Jump to content

Flashdance - Adrian Lyne - 1984


Basculo Cui Cui
 Share

Recommended Posts

Un TRES grand film, qu'on ne pourrait, helas, plus faire de nos jours, ou alors si, mais ça serait pas pareil. Chaque seconde, chaque plan, chaque image transpire (d'où la douche) les 80's

 

Que devient Jennifer Beals, que l'on avait vu ensuite ds "Le grand pardon 2", ne l'oublions pas ?

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • 4 years later...

Moi je trouve cela pas mal Flashdance. Ca pose d'emblée les obsessions d'Adrian Lyne et son style immortel, son hymne visuel à l'imagerie hyper-eighties, aussi ringarde que fascinante...et y'a donc déjà ce thème de la sexualité, de l'infidélité, du pouvoir du corps, de sa découverte...il me reste quelques Lyne à mater, mais ca m'a donné envie...

Bon, Beals est mimi, les tubes sont omniprésents, c'est un joli film sur la découverte et l'accomplissement, mais j'ai été déçu par la fin, où tu t'attends à un putain de crescendo musical, mais qui se résume en fin de compte à une simple audition un peu comique de trois minutes !

Link to comment
Share on other sites

 

Ouep, mais le truc, c'est que je l'ai déjà vu, ce chef d'oeuvre.

Donc disons qu'il me reste le plus marrant: tous les gros hits de Lyne, adulés par des trentenaires qui se remémorent leurs boums d'antan et leurs premières érections, et vomis par tous les représentants du bon goût, qui ne disent pas non quand il s'agit de se branler sur Kim Basinger.

Voyez, je sens que je vais bien m'amuser !

Link to comment
Share on other sites

Ben non, l'échelle de Jacob à part la scène du métro est quand même bien chiant!

Liaison fatale est beaucoup plus prenant dans le domaine du thriller.

Et neuf semaines et demi, que dire.... le strip tease de Kim basinger enterre body double et showgirl les doigts dans le nez

Link to comment
Share on other sites

Puisqu'on reparle de "Flashdance", je ne peux résister à l'envie de vous ressortir une anecdote que je viens de lire dans l'extraordinaire bio de Don Simpson "Box Office".

 

A l'époque, Paramount hésitait entre 3 actrices pour le rôle. Jennifer Beals, Demi Moore, et Leslie Wing. Le producteur Michael Eisner n'arrivait pas à choisir entre les trois. Il a alors rassemblé un groupe d'hommes, des employés du studio, des chauffeurs de camions, etc... pour leur projeter les essais des trois actrices. Il a ensuite demandé aux types : "Avec laquelle de ces filles est-ce que vous aimeriez le plus baiser ?". Banco pr Jennifer !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...