Jump to content

The Oregonian - Calvin Lee Reeder (2011)


Florent
 Share

Choisissez le meilleur titre Français pour le film  

6 members have voted

  1. 1. Choisissez le meilleur titre Français pour le film

    • Le grand oignon blanc
      5
    • Ne se prononce pas
      1


Recommended Posts

 

Projection prévue à l'étrange festival 2011.

 

There is a place. A place where the skies are wide and the forests are thick--and strange. You can lose yourself forever in these woods. You'll meet truckers with problems and old women with strange powers. You may even make a furry friend. Just be sure to stay quiet. Spend some time with a woman from Oregon who is lost on the road and running away from her past. Now she has a chance to experience everything the grotesque Northwest has to offer, whether she likes it or not.

 

XE7lxnhqYJ8

Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

Je remonte un peu le topic pour poser une question sur ce film que j'ai vu lors du festif Hallucination Collective :

 

- Quel était le but du réalisateur en tournant se film ? Car j'avoue avoir été mais alors complètement largué, j'ai eu aucune clé pour comprendre ce qui se passait. Pourquoi est-ce qu'elle est sujet à toutes ces hallucinations ? Qui est cette vieille folle ? (L'incarnation de sa démence ?) etc...

 

C'est clairement un film qui te prend au trip et qui t'en met plein la gueule mais alors niveau compréhension > 0 :/ Si vous avez des éclaircissements je suis preneur ! A moins que la raison soit simple : On veut faire perdre tout repère au spectateur et on l'embarque dans un trip sous acide ?

Link to comment
Share on other sites

Je crois que tu as répondu toi-même à ta question.

Perso, j'ai compris des trucs, mais pas tout. Et je m'en fous, le film m'a secoué dans tous les sens, m'a agressé salement et m'a captivé et fait réagir de fort belle manière, même si la dernière partie est peut-être un poil longue.

Mais ça reste bien mortel, le genre d'expérience pour laquelle tu te déplaces au cinoche.

 

Et la vieille m'a terrorisé

Link to comment
Share on other sites

Beaucoup apprécié également malgré quelques répétitions et quelques emprunts absurdo-terrifico-lynchiens qui passent à coté (ex. le barbu qui surgit derrière le fauteuil ou les cris très accentués qui au bout d'un moment ont déplacé mes deux index dans mes deux oreilles).

Bonne expérience, bon trip sinon.

Vivement le 2.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

avec le recul je regrette de ne pas l'avoir vu à l'étrange festival

 

mais je vais pouvoir me rattraper avec la sortie le 19 septembre ? même pas je repars le matin de paris après l'étrange festival

 

est-ce que le film aura droit à une avant première dans Paris en Septembre ?

y'a moyen d'organiser une projo sur Nice ?

 

 

vivement le dvd...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Bon je suis clairement pas la cible, donc j'ai pas du tout accroché et j'ai maudit le real et son cadreur pied beau-alcoolo pendant 1h (oui, j'ai acceleré ).

 

pour moi c'est du gros gros foutage de gueule adolescent "on va refaire du lynch, tant pis si on a juste la camera de pépé, à moitié pétée pendant la premiere guerre"

 

apres, je suis content pour l'actrice, talentueuse, et si des gars apprecie ce trip sous acide en haute loire américaine.

Link to comment
Share on other sites

L'ambiance est quand même plus noïsy que dans un Lynch, l'image et le son sont plus durs, et en terme de narration, on revient à la radicalité d'une oeuvre comme Dementia. Après, je comprends qu'on adhère pas, c'est clairement pas un film qui prend ses spectateurs pour des clients, mais ceux qui ont joué le jeu et sont rentrés dedans ont trippé comme jamais.

Crois moi, on s'est bien rendu compte de la difficulté que ce serait de diffuser un tel ovni, mais comme à titre perso, j'avais pas eu peur au cinéma depuis bien longtemps, je me suis dit que ce serait dommage de ne plus pouvoir voir ce film autrement qu'en dvd, alors qu'il est clairement taillé pour la salle.

Link to comment
Share on other sites

Non mais je comprends tout à fait aussi qu'on puisse trippé dessus (surtout que c'est plutot bien interprété).

 

mais bon quand je le matais, je me suis souvent dis "putain, mais ca serait pas les mecs des OZONE ou ABOMINATION qui se recycleraient?"

 

Mais donc sincère bonne chance

 

ps: je debarque, je savais pas que c'etait toi le distrib. cool! je croise les doigts pour toi!

 

par curiosite, tu sais le budget du truc?

