Jump to content

Le troisième homme - Carol Reed (1949)


Tomfincher

Recommended Posts

aka The Third Man

 

L'Américain Holly Martins, petit écrivain besogneux, se rend à Vienne sur l'invitation de son ancien compagnon d'études Harry Lime, qui lui a fait miroiter l'occasion de gagner de l'argent. Mais il y arrive pour assister aux obsèques de son ami, qui a été écrasé par une voiture dans la rue. Désireux d'en savoir plus, Martins rencontre d'anciens amis de Lime, tous quelque peu louches. Officiellement, deux d'entre eux auraient recueilli le corps de Lime juste après l'accident. Mais le concierge de l'immeuble où habitait Lime assure qu'un troisième homme se trouvait là...

 

Enfin vu ce film considéré comme l'un des meilleurs films Noir. Et effectivement, on nage en plein dans le genre. Un héros entraîné un peu malgré lui dans une enquête qui le dépasse, une femme qui cache un secret dont il tombe amoureux, le fameux troisième homme pourrait presque faire office de MacGuffin.

"Le troisième homme" baigne dans une ambiance vraiment étrange dans cette ville de Vienne où superbes immeubles bourgeois et ruines de la guerre se cotoient. Les protagonistes sont à la fois sympathique et inquiétants, amicaux et hostiles (la scène où le militaire exprime sa joie de rencontrer l'écrivain dont il adore l'oeuvre, avant de lui balancer une droite pour le calmer). Carol Reed en rajoute une couche avec un éclairage expressionniste, des cadrages penchés du meilleur effet, et en choisissant une musique entêtante donnant un ton décalé au film (cette musique au sitar, selon la scène, peut paraître humoristique ou inquiétante).

L'interprétation est très bonne, mais lorsque Orson Welles entre en scène, il bouffe littéralement l'écran, malgré un temps de présence très limité. Il y a une modernité incroyable dans son jeu par rapport aux autres comédiens. Un génie.

 

Le film est dispo en blu ray chez Studio Canal, visiblement dans une superbe copie. J'ai pour ma part vu le film sur Arte.

 

Link to comment
Share on other sites

J'ai le BR (l'ancienne édition mais je sais pas si le master a changé ou non) et il est très bien.

 

Quand au film, j'A-DORE ! Un vrai grand classique qui n'usurpe pas sa réputation. Une superbe ambiance, des personnages ambigus à souhait, un cadre incroyable avec cette ville coupée en zones à l'après guerre, une très belle mise en scène, et Welles Gros gros classique. Indispensable.

Link to comment
Share on other sites

Vu sur arte également... drôle de choix pour illustrer une soirée "Orson Welles", m'enfin bref.

Je n'avais jamais vu le film et comme souvent dans ce genre de cas, je m'attendais à quelque chose de plus épatant, foudroyant. J'espérais retrouver le sentiment de grosse baffe ressentit lors des visionnements de "Citizen Kane" ou "La soif du mal". Mais Reed n'est pas Welles.... La faite d'arte encore une fois C'est vrai quoi, programmé dans un autre contexte, je ne me serai pas attendu à "un film de Welles".

Ceci dit j'ai bien aimé le film, malgré quelques éléments un peu agaçants au niveau du scénario et l'identité évidente du 3e homme... il en aurait ceretainement été autrement si je l'avais vu plus jeune, mais là c'était zéro surprise.

Link to comment
Share on other sites

Tout comme Kero, vu pour la première fois cette semaine et même si il est évident que le film a des qualités, j'avoue être resté sur ma faim. Plusieurs scènes superbes (la poursuite, le porche avec le chat, ...) mais pas du tout la claque que j'espérais.

Par contre le doc a la suite m'a bien motivé a me retaper asap toute la filmo de Welles

Link to comment
Share on other sites

C'est vrai que faire une soirée théma consacrée à Orson Welles et ne pas diffuser un film qu'il a réalisé, c'était un peu abusé de la part d'Arte. Même si le doute a longtemps plané sur ce film, dont des séquences entières auraient été réalisées par Welles lui-même, rumeurs qu'il aura démenti bien plus tard.

Link to comment
Share on other sites

J'ai vu ce film à l'école en cours d'Allemand (!), en teuton non sous-titré (!!).

 

Autant dire que j'ai rien compris et copieusement détesté, donc.

 

Reste la scène du tunnel, qui m'a visuellement marqué.

 

A noter que la prof nous avait présenté le film comment étant de Welles.

Link to comment
Share on other sites

C'est sur, c’était beaucoup trop court pour aller dans le détail et j'aurais aimé l'entendre plus parler, lui.

Ma remarque c’était surtout que je n'ai pas revu les Shakespeare depuis l'école, sur VHS et rétroprojecteur moisi et la les quelques images en HD, ça fait bigrement envie.

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...