Jump to content

American Splendor - Springer Berman, Pulcini (2003)


Benj

Recommended Posts

MV5BMjA0MjYxNjY1MV5BMl5BanBnXkFtZTcwNDkw

Citation
La vie ordinaire est plutôt complexe. Bienvenue dans le monde d'Harvey Pekar ! American Splendor est une immersion totale dans la vie et la vision du monde d'Harvey Pekar, documentaliste, intello prolétaire, collectionneur souffrant de troubles obsessionnels et compulsifs, et créateur d'une série de bandes dessinées autobiographiques, intitulée American Splendor. Depuis plus de vingt ans, cette bande dessinée rend compte des tribulations banales, des expériences diverses et des passions culturelles qui forgent le quotidien d'Harvey Pekar, dans sa ville natale de Cleveland, dans l'Ohio.

 

Diffusion de ce magnifique film mercredi soir (187/04) sur Arte à 22h30.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
  • 2 weeks later...

Je l'ai acheté et regardé, j'ai trouvé ça triste...

 

C'est bizarre d'ailleurs, je saurais pas vraiment dire si j'ai aimé ou non en fin de compte...

 

Ca m'a quand même donné envie de jeter un oeil aux BD.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
L'artiste Harvey Pekar (American Splendor, The Quitter) est décédé aujourd'hui à l'âge de 70 ans.

 

Le quotidien, c’est un truc assez complexe, voilà la devise de Harvey Pekar, auteur de la mythique série American Splendor. Au début des années 70, Pekar, critique de jazz et collectionneur de vieux disques, rencontre Robert Crumb et découvre la bande dessinée underground. Fasciné par les possibilités offertes par ce medium, il développe un projet de série autobiographique et, incapable de dessiner, il convainc Crumb et un dessinateur local, Garry Dumm, d’illustrer les premières histoires. En 1976 il décide d’auto-éditer la série, à laquelle la fine fleur de la scène indépendante américaine va participer. Avec American Splendor, Harvey Pekar décrit le quotidien de la middle-class américaine, à travers sa propre expérience d’archiviste dans un hôpital public et ses relations sentimentales mouvementées, sans rien cacher de son caractère colérique ou de ses troubles maniaco-dépressifs. Il réalise également les portraits de personnages croisés ici et là et brosse un tableau désabusé de Cleveland, ville industrielle touchée de plein fouet par la crise des années 70. En se mettant ainsi en scène, Harvey Pekar, anti-héros d’une Amérique désenchantée après le choc du Vietnam, révolutionne le genre et créée la première série de bande dessinée autobiographique, qui influencera par la suite de nombreux auteurs.

Texte de l'éditeur Ça et Là pour l'édition vf d'American Splendor

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...