Jump to content

Les visiteurs - Elia Kazan - 1972


machun
 Share

Recommended Posts

 

Dur de parler de ce film à des personnes ne l'ayant pas vu. Ce que je peux dire sur le film, c'est qu'en gros James Wood vit tranquillement avec sa femme et son bébé dans la maison de son beau-père, isolé de dans la nature enneigé. Et sans prévenir, deux vieilles connaissances du Vietnam viennent lui rendre visite, deux amis qu'il avait dénoncé après un viol durant la guerre.

Voila, après Elia Kazan vous fera découvrir tout le reste. Ce que je peux dire : c'est minimaliste comme film (beaucoup de longueurs voulus, à peine 5 acteurs et un décor unique dans la campagne). Très déroutant, ne sachant pas ce que ces visiteurs ont derrière la tête, c'est quasiment toute la force du film : on doute tout le temps sur eux, sur ce qu'ils veulent, sur leurs états. Je me suis senti bien seul et mal à l'aise, et incroyablement calmé au bout du compte. Une claque immense. Datant de 1971, Straw dogs de Peckinpah sorti pas longtemps avant ou après, le cinéma des années 70 était déjà prédit en ce(s) film(s), chef(s) d'oeuvre(s).

 

En fait, ce que je peux vous dire en tout cas, c'est qu'il le faut.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Très fort en effet. Je l'ai vu en salles il y a 2-3 ans dans une rétro Kazan, et ce fut une grosse claque, qui tranche radicalement avec le reste de la filmo du maitre. Assez proche d"un "Chiens de paille" comme dit au dessus, le film est vraiment glaçant, distillant son venin petit à petit , avec une économie de moyens et une justesse de ton, de choix de mise en scène qui laisse béhat. Vraiment un "grand petit film" à découvrir absolument !

Link to comment
Share on other sites

Tout d'accord avec les comms du dessus.

 

Juste pour ajouter que le film fut parfois vu comme une tentative souterraine par Kazan d'expier voire justifier son agissement durant le maccarthysme, une lecture du sous-texte pouvant effectivement se traduire comme une façon de

légitimer l'action de celui qui dénonce

.

 

Script original signé par son rejeton Chris, qui rédigea plus tard celui de Comme un chien enragé qui relate l'affrontement d'un père et son fils - ce dernier refusant et se révoltant contre les actions de son géniteur...

On ne devait pas s'ennuyer aux repas de famille...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Je viens de le voir. Je confirme le film distille un malaise tout le long. La fin est assez brusque et ne cherche pas à plaire.

Je pense pas je reverrai le film malgré toutes ses qualités de jeu d'acteurs et de mise en scène. Une fois que l'on connait l'issue, le film perd de son suspense.

 

Par contre je me pose une question:

 

comment la femme de james woods peut tomber dans les bras d'un type auquel elle était prête à cracher au visage 10 minutes auparavant ???? on est pourtant pas chez Lenzi

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...