Joned

Dir. de la phot: Herman Susilo

Dir. artistique: Hendro Tangkilisan

Montage: E. Mukhsin Hamzah

Musique: Gatot Sudartot

Son: Suparman Sidik

Durée (en Indonésie): 98 mins

 

Avec: Advent Bangun (Si Hitam), Kandar Sinyo (Satria Seta), Barry Prima (Kiki), Muni Cader (Koha), S. Parya, HIM Damsjik (Eyang), Johnny Matakena, Dana Christina (Maya), Farida Pasha, WD Mochtar, Harry Capri, Yoseano Waas, Piet Pagau, Sjaeful Anwar.

 

Le titre signifie quelque chose comme "Une fille contre un millier" - un millier de quoi, je ne sais pas, je n'ai pas vu le film !!!

 

Le dernier film indonésien dirigé par Ratno Timoer (ou Timur) date de 1990, c'est "Si Buta dari Gua Hantu : Lembah Tengkorak", réalisé pour la compagnie PT Sepakat Bahagia. Depuis ses débuts dans la mise en scène en 1974, Timoer a dirigé 31 films indonésiens.

En ce qui concerne Jaka Sembung, la plupart des sources mentionnent effectivement trois films, mais Barry Prima en a tourné en fait un quatrième plus tard, en 1990, "Jaka Sembung dan Dewi Samudra", réalisé par Atok Sugiarto pour la PT Andalas Kencana Films...

Link to comment
Share on other sites

Barry Prima (Kiki)

 

Pardon....

Il s'appelle Ricky dans la VO... sage adaptation.

 

 

Le titre signifie quelque chose comme "Une fille contre un millier" - un millier de quoi, je ne sais pas, je n'ai pas vu le film !!!

 

Ben un millier d'ennemi. C'est peut-être un poil exagéré, mais ce n'est pas si loin de la vérité, contrairement aux titres français ou anglo-saxons...

Link to comment
Share on other sites

Pardon....

Il s'appelle Ricky dans la VO... sage adaptation.

 

Tu veux dire dans la VF ?!

Remarque, dans "Les poupées du Diable" de Tod Browning, le héros s'appelle bien "Toto", et je ne sais pas si à l'époque ils avaient changé quoi que ce soit pour la VF - que je n'ai pas vue !

Link to comment
Share on other sites

Pardon....

Il s'appelle Ricky dans la VO... sage adaptation.

 

Tu veux dire dans la VF ?!

Remarque, dans "Les poupées du Diable" de Tod Browning, le héros s'appelle bien "Toto", et je ne sais pas si à l'époque ils avaient changé quoi que ce soit pour la VF - que je n'ai pas vue !

 

euh, VF...

Mes confuses...

Link to comment
Share on other sites

R E C T I F I C A T I O N:

 

Je me suis gourré tout à l'heure. En fait, Jaka Sembung, il n'y en a pas quatre, ni trois, mais au moins CINQ !!! je laisse aux spécialistes le soin de se débrouiller pour donner aux uns et aux autres les titres "anglais" sous lesquels on les identifie, car je me suis aperçu en consultant Internet que souvent, le film original est mal identifié, répertorié sous un titre fantaisiste, etc.

Si je me réfère à la source, c'est-à-dire le bouquin de référence du cinéma indonésien, "Katalog Film Indonesia 1926-1995" de JB Kristanto, dont on espère une édition mise à jour dans le futur, je trouve ces cinq titres dans la sage de Jaka Sembung:

 

 

JAKA SEMBUNG SANG PENAKLUK - 1981 - de Sisworo Gautama Putra

BERGOLA IJO - 1983 - d'Arizal

SI BUTA LAWAN JAKA SEMBUNG - 1983 - Dasri Yacob

JAKA SEMBUNG DAN BAJING IRENG - 1983 - de Tjut Djalil

JAKA SEMBUNG DAN DEWI SAMUDRA - 1990 - d'Atok Sugiarto

 

 

Ces cinq films ont pour intérprète Barry Prima dans le rôle de Jaka Sembung. Mais, étant donné qu'on n'en cite généralement que trois, auxquels ont attribue des titres anglais "internationaux", en ce qui concerne les trois films de 1983, je suis bien en peine de vous dire:

a) leur ordre de production

b) lesquels ont eu un titre anglais, étant donné les confusions à ce sujet.

