Jump to content

The Doom Generation de Gregg Araki (1995)


Dragonball
 Share

Recommended Posts

"The Doom Generation"

 

 

 

 

 

Road-movie où un jeune couple croise la route d'un homme mi-ange, mi-demon qui les entraîne dans un cauchemar psychédelique, surrealiste et comique.

 

Un excellent film sur lequel plane une sorte de mélancolie assez étrange. Le film, à la fois drole, émouvant, trash et parfois extrement violent évite de tomber dans les clichés inhérents au genre, que ce soit le road movie ou la Teenxploitation, puisqu'après tout, on a bien affaire ici à des adolescents rebelles dont la tentation aurait été très forte de donner un aspect caricatural.

Le trio d'acteur (James Duval, Rose McGowan, Cress Williams) est excellent et on s'attache très vite à celui ci.

On pourrait raprocher ce fillm de ceux de Larry Clarck et de leur vision désenchanté de l'adolescence et de la vie en générale. Cependant, il faut le préciser, "The Doom Génération" surpasse de loin, en intensité et en émotion, la plupart des films de ce dernier.

 

UNe bonne petite claque !

Link to comment
Share on other sites

Le trio d'acteur (James Duval, Rose McGowan, Cress Williams) est excellent et on s'attache très vite à celui ci.

On pourrait raprocher ce fillm de ceux de Larry Clarck et de leur vision désenchanté de l'adolescence et de la vie en générale. Cependant, il faut le préciser, "The Doom Génération" surpasse de loin, en intensité et en émotion, la plupart des films de ce dernier.

 

 

Comment rapprocher ce film de ceux de Larry Clark? Un couple post-ado attardé - musclé, tatoué style fun cul-cul-, des scènes gores-fun - le cuisinier, le bras dans la portière-, on est vraiment à cent lieux des ados désenchantés, entraînés dans une lente et sourde autodestruction.

Personnellement, je trouve qu'Araki n'arrive pas à la cheville de Clark.

Link to comment
Share on other sites

Je m'incruste un peu dans la discussion...

 

Moi aussi j'ai un peu de mal à rapprocher les films de Araki à ceux de Clark.

 

L'univers de la Trilogie d'Araki (Teen Apocalypse), c'est trés basé ado-drogue-ambiguité sexuel etc... Alors que chez Clark on à souvent l'impression qu'on est dans une logique "Documentaire" / Tranche de vie.

Néanmoins j'apprécie le travail des deux.

 

Quand on regarde Doom Generation pour la premiere fois (sans qu'on en ai jamais entendu parlé) ça fait son petit effet... On se cale bien dans le fauteuil et on se dit "c'est quoi ce truc" ... L'effet film "OVNI" c'est souvent sympa...

Link to comment
Share on other sites

Je l'aime bien, ce DOOM GENERATION.

C'est sans aucun doute maladroit, mais c'est trash, vulgaire et pouilleux, c'est rentre dedans et pas subtile pour un pet. Mais en même temps, c'est la volonté de son auteur et il ne s'éloigne pas d'un iota de son objectif: déranger le conservateur Américain.

Pour l'avoir vu aux States en présence d'un bon ricain qui avait bien roulé sa bosse, ce film était un affront ultime, une insulte à tout ce que son pays pouvait représenter. Il est clair qu'il perd de son impact après avoir traversé l'Atlantique, mais il n'en reste pas moins efficace.

Link to comment
Share on other sites

Apparemment ce film est sorti en Z2, et il est épuisé.

Curieux, je ne me souviens pas du tout de sa sortie.

 

Oui, sortit en Zone 2 il y a deux ou trois ans. Je l'avais vu, et me disant "je le prendrais la prochaine fois" j'était passé à coté...Je crois que le DVD précisait qu'il s'agissait d'une version "INTEGRALE" alors que la VHS était elle même intégrale (que peuvent ils vouloir couper???)

Link to comment
Share on other sites

Le Z2 est mien, acheté dans une foufouille à DVD/CD pour 15 euros (gaspp..).

 

Introuvable, je n'en suis pas si sûr, faut fouiller.

 

Le film:

Okay avec Dragonball pour le rapprocher de Clark. Mais, même si... on est dans même dans la même sphère, la démarche artistique est foncièrement différente, il n'est qu'à comparer les deux film mainstream des deux auteurs, à savoir respectivement Mysterious skin et Another day in paradise, pour toucher du doigt cette différence de traitement.

 

La trilogie Teen apocalypse d'Araki m'a sauté au visage en même temps que la découverte de Brett Easton Ellis alors j'ai souvent tendance à les rattacher (surtout Nowhere), même si là aussi le traitement et le rendu sont bien différents.

 

Un vrai questionnement intelligent sur la jeunesse américaine (occidentale) c'est ça qui fait point commun entre ces 3 univers. Je suis fan, absolument.

Link to comment
Share on other sites

mouais bof. Vu au cinéma ... ca crie beaucoup, ca baise mais on voit rien ... un film d'ardo atardé qui veut casser ses jouets, avec un peu de talent mais qui ne sait pas trop quoi dire ...

 

 

Et l'autre va défendre les films avec Ben Affleck.

Ce type est une anomalie

Link to comment
Share on other sites

Le gros probléme de ce type de films, c'est qu'ils prennent 10 ans chaque jour, ca parait super daté quand on le revoit aujourd'hui...

Il date de 95, il est sorti en France pendant l'été (entre BAD BOYS et BATMAN FOREVER), c'était un bon petit film orgiaque et pop mais curieusement assez peu bandant.

 

La MacGowan est assez fade meme quand elle se désape, à la limite elle est plus sexy dans CHARMED (meme si la série ne vaut pas un clou!).

 

La B.O était sympa (j'ai le cd sous les yeux, il y a Jesus And Mary Chain, Cocteau Twins, Meat Beat manifesto, The Verve pour ne citer que les plus connus).

Link to comment
Share on other sites

c'est marrant la facilté des gens, soit à vous ressortir des choses qui n'ont rien à voir (Affleck, Sandler etc ... ) soit à vous comparer à n'importe quoi ... surtout quand on est pas d'accord avec eux

 

 

C'est vrai.

Mais dans ton cas, je ne te compare pas à n'importe quoi, je te compare à Richard Kiel

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...