Jump to content

The Wind that Shakes the Barley - Ken Loach (2006)


Fabrice
 Share

Recommended Posts

Irlande, 1920. Des paysans s'unissent pour former une armée de volontaires contre les redoutables Black and Tans, troupes anglaises envoyées par bateaux entiers pour mater les velléités d'indépendance du peuple irlandais.

Par sens du devoir et amour de son pays, Damien abandonne sa jeune carrière de médecin et rejoint son frère Teddy dans le dangereux combat pour la liberté...

 

Ayé, vu mon premier Ken Loche, et la Palme d'Or en plus, comme ça j'ai fait d'une pierre deux coups.

Bon, comment dire, j'ai bien aimé le film mais je n'ai pas franchement ressenti la grande transcendance filmique. Tout ça m'a paru d'un classicisme et d'un académisme absolus. C'est très propre hein, magnifiquement mis en images par le directeur photo, impeccablement interprété dans l'ensemble, avec en tête Cillian Murphy qui comme d'habitude est remarquable.

Mais l'histoire, le destin des deux frères dont les chemins se séparent, les déchirements des protagonistes, tout ça c'est quand même du déjà vu.

Ca n'empêche pas le réalisateur d'offrir quelques moments forts, au début et à la fin du film surtout, mais, mais ...

Link to comment
Share on other sites

Le film commence assez fort et je me disais : mais pourquoi diable un tel parti-pris anti-anglais? Tout cela pour mieux démonter ce sentiment dans le deuxième tiers du film, en contrebalançant le tout avec les sacrifices que sont amenés chaque protagoniste à effcetuer.

 

Loach n'a pas son pareil pour mettre en scène des plans douloureux, des scènes révoltantes pour la nature humaine. On sent la sincérité du propos. il n'a rien perdu de sa hargne et de aprti-pris naturaliste.

 

Ce n'est pas toutefois le meilleur Loach que j'aie vu, loin s'en faut. Deux soucis m'ont gaché le plaisir de la vision.

 

Il existe un vrai problème de rythme au bout d'une heure et le film traverse un espèce de tunnel où l'histoire part un peu ddans tous les sens, abondant en points de vue et intrigues secondaires voire tertiaires qui noient le propos. Une succession de vignettes politico-romantiques. Pour se reprendre à la fin et à nouveau se focaliser sur le destin et l'histoire.

 

Ensuite le manque flagrant d'ampleur. Loach filme cette fresque comme un drame social. Et l'ampleur de la mise en scène vient à manquer, même dans les scène de bataille et de foule. ce qui réduit curieusement la portée.

 

Après les résultats de cannes, je me demandais ce qui avait bien poussé le jury à lui déclarer la Palme. Probablement ce formidable métier qui pousse à la fois à la révolte permanente? Le sujet quasi-universel, surtout en nos temps troublés?

Après quelques mois, je penche plutot à cette propension de dynamiser son récit en menant le spectateur à rejeter le film au début pour mieux le reprendre en mettant en place, tranquillement, la deuxième partie et tenter d'inverser la vapeur. Peu de cinéastes savent faire cela.

Link to comment
Share on other sites

Kes est pourtant très bon... Ae fond kiss, film sur les problémes que soulève l'intégration de musulmans dans un pays où l'église fait encore partie de l'état, est très bon. Il évite le politiquement correct, les clichés et aborde de front les problémes...

 

Pour ma part, je vais essayer d'aller voir ce dernier opus de Loach ce WE à Dublin...

 

Mais je croyais que Buralo66 était un cinéphile ?...

Link to comment
Share on other sites

C'est bien, continue, je sens que tu vas rester longtemps ici ...

 

Par contre je te conseille d'ouvrir un thread "règlements de compte", parce que là ça fait quand même pas mal de posts hors-sujet, le pauvre Ken n'a pas mérité ça.

Link to comment
Share on other sites

J'essaye de faire dans la finesse même si j'ai encore un peu de mal... En même temps y aller avec des pincettes pour des ignares, c'est faire un peu preuve de pitié...

 

"Si Nez File, toi le moucher"comme disait un vieux proverbe serbe du sud.

 

en fait, les apparatchiks du forum charrient à tout bout de champ (en même ils charrient pas mal de .... mais enfin bon c'est une autre histoire ) et si tuprends tout au pied de la lettre, il est clair que tu vas auto-pousser le bouton eject et de ce fait ne pas réussir à tenter de prendre du plaisir. En même temps, c'est supposé etre un forum de cinéma dédié aux biches, alors va savoir...

 

donc, qu'il s'agisse des post hors sujets, des discussions sur Moore ou ici sur la cinéphilie de Buralo (qui n'est qu'un vieil élitiste qui s'ignore ), relache ton sphincter, keep cool et enjoy the ride

Link to comment
Share on other sites

Utilise donc de ton fabuleux pouvoir de modérateur, Ignare66, je ne fais que passer. Et vu comment j'ai été reçu de toute façon (limite s'il faut pas lêchr les bottes de l'admin')... Mais sache donc Ignare66, qui n'a jamais vu de film d'avant les années 90, que la jouissance que tu vas éprouver en me bannissant ne te rendra ni plus intellgent ni plus tolérant...

Link to comment
Share on other sites

Décidemment, tu m'en veux !

 

Mais je suis désolé, si tu dégages ce ne sera pas de mon fait, je ne suis qu'un des 352 modérateurs du site, je n'ai pas le pouvoir magique du bannissement ...

 

Mais vu comme tu te ridiculises te bannir ce serait encore te rendre service.

 

C'est quand même assez ironique que le thread à l'origine de ta vindicte ait été sur se7en. Ca fait un an que tu rumines ta vengeance, en fait John Doe c'est toi !

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...