Jump to content

Le sang des innocents - Dario Argento - 2001


DPG
 Share

Recommended Posts

Giacomo Gallo perd sa mère, après que celle-ci soit la proie d'un tueur en série. le commissaire Ulysse Moretti se charge de l'enquête. Vingt ans plus tard, des meurtres identiques sur des jeunes femmes se produisent, et la police piétine. Ulysse Moretti reprend alors du service, avec l'aide de Giacomo

 

Je l'avais vu une fois en salles à sa sortie, puis une fois en DVD il y a un moment déjà. Retenté ce weekend, mi curieux, mi craintif. Dans mes souvenirs, c'était le dernier Argento potable, mais qu'en est-il une fois passé ce constat ?

 

Une œuvre assez bancale, avec quelques beaux restes, quelques (trop rares) fulgurances (l'intro dans le train), mais aussi des vrais ratés, des acteurs pas top, un rythme à la ramasse (quasiment 2h pour ça !) et une photo absolument immonde, digne des pires téléfilms allemands d'après midi. Au milieu de tout ça, les Goblin font ce qu'ils peuvent, avec du bon et du tout pourri, Argento est un peu en auto citation à tous les niveaux, mais ne retrouve jamais vraiment la grâce de ses œuvres passées... Ça se regarde gentiment, sans trop d'ennui (même si bon, les monologues de 10mn de Von Sydow à son oiseau, on s'en passerait...), c'est pas plus con qu'un bon nombre de giallos, mais il y a quand même trop de lacunes pour qu'on puisse parler de réussite, même mineure...

 

51H5Ff45q5L._SY445_.jpg

Link to comment
Share on other sites

Je me souviens que l'utilisation de fausses têtes animatroniques pour les scènes de meurtres avait un côté assez perturbant, mi raté mi chelou. Le bidule restait regardable, même si le plan séquence sur le tapis résume assez bien l'écart d'audace (comme chez DePalma) entre l'Argento d'avant et celui d'aujourdhui Je le reverrais bien tiens...

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Le dernier Argento que je n'avais pas encore vu. Me souviens qu'à l'époque on l'annonçait comme le grand retour du maestro. Un pur giallo, tourné en Italie, les Goblin à la musique ! Puis le film est sorti, les avis furent mitigés mais il est encore aujourd'hui considéré comme le dernier Argento potable.

 

Bon ben bof quand même hein. L'intro dans le train est bien sympa, puis laisse place à l'ennui. On est réveillé par quelques meurtres relativement gore, ça reste bien filmé, Dario a encore un peu de virtuosité par instants, von Sydow s'en tire pas trop mal... Mais alors qu'est-ce que c'est chiant et long, la photo (signée Ronnie Taylor !) est HIDEUSE, et l'interprétation globalement médiocre. Le score des Goblin oscille entre passable et atroce (cette fameuse scène de boîte avec du prog rock superposé sur de la grosse drum n' bass wtf !). Le twist final m'a confirmé ce que je pensais dès le début du film : on est sur un remake officieux et raté de Profondo Rosso.

 

Ça reste regardable, c'est pas honteux mais finalement je trouve que la première moitié des années 2000 est la pire période d'Argento. Le sang des innocents,The Card Player, Hitchcock-machin et ses épisodes de Masters of Horror... Que des trucs chiants et monotones. Au moins à partir de La terza madre c'est ultra z mais je m'amuse ! :D

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...