Jump to content

The power of the dog - Jane Campion - 2021


DPG
 Share

Recommended Posts

Originaires du Montana, les frères Phil et George Burbank sont diamétralement opposés. Autant Phil est raffiné, brillant et cruel – autant George est flegmatique, méticuleux et bienveillant. À eux deux, ils sont à la tête du plus gros ranch de la vallée du Montana. Une région, loin de la modernité galopante du XXème siècle, où les hommes assument toujours leur virilité et où l'on vénère la figure de Bronco Henry, le plus grand cow-boy que Phil ait jamais rencontré. Lorsque George épouse en secret Rose, une jeune veuve, Phil, ivre de colère, se met en tête d'anéantir celle-ci

Le dernier film de Jane Campion est une prod Netflix. Ce qui ne l'a pas empêché d'être couvert de récompenses aux 4 coins du globe (Golden Globe, Oscars, Lion d'Argent à Venise...). Mais qu'on ne s'y trompe pas, c'est paradoxalement un vrai film de cinéma, à des années lumière des DTV interchangeables que la firme SVOD produit à longueur d'années. On peut d'ailleurs vraiment regretter de ne pas avoir pu voir ce film en salles, car les paysages Neo zelandais sont assez bluffants et participent à la réussite du film. Car oui, le film est une réussite. A la fois très proche des thématiques actuelles (masculinité toxique) et complètement dans son époque (1925), charnière entre un monde archaïque (symbolisé par la figure du cowboy, en voie de disparition) et la modernité qui pointe doucement le bout de son nez dans les villes (auquel les études de médecine du fils peuvent renvoyer). Les personnages sont très travaillés, le tandem de frères fonctionne à merveille (Cumberbatch est excellent), Kirsten Dunst défend bien son perso de femme à la dérive, et le fils est très intéressant, avec une évolution assez fine, loin des clichés auxquels on pouvait s'attendre au début du film. Le film est à la croisée de plusieurs genres, entre western, drame et suspense. On ne sait pas toujours où tout cela va nous mener, mais les surprises arrivent sans tambour ni trompettes, sans effet de manche grossier, tout est limpide, sobre, clinique, au service de l'histoire. Je ne vais pas trop en dévoiler, mais clairement, je ne voyais pas le film aller par là. Bref, une belle réussite, prenant, profond, bien servi par des acteurs au sommet. Il faut un peu de temps pour rentrer dedans, mais ensuite, c'est du tout bon !

 

benedict-cumberbatch-the-power-of-the-do

Link to comment
Share on other sites

Pareil, beaucoup aimé. Ca prend son temps, mais le perso de Cumberbatch est génial, jamais où tu l'attends, et à chaque fois que tu te dis "c'est bon j'ai déjà vu ça 1000 fois je sais où ça va" le film arrive à te surprendre.

 

Et qu'est-ce que c'est beau, en effet, grosse frustration de ne pas l'avoir vu en salles.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...