Jump to content

Un heureux évènement - Remi Bezançon - 2011


DPG
 Share

Recommended Posts

Un garçon. Une fille. Ils se rencontrent. Ils s'aiment. Ils font un enfant. Mais tout n'est pas rose comme dans les contes de fée, la fille devient la plus grande chieuse que la terre ait jamais porté, le père le vit mal, ils se fightent.

 

Très déçu par ce nouveau film de Rémi Bezançon, je dois l'avouer... Tout n'est pas à jeter pour autant, mais quand même... Le début est sympa. La première demi heure disons. La rencontre, le début de l'amour, la grossesse, tout ça fonctionne plutôt bien. Le tout est léger, amusant, touchant, on retrouve bien la patte de ses films précédents.

Et puis vient l'accouchement, et là le film prend un virage, voulu, assumé, vers quelque chose de plus dramatique. Dans l'absolu, pourquoi pas ? Mais le problème, c'est que ça devient beaucoup moins intéressant à suivre... J'ai même envie de dire qu'au bout d'un moment, c'est carrément pénible, et si des petits trucs pas mal viennent nous tirer de la torpeur de temps à autre, ça reste toutefois bien maigre. Ennuyeux, car cette partie là est quand même le cœur du film.... Mais juste, bon, on a compris que la mère vit mal son nouveau statut, qu'elle n'arrive pas à se séparer de sa fille, tout ça... mais c'est amené sans grande finesse, sans recul, de manière assez brute, sans doute sincère, mais tout sauf intéressante d'un point de vue cinématographique.

Qui plus est, pas mal de trucs sont pas très bien gérés, les persos secondaires sont assez caricaturaux (les deux mères, Lazure et Balasko) ou bien sous exploités (Anais et T.Fremont)... Certaines évolutions sont un peu tirées par les cheveux, du genre le perso de Pio Marmai, on le présente comme un glandeur ds un vidéoclub, et du jour au lendemain, il se dit "ah zut, on va pas avoir assez d'argent, si je changeais de boulot ? et hop, dans la minute, ça devient un cadre sup costard cravate débordé Et puis globalement, même le perso de Louise Bourguoin, sur qui repose le film, n'a quand même pas grand intérêt. J'ai jamais été père, et encore moins mère, mais de la façon dont c'est traité là, je trouve ça chiant au possible, limite horripilant au bout d'un moment, et à aucun moment je n'ai partagé ses peines, ses doutes, ses angoisses...

 

Je veux pas non plus paraitre trop sévère, c'est pas nul, c'est pas un supplice, il reste quelques bons moments. Mais j'avoue que j'en attendais bien plus, et les quelques échos que j'avais eu étaient plutôt positifs, donc bon... Disons juste que je suis passé à côté en tout cas...

 

PS : J'aimerais bien revoir un bon film en salles un jour

 

Link to comment
Share on other sites

J'avais trouvé le précédent Rémi Clermont-Ferrand (pardon) pas totalement mauvais, mais incroyablement lourd et antipathique par sa volonté de nous assener des bons sentiments à coups de burin dans la tète, bin visiblement il a pas vraiment changé de style.

 

En tout cas c'est marrant parceque l'avis de DPG correspond EXACTEMENT à l'idée que je me faisais du film sur la BA. Comme quoi les BA c'est pas toujours trompeur, en fait !

Link to comment
Share on other sites

  • 11 months later...

Ben elle portait des faux seins rajoutés par dessus sa poitrine à l'aide de genre de prothèses, je me souviens très bien l'avoir vu l'expliquer au moment de la promo du film.

 

Après je sais pas si c'est pour toutes les scènes, pourquoi, comment, tout ça, j'ai plus assez en tête ni le film ni sa promo...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...