 

Quelques sources, sur Internet, citent "Bergola Ijo" comme étant celui connu sous le titre "The Warrior and the Ninja", je n'en suis pas certain, je pense que c'est un de ceux qui n'ont pas été affublés d'un titre anglais (pas plus que celui de 1990). Selon moi, mais je peux me gourrer, le film de 1981 fait partie de ces trois-là (celui de Sisworo Gautama Putra), et les deux autres sont les films de Dasri Yacob et de Tjut Djalil.

 

Si l'un de vous veut bien se risquer à rendre à chacun de ces trois films leurs titres anglais, et français également... merci d'avance.

 

En ce qui concerne "Si Buta lawan Jaka Sembung", il fait aussi partie de la série "Si Buta dari Gua Hantu" ("L'Aveugle de la Grotte aux Fantômes"), dont on connait là aussi au moins quatre autres titres, dont deux réalisés par Ratno Timoer dont on parlait tout à l'heure... C'est assez dur de s'y retrouver dans le cinéma indonésien, qui mélange allègrement les mythes, un peu à la façon du cinéma turc.

Et au fait, il ne faut vraiment pas se plaindre des copies vidéo françaises de ces films. La plupart de ceux que j'ai vus étaient des VCD de Malaisie, et croyez-moi, c'est infiniment pire que tout ce qu'on peut imaginer ici, du point de vue qualité: full screen le plus souvent (avec perte d'image de TOUS les côtés), génériques illisibles, films parfois coupés, copies cinéma en ruine, etc. Hélas !

Link to comment
Share on other sites

Si tu as un synopsis de chacun de ces films, ça peut peut-être aidé...

Une chose est sûre, je n'ai malheureusement vu aucun des films de ces sagas filmiques.

 

 

Pour la série du "Guerrier" (Jaka), si on se base sur les noms des réalisateurs, ça ne devrait pas être bien difficile d'identifier leur titre français.

 

LE GUERRIER - Sisworo Gautama Putra

Résumé de la VHS Farah Films (source VHS Survivors): Jaka Sembung, connu sous le nom du "guerrier" a été capturé par "le Dutch" et placé au camp de travail pour rebellion. Un jour d'emeute "le guerrier" s'echappe avec quelques amis. Une recompense est offerte par le capitaine Van Scream pour la capture du guerrier. Un sorcier promet de ressuciter Ki Tiem pour combatre le guerrier....

D'après imdb : The Warrior

 

 

LE DEFI DU GUERRIER - Tjut Djalil

Résumé de la VHS René Chateau (source VHS Survivors): Le célèbre "Guerrier" conclut un pacte avec "Black Ninja" magnifique combattante noire championne en arts martiaux, pour lutter contre l'oppression destroupes coloniales hollandaises. Au cours de plusieurs attaques sanglantes et spectaculaires ils réduiront à l'échec leurs ennemis.

Si on s'en tient à imdb:

THE WARRIOR AND THE NINJA; aka THE WARRIOR 2

Titre VO sur imdb: JAKA SEMBUNG & BERGOLA IJO

Ce qui ne colle pas avec ta liste qui semble attribuer ce titre anglo-saxon au film d'Arizal.

Le film a été édité par ces margoulins de BM Productions:

 

 

LE GUERRIER DES TENEBRES - Dasri Yakob

Résumé de la VHS Punch Vidéo (source VHS Survivors): Le "Guerrier des ténèbres", redoutable combattant d'arts martiaux devenu aveugle, défend son honneur, en affrontant au péril de sa vie dans un combat titanesque et spectaculaire un adversaire cruel et sans pitié.

Il s'agit là du crossover entre Le Guerrier (Barry Prima) et Le sabreur aveugle (Advent Bangun) - tous deux à l'affiche des 3 FURIES DU NNJA.

Selon imdb:

Réalisateur : Worod Suma (???)

The Warrior and the Blind Swordsman

Warrior 3 (International: English title)

Warrior and Blind Warrior

 

 

si ça peut faire avancer le schmilblick...

Link to comment
Share on other sites

On va y arriver, on va y arriver...

