Jump to content

Dallas Buyers Club - Jean-Marc Vallée (2013)


Benj
 Share

Recommended Posts

1986, Dallas, Texas, une histoire vraie. Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c’est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l’impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d’autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né. Mais son succès gêne, Ron doit s’engager dans une bataille contre les laboratoires et les autorités fédérales. C’est son combat pour une nouvelle cause… et pour sa propre vie.

U8utPuIFVnU

 

Bon Matthew a eu l'oscar. C'est mérité, il joue vachement bien dans ce film. En fait depuis quelque temps il joue mieux. Ou alors ce sont les rôles qui fait qu'il joue mieux.

Là il a perdu du gras pour le rôle et c'est encore plus saisissant.

Par contre je ne comprends pas l’intérêt de raconter une histoire vraie et de foutre des perso qui n'ont jamais existé. Je veux bien que l'on rende le film plus "divertissant" mais dans ces cas là tu changes le nom de tout les personnage.

Link to comment
Share on other sites

Ah mais moi j'ai vachement aimé.

Le perso de Rayon n'a jamais existé, c'est une combinaison de plusieurs personnes avec lesquelles le type a bossé. De même que la médecin jouée par Jennifer Garner qui est totalement fictive. Mais ça je m'en doutais en votant le film.

Link to comment
Share on other sites

Ah, je croyais en avoir parlé quand je l'ai vu...

 

Donc.

 

J'ai trouvé ça pas mal mais il m'a manqué un petit quelque chose pour vraiment trouver ça mortel. En l'état, je trouve que le film se repose justement un peu trop sur les performances de ses acteurs. Pour le reste, ça hésite entre pas mal de trucs, sans jamais vraiment aller à fond dans une direction... Un peu inabouti, mais qd même un bon film, et très bons Mc Conaughey et Leto, clairement !

Link to comment
Share on other sites

Moi, j'y étais allé parce que j'avais beaucoup aimé C.R.A.Z.Y. et que j'attendais du réal qu'on retrouve sa patte ou qu'il injecte au moins un peu de sens dans un truc qu'on pressentait trèèèès formaté.

 

Résultat : que dalle !

Le propos est généreux, l'ensemble se regarde et ça permet de revenir sur un fait pas forcément connu (de moi, en tous cas) mais alors, qu'est-ce que c'est calibré, de A à Z !

Que ce soit au niveau de la forme ou du fond, rien ne dépasse pas le cadre du téléfilm qu'on aurait bien vu aux "Dossiers de l'écran", il y a vingt ans.

 

Quant aux "performances" de McConaughey et Leto, elles ont "OSCAR !!!!" inscrit sur leur gueule du début à la fin (tu perds 20 kgs et tu joues un malade du SIDA : check ! Tu perds 10 kgs, tu joues un malade du SIDA et EN PLUS tu te travestis ? Double-check ! )

 

Mais bon, c'est pas comme si c'était une surprise...

Link to comment
Share on other sites

En même temps, à peu près TOUS les mecs qui vont aux Oscars ont OSCAR écrits sur leur gueule, non ?

 

Daniel Day Lewis a Oscar écrit sur sa gueule dans tous ses films depuis 20 ans, Christian Bale qui perd 50 kgs, Colin Firth qui joue un bègue, Sean Penn un mongolien, Tom Hanks sida ou gogol, Nic Cage alcoolo, et je vous passe les 50 biopics... C'est triste, mais c'est hélas, pas nouveau...

 

Même un Dieu comme Pacino a du jouer un aveugle pour l'avoir, et Brando se mettre du coton dans les joues pour le second...

Link to comment
Share on other sites

Ah mais, je ne dis pas le contraire.

 

Mais disons que certains sont plus subtils que d'autres.

Les exemples de Bale et Melissa Leo pour The Fighter étant, à cet égard, particulièrement parlants.

 

Quant à Pacino, qu'il ait eu pour l'un de ses plus mauvais rôles ne mérite aucun commentaire...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...