Jump to content

Carré blanc - Jean-Baptiste Léonetti, 2011


Kerozene
 Share

Recommended Posts

  • 1 month later...

C'est d'autant plus malheureux que le film ne manque pas d'efficacité. Ce n'est pas totalement nouveau et dans la famille des films du genre glacial avec une critique de la société représenté par une contre-utopie ressemblant à notre monde, c'est bien plus haut que la moyenne. C'est plus que froid, exploite son potentiel de dépression du début à la fin et Sami Bouajila est tout bonnement impeccable et incroyable . Visuellement à tomber par terre, merveilleusement bien léché comme la bande son bien lourde par moments. Pour de (rares) fois où l'ambiance triste et pesante est balancée dès le début, elle reste implacable jusqu'au bout sans arnaque.

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

C'est pas mal du tout! La vraie force du film, c'est d'être minimaliste sans être cheap, de ne pas montrer de dictateur imaginaire ou de trucs déjà vu mille fois dans des films d'anticipation orwellien souvent trop démonstratif. Ici, c'est froid, sec, sans fioritures et la bonne idée, c'est de ne montrer aucune limite entre la vie privée et la vie en entreprise. Ca m'a fait penser à une version sérieuse du Bidule.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Putain qu'est ce que c'est chiant

Si l'idée de base est plaisante, la mise en forme est lourde, avec une mise en scène nombriliste et un montage qui semble tenter de recoller les bourdes de tournage via des artifices un peu foireux. Je peux me tromper, mais si c'est le cas: pourquoi avoir choisi de trancher pareillement? Ca sent vraiment le projet foiré qui pisse dans un violon. Déçu.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...