Jump to content

Mortelle Randonnée - Claude Miller - 1981


Jeremie

Recommended Posts

 

Un détective surnommé L'oeil est engagé par un couple inquiété par la situation de leur fils et son étrange idylle avec un inconnue. En le pistant, l'Oeil s’intéresse à ladite inconnue, une tueuse caméléon qu'il va suivre à travers l'Europe, persuadé qu'il s'agit de sa fille disparue...

 

Un petit classique du polar français des 80's que je n'avais jamais vu et puis, le rappel fut vite fait : Adjani + Serrault + Miller + Audiard. Le résultat est en tout cas sacrément décalé (ce qui explique sans doute son échec à l'époque), thriller à la fois tordu, facétieux, traversé d'images bizarres (dont un meurtre au rasoir assez "gialliesque" dans une piscine) et de tics curieux (Serrault soliloque comme dans une pièce absurde, Stephan Audran débarque en laideron hystérique...). Adjani, mante religieuse blafarde, joue admirablement de son image glamour et dérangée, même si elle aura vite fait d'exploser tous les repères la même année chez Zulawski.

Moins réglo que Garde à Vue, mais plus fascinant, plus étrange. Sans aucun doute le genre de film qu'on ne verra plus sur un écran français...

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Pas complètement convaincu pour ma part... J'ai aimé l'ambiance globale bien barrée, le casting bien sur, ces persos tous un peu border-line, errants, tel des fantômes, ... et des éclats, qui parsèment le film, éclat de violence, de noirceur, de poésie... Mais bon, j'ai quand même trouvé le temps long au milieu de tout ça. Je comprends le délire, je comprends qu'on aime ce film, mais ça m'a pas captivé perso... Reste qd même une curiosité, atypique, à découvrir je pense, après, chacun accrochera ou non...

Link to comment
Share on other sites

  • 7 years later...

Un peu pareil que DPG. 

Un film inclassable mais j'essaye quand même : road movie neo-noir tragi-comico-onirique ? :D En tout cas Il y a de la virtuosité dans la mise en scène de Miller, certains plans ressemblent littéralement à des tableaux de maître. chouette casting également, score envoûtant, des éclats de violence qui débarquent sans crier gare...

Après tout le monde semble jouer dans un film différent, il y a des ruptures de ton à foison, et le couple Marchand/Audran qui cabotine jusqu'à l'overdose c'est quand même assez pénible. Quant aux dialogues, je sais bien qu'Audiard, tout comme Coluche et Desproges, c'est intouchable, en tout cas pour la génération de nos parents. Mais là j'ai trouvé ça vraiment too much et daté et ça a tendance à me sortir du film.

 

Bon la proposition est singulière, ça ne ressemble à rien d'autre, ce qui n'est pas si mal j'imagine mais je reste assez hermétique à cet univers.

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...