J'avais remarqué la même erreur que toi en ce qui concerne l'un des films, le titre que lui attribue IMDb (et aussi quelques autres sources) est en effet un dérivé du titre original du film d'Arizal, qui apparemment est une toute autre production de la même année.

Je pense que le mieux pour une identification formelle, outre le nom du réalisateur, c'est le casting ainsi que les noms des personnages. Je fais çà ce soir et j'envoie le post !!! en ce qui concerne les scénarii, je les ai, mais en indonésien... Ce qu'il faudrait, en fait, c'est scanner le bouquin entier avec reconnaissance de caractères; le mettre sur le Net, dans un blog ou autre, avec une adresse URL; utiliser le logiciel de traduction rapide, même si imparfait, que j'ai trouvé sur le Web... Mais pour le moment, je n'ai pas de scanner, donc çà commence mal !!!

A part "Les trois furies du ninja", quels sont les autres films fantastiques indonésiens qui sont sortis en France, ou Belgique, en DVD ???

Link to comment
Share on other sites

Primo: je viens de vérifier pour "Le défi du guerrier".

Le casting correspond en tous points à celui du film "Jaka Sembung dan Bajing Ireng", qui est effectivement de Tjut Djalil.

 

Ensuite, le titre "Jaka Sembung dan Bergola Ijo" n'existe pas dans le catalogue des films indonésiens. Il existe un film appelé juste "Bergola Ijo", qui fait aussi partie de la série "Jaka Sembung", et c'est le film d'Arizal.

 

Dans le scénario (en indonésien) du "Défi du guerrier", à AUCUN moment on ne cite le personnage de Bergola Ijo. En plus, la liste des acteurs n'aide pas beaucoup ici, car leurs rôles ne sont pas précisés sauf pour Barry Prima, et dans le résumé de "Bergola Ijo" on ne dit pas non plus QUI joue le rôle-titre.

 

Mais le plus curieux, c'est le commentaire d'un internaute sur la page du "Défi du guerrier", qui dit que Jaka Sembung s'en tire "avec l'aide de Bergola Ijo".

 

Deux possibilités: ou bien c'est "Bergola Ijo" qu'il a vu, et il en parle sur cette page à cause de l'erreur de titre...

... ou bien Bergola Ijo apparaît aussi dans ce film, ce qui aurait pu causer cette confusion de titre !

 

PS - pour le film ou Jaka Sembung rencontre Si Buta, je viens de faire la correction de titre et de réalisateur sur IMDb, en proposant le titre indonésien correct, "Si Buta Lawan Jaka Sembung", et le réalisateur Dasri Yacob (que IMDb ortographie "Dasri Jacob"...) - Ca devrait apparaître dans quelques jours je pense...

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Tout de suite un petit éclaircissement, qu'il n'y ait pas de confusion: quand je dis que IMDb orthographie "Dasri Jacob" et non Dasri Yacob (comme les Indonésiens) ce n'est pas à propos du film pour lequel j'ai fait une correction, qu'ils attribuaient à Woody Woodpecker ou je ne sais qui ! mais pour que le nom soit accepté assez vite, j'ai répondu OK quand ils me disaient un truc du genre: "nous, on connait pas Yacob, mais on a un Jacob qui a fait tel film, çà vous va ???" - et comme le film qu'ils me citaient était bien du même Yacob, j'ai cliqué OK pour avoir la paix, on pourra revenir sur l'othographe éventuellement. Donc, j'ai rectifié le titre du film ou Jaka rencontre Si Buta, et rectifié aussi Woody Woodpecker d'une balle entre les deux yeux, moi qui ne suis pas chasseur...

Bon, pour y voir clair avec les Jaka Sembung, je propose une chose:

On repart à zéro; j'ouvre un nouveau topic, puisque celui-ci est consacré en principe aux "Trois furies du ninja", et je recopie les génériques des CINQ films, avec les noms des personnages quand ils sont mentionnés dans le résumé, OK ? çà nous donnera une base de départ sur laquelle on pourra ensuite identifier les correspondances avec les titres anglais de façon certaine.

A tout à l'heure dans le nouveau topic...

Link to comment
Share on other sites

  • 13 years later...
 Share

×
×
  • Create New...