Jump to content

My Blueberry Nights - Wong Kar-Wai (2007)


Cyril
 Share

Recommended Posts

Syno:

Après une rupture douloureuse, Elizabeth se lance dans un périple à travers l'Amérique, laissant derrière elle une vie de souvenirs, un rêve et un nouvel ami - un émouvant patron de bar - tout en cherchant de quoi panser son coeur brisé. Occupant des emplois de serveuse, Elizabeth se lie d'amitié avec des clients dont les désirs sont plus grands que les siens : un policier tourmenté et sa femme qui l'a quitté, une joueuse dans la déveine qui a une affaire à régler.

A travers ces destins individuels, Elizabeth assiste au spectacle du véritable abîme de la solitude et du vide, et commence à comprendre que son propre voyage est le commencement d'une plus profonde exploration d'elle-même.

 

Première incursion américaine pour WKW et c'était pas si mal.

Bon déjà pour la photo il a dégagé le très bon Christopher Doyle pour prendre à la place excellentissime Darius Kondji et on est pas lésé car c'est juste magnifique.

 

Après c'est quand même du WKW pour les nuls car il reprends pas mal de chose qui on fait son succès, comme les plans ou il manque volontairement des images dans les déplacements des protagonistes à l'écran ou la répétition de musique a certain moment clef.

 

Mais Jude Law et surtout Norah Jones remporte toute notre adhésion, ils sont super "craquant" et sont la plus grande qualité du film, l'histoire entre David Strathairn et Rachel Weisz est pas mal sans plus, celle avec Natalie Portman est vraiment plaisante (et relance le rythme du film), d'ailleurs voir cette dernière en joueuse de poker bitch n'est ma fois pas déplaisant à l'oeil

 

Bon pour résumer car je m'égare, on est en terrain connu et c'est aussi pour ca qu'on l'aime le WKW, bien moins chiant que 2046 mais pas aussi ultime que Chungking Express.

Link to comment
Share on other sites

J'avais bien aimé ce retour à un cinéma plus léger à la Chungking express. Je trouve aussi que le format film à sketch sied (c'est comme ça qu'on conjugue ce verbe ?) bien à Wong Kar-Wai qui est le genre de mec qui ne s'est jamais fait chier à écrire un scénario, ce qui a tendance à se voir sur un film trop long (genre in the mood for love).

 

Par contre, c'est pas non plus super renversant, et surtout, la coiffure de Nathalie Portman est tout simplement impossible :

 

 

En mouvement c'est encore pire.

 

Dernier reproche enfin, on aurait voulu plus de Chan Marshall.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Un joli film, mais pas franchement étonnant quand on connaît un peu Wong Kar Wai. C'est chouette parce que ce n'est ni un film romantique hollywoodien à base de gros violons, ni un film romantique indépendant (même si on s'en rapproche plus) à base de de guitar folk. Non, là, c'est du piano et la douce voix de Norah Jones. Ce sont des jump cut, une jolie réal de Wong Kar Wai (les séquences dans le restau de Jude Law, où on ne voit les personnages qu'à travers des néons ou des vitres... Il arrive également à faire de Rachel Weisz une femme fatale en un plan), une superbe photo de Darius Khondji.

C'est très soigné, c'est mignon et pourtant ça n'a rien de révolutionnaire, car c'est pas mal calqué sur Chungking Express. Marrant d'ailleurs de voir que les deux actrices principales sont deux chanteuses à succès qui n'avaient que peu ou pas tourné avant (Norah Jones et Faye Wong pour ceux qui ne suivent pas).

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...