Jump to content

Odd Thomas - Stephen Sommers - 2012


alfie
 Share

Recommended Posts

Screen Daily a confirmé l'information diffusée par Production Weekly en septembre dernier. Le projet sera produit par Howard Kaplan, John Baldecchi et Stephen Sommers.

 

Sommers disposera d'un budget de 47 millions de dollars pour réaliser le film d'après le scénario qu'il a écrit.

 

Sommers a expliqué que la lecture du livre lui avait tout de suite donné envie d'en faire un film. Selon le réalisateur, il y a tout ce qu'il faut pour faire un bon film : « L'histoire mélange de l'action, des sentiments, du rire et de l'épouvante.»

 

Odd Thomas, personnage imaginé par Dean Koontz, est présent dans quatre romans : Odd Thomas (L'étrange Odd Thomas, J.C Lattès), Forever Odd (L'Ami Odd Thomas, J.C Lattès), Brother Odd et Odd Hours, et deux romans graphiques : In Odd We Trust et Odd Is On Your Side.

 

Odd Thomas est cuisinier dans un restaurant de la petite ville de Pico Mundo. Un lieu qui pourrait passer inaperçu si Odd n'avait pas la particularité de pouvoir voir et discuter avec les morts, ceux qui ne parviennent pas à passer à autre chose. Odd décide alors de les aider à passer de l'autre côté, là où ils pourront trouver le repos...

 

Tournage à Santa Fe à partir du 2 Mai.

 

Willem Dafoe pourrait rejoindre Anton Yelchin et Addison Timlin pour jouer le rôle du chef de police de la ville.

 

Content de voir Sommers revenir sur un projet plus modeste et probablement dans la lignée des séries B horrifiques qu'il affectionne.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
The producers of Odd Thomas, a feature starring Willem Dafoe and based on a Dean Koontz novel, are suing several entities alleging that they failed to provide $35 million that would have gone toward marketing and distributing the movie and paying back production loans.

 

According to TOOT and Fusion, OMG pledged to spend $25 million on prints and advertising to support a release of Odd Thomas in the U.S. and another $10 million to partially refinance certain loans. Several deadlines came and went, but most of the money never materialized, according to the lawsuit, filed by the Law Offices of Alan S. Gutman in Beverly Hills.

 

TOOT and Fusion are suing for compensatory damages, punitive damages, attorneys’ fees, costs of the suit and other relief.

 

 

nSfKE_zRxAk

 

Une première bande annonce pour un film qui devrait sortir à l'automne aux USA malgré tout.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Ouh le film sorti de nulle part Pas une seule bande annonce n'a été diffusée ici (même pour Mud on a été matraqué). Dommage parce que c'est effectivement plutôt sympa. Rien d'extraordinaire mais une série B sans prétention ça fait du bien des fois. Ça m'a fait penser à Fantômes contre fantômes. J'aurais préféré des cgis moins envahissants par contre mais bon ça passe.

(et la fin m'a un peu flingué le moral)

 

 

Pas un spoil, juste des photos sympathiques de la non moins sympathique Addison Timlin (c'est pas dans Odd Thomas)

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Une bonne série B comme Hollywood ne sait plus en faire ni en vendre : Un budget modeste de 27 Millions de dollars sans énormes vedettes, un montage serré, une menace qui dépasse la simple cellule familiale sans être une énième fin du monde (ici, un drame à l'échelle d'une petite ville).

 

La Sommers' touch est bien présente. Cadre soigné, rythme alerte dès les premières secondes, générosité dans l'action (et les effets spéciaux), acteurs charismatiques, personnages féminins actifs, malins et séduisants sans tomber dans la vulgarité Bayenne.

 

Les personnages secondaires sont survolés mais possèdent des personnalités bien distinctes; on ressent bien la complicité entre les protagonistes grâce à certains échanges vifs et enlevés, ce qu'il manquait en partie dans GI Joe.

 

On constate une certaine similarité entre la fin de ce film et celle de Van Helsing, qui laissera un goût amer au spectateur qui venait d'assister jusque là à un divertissement plutôt léger et teinté d'humour noir.

 

la fiancée du héros meurt

 

 

Et ses vieux potes Arnold Vosloo (la Momie) et Shuler Hensley (le Monstre de Frankenstein) viennent faire un petit coucou.

 

Bref, une belle réussite qui sait maintenir l'équilibre entre l'univers du romancier et le style du réalisateur.

 

Merci Stephen.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

P... mais d'où il sort celui-là, une pure merveille made in Stephen Sommers hors d'un blockbuster à 200 patates, oui c'est possible et il l'a fait le bougre, un film magnifique tout droit sorti des années 90 (adapté de Dean Koontz en plus, par Sommers lui-même, tu m'étonnes...) mais sous ses allures modestes c'est bien plus que ça, une déclaration d'amour aux "gens étranges" (difficile d'être plus clair c'est dans le titre), NOUS quoi, une magnifique histoire d'amour, et surtout bien sûr une ode au cinéma à travers un scénario magnifiquement écrit qui sait très bien où il va (attention les surprises !) et une mise en scène toujours aussi classe et élégante, bref pour moi une des plus belles surprises depuis longtemps (des films comme ça c'est deux ou trois par an maximum), et si vous ne me croyez pas regardez juste les dix premières minutes, tout le film est comme ça, à voir sans faute !!!...

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Effectivement c'est sympa mais pas de quoi sauter au plafond non plus.

Y a un manque de finalité dans tout ça. Comme si ils prévoyaient une suite.

Ça ressemble vachement à une série quand même.

Mais bon c'est quand même cool.

Puis la fille est sympa à regarder.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Chouette petite surprise également en ce qui me concerne.

 

C'est généreux, linéaire et ça rappelle effectivement beaucoup The Frightners (un compliment, je le précise), en peut-être moins fou-fou mais sans que ce soit un défaut, tant la modestie affichée sied à Sommers (sans doute une cure nécessaire après les excès de ces dernières années).

 

Et puis, merde, moi aussi

la fin m'a cueilli.

.

Continue comme ça, Stephen, on croit toujours en toi !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...