Jump to content

Le Vaisseau De L'angoisse - Steve Beck (2002)


Léo
 Share

Recommended Posts

 

séduit par cette sublime affiche, j'avais décidé d'aller voir ce Ghost Ship le jour de sa sortie national:le 1er janvier 2003. j'étais evidemment seul dans la salle. je ne m'attendais pas à grand chose vu que c'est une prod Dark Castle, et finalement je me suis retrouvé devant... pas grand chose ! si ce n'est que je me suis rendu compte qu'il s'agissait du remake du déjà assez mauvais Bateau De La Mort.

 

le scénario est très conventionnel et sans surprises, les effets clippesques et effets de surprises foireux ne parviennent malheureusement pas à sauver ce tout petit film du naufrage si je puis dire. coté casting on retrouve la fadasse Julianna Margulies de Urgences et d'autres second couteaux comme Gabriel Byrne, Desmond Harrington ou encore Alex Dimitriades (de Hartley coeur à vif) qui fournissent le minimum syndical.

la réalisation est confié à Steve Beck (venu de la pub) qui se plie aux exigences des producteurs et qui fait son boulot sans grande motivation. reste que la mise en scène plate et impersonnelle s'avère tout de meme très soignée, qu'on à droit à un scope magnifique et à quelques très belles scènes gores. c'est tout.

bref, vous l'aurez compris, ce Vaisseau de l'Angoisse ressemble à n'importe-quel DTV friqué. il est passé complètement inaperçu lors de sa sortie et 3 ans plus tard il est complètement oublié, tout comme l'original ! je ne comprend d'ailleurs vraiment pas pourquoi les producteurs ont tenus à remaker le Bateau De La Mort, petite série z inconnue du grand public et complètement oublié, mais bon...

 

en revanche, j'aimerai bien lui donner une seconde chance. je suis sur que ça passe le temps sans trop qu'on s'emmerde !

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

D’accord dans l’ensemble

Faut avouer que la scène d’ouverture est vraiment très spectaculaire (meilleure séquence du film et de loin) elle m’avait complètement bluffer.

On reste 90 minutes devant à espérer voir une autre scène de cet acabit d’ailleurs.

Pour moi le plus faible des films de Dark Castle (Silver/Zemekis) au milieu de House on the Haunted Hill, 13 ghost, Gothika et House of Wax.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Vu hier soir... M'attendais à bien pire... Mais bon, moi les histoires de bateau fantôme, ça me fout la flippe... Alors j'ai un peu flippé vers le milieu...

 

Il y a une scène qui m'interpelle : celle du flash back avec la musique techno rock... J'ai trouvé ça, comment dire, intéressant même si cela tombe un peu à plat...

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

Vu ce soir

 

J’avais énormément de préjugé sur le film et je dois reconnaître que je suis assez surpris du résultat.

 

La scène d'ouverture est vraiment impressionnante et au début je ne savais pas quel film c'était et cela m'a donné envie de regarder la suite.

 

Et franchement dans l'ensemble on passe une bonne petite soirée devant un petit bis tout à fait honnête sans prétention mais avec une véritable envie de bien faire.

 

alors oui certaines scènes ne font pas flippées, la musique est LE gros point noir que vient foutre ses relents de métal dans un film qui joue avant tout avec nos nerfs et un décor propice à être anxiogène.¨Pourtant le reste de la musique est très agréable.

 

Côté casting rien à redire, c'est honnête sans plus, les effets "gore" sans être du niveau de la première scène sont bon (le coup du crochet ouch !). Par contre la scène du bal, ou Greer (le noir) voit tout se remettre en place autour de lui, est affreuse, la technique du fond vert est obscène !

 

Je pense que le film aurait gagné en sobriété, moins d'effets violents par les effets clipesques, la musique métal.

 

Enfin cela reste très acceptable

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Regardé ce soir.... et... mais... mais... mais c'est complètement nul!

Comme là haut, la scène d'ouverture m'a écarté les paupières, puis la suite devient gentiment connue (mais pas forcément chiante) pour nous emmener vers des eaux bien trop visitées auparavant. La révélation finale est d'une puissante connerie et finit par couler ce qui aurait pu finalement n'être qu'un film niais. A force de chercher à faire de grosses daubasses, on finit par faire de très grosses daubasses.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...