Jump to content

Premier amour, version infernale - Susumu Hani - 1968


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Je me suis laissé un peu abusé par la superbe affiche qui reflète difficilement ce spectacle qui m'a laissé un peu dubitatif.

 

Le film de Hani appartient à tout un mouvement sixties de la "Nouvelle vague" japonaise qui, bien qu'elle se relève d'inspirations française, a encore plus de soifs d'expérimentations et de transgressions. On ne lui en voudra certainement pas...

Et en effet, il y en a pas mal dans cette histoire amour là, scellant le frêle Shun à la frivole Nanami, jeune créature s'offrant nue à des séances de photos plus que dénudées. Une curieuse première histoire d'amour donc.

 

On y aborde le sado-masochisme au détour d'une très longue séquence, voire la pédophilie ou l'inceste. Hani tisse un film étrange et complexe, sexy et tourmenté mais qui m'a paru particulièrement barbant en ce qui me concerne. Dans le même rayon, je lui préfère de très loin le sidérant Funeral Parade of Roses.

Link to comment
Share on other sites

Premier amour version infernale a été diffusé sur Arte il y a une dizaine d'années.

Effectivement le style du film reflète bien la nouvelle vague de l'époque et le métrage est parfois fatiguant à suivre même s'il reste intéressant.

Par contre l'affiche, un peu trompeuse, est en effet superbe.

Link to comment
Share on other sites

Pour FUNERAL PARADE OF ROSES, j'avais réussi à me choper un "bootleg" sur internet. Peux-être que pour celui-ci aussi finalement...

 

Funeral... est sortit en Zone 2 UK chez Eureka avec un booklet débordant d'infos sur le film.

Quant à Premier amour... il est srtit chez Geneon, avec st anglais, il me semble.

Link to comment
Share on other sites

 

Je me suis laissé un peu abusé par la superbe affiche qui reflète difficilement ce spectacle qui m'a laissé un peu dubitatif.

 

Le film de Hani appartient à tout un mouvement sixties de la "Nouvelle vague" japonaise qui, bien qu'elle se relève d'inspirations française, a encore plus de soifs d'expérimentations et de transgressions. On ne lui en voudra certainement pas...

Et en effet, il y en a pas mal dans cette histoire amour là, scellant le frêle Shun à la frivole Nanami, jeune créature s'offrant nue à des séances de photos plus que dénudées. Une curieuse première histoire d'amour donc.

 

On y aborde le sado-masochisme au détour d'une très longue séquence, voire la pédophilie ou l'inceste. Hani tisse un film étrange et complexe, sexy et tourmenté mais qui m'a paru particulièrement barbant en ce qui me concerne. Dans le même rayon, je lui préfère de très loin le sidérant Funeral Parade of Roses.

 

Si tu avais fouillé un peu le site que tu hotlink sans gêne, tu aurais pu trouvé tout un tas d'info utiles pour les autres lecteurs:

- Portrait détaillé du cinéaste

-Chronique du film

- Dossier sur son contexte de production

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...