Link to comment
Share on other sites

Ozone et Abomination? Mec, il faut arrêter le crack, ça n'a juste rien à voir. Déjà, on est pas dans un produit d'exploitation baclé, c'est un film, purement sensoriel, à la photo et au sound design travaillé à l'extrême et qui se permet de ne chercher à séduire directement le spectateur en lui apportant toutes ses clés sur un plateau TV. Tu kiffes pas, j'ai pas de soucis avec ça, mais faut savoir se mesurer.

Link to comment
Share on other sites

La photo travaillée ? Heu quelle photo ? C'est quasiment en lumière naturelle. Maintenant comparer ça à Ozone effectivement c'est pas mal Mais sinon je pense qu'il n y a pas de spectateurs pour ça. C'est un trip qui marchera en Festival car c'est "différent" même si en sortant le 3/4 de la salle aura mal aux oreilles. Mais en salle en 2012 ?

Link to comment
Share on other sites

Ah ça je le sais, je filme souvent en lumière naturelle. Mais bon suivant les lieux la lumière change pas souvent. En Normandie tu passes rarement du soleil qui crame aux nuages cotonneux Après le chef op sait quoi faire pour que les plans ne sautent pas aux yeux à chaque fois à cause de la lumière. C'est le minimum syndical. Même moi avec mon 5D je sais régler ça et avec un bon étalonneur tu peux rattraper ça sauf si différence trop flagrante bien sûr mais là bon c'est pas de bol si entre 2 plans on passe de la lumière après la pluie à un soleil de plomb

Dans ce film le choix artistique est de filmer en lumière naturelle et j'adore ça. Donc je ne remets pas en cause ce choix. Je dis juste que dire que c'est une photo travaillée c'est faux à mes yeux. Mais je trouve ça joli. Après je suis pas fan du film pour d'autres points mais surtout pas celui là ...

Link to comment
Share on other sites

Et toi ? Je peux le sortir aussi En 16 ou avec n'importe quelle caméra, tu t'adaptes à la lumière naturelle. J'ai tourné en lumière naturelle donc oui je sais que parfois c'est ultra compliqué. Mais encore une fois j'adore ça car tu as plus de liberté que de te faire chier à changer les lumières à chaque plans mais c'est aussi compliqué car tu dois gérer une lumière qui peut changer. Mais j'ai filmé ça https://vimeo.com/46037316 en lumière naturelle intégrale, sans ampoules ou reflo et je me souviens avoir testé l'appareil sur des lumières totalement différentes et en avoir bien chié pour avoir des profondeurs et des flous de toutes tailles. (Je ne dis pas que c'est génial car j'ai fais ça pour m'entraîner justement) Mais y a pas ça dans ce film. C'est pas un film qui joue sur les profondeurs ou les flous ou un travail de composition. Donc oui la lumière je connais un peu crois moi Je tourne beaucoup en lumière naturelle et j'en chie mais jamais je ne dirais que je l'ai travaillé comme je peux travaillé une lumière avec 5 mandas. Et la lumière faut savoir la gérer avec n'importe quelle caméra, c'est pas parce que tu filme au 5D que tu ne dois pas connaître les bases de ta caméra. Mais bon je reconnais bien ton côté puriste

Link to comment
Share on other sites

Mais moi je prétend pas filmer, juste entre la lumière naturelle au 5D où tu peux voir directement ton rendu sur un petit écran, et l'utilisation de différentes caméra 16mm (2 pour The Oregonian), où le combo ne peux servir qu'a voir ton cadre, absolument pas le rendu photographique, il y a une vraie différence. Obtenir un résultat cohérent et homogène, dans ce cadre, et avec une direction artistique aussi radicale, ça se fait pas en claquant des doigts.

Link to comment
Share on other sites

Tu peux tjs voir ton rendu malgré tout et crois moi faut jamais se fier au petit écran. Moi je rentrais le soir pour directement voir les dégâts. Mais attention, je n'ai pas dis que c'était pas du boulot. Juste que c'est pas travaillé à mes yeux. C'est naturel est c'est joli. J'adore ce style et j'aime beaucoup la mise en scène aussi d'ailleurs. Ma critique sur ce film ne concernait pas l’emballage que j'aime beaucoup (comme l'actrice que j'ai envie de baiser) mais le fond.

 

D'ailleurs c'est quoi les projets du réal ?

Link to comment
Share on other sites

"innocence of Matt Devlen"...

 

Attention Tanzi, je voulais pas foutre la merde. c'est pour ca que j'ai dis que ca ME faisait penser a Ozone et Abomination, mais c'etait plus pour le coté redneck crapouilleux qu'autre chose.

 

edit: par contre, j'aime beaucoup votre affiche, beaucoooopp mieux que celle des US ci dessous !

Link to comment
Share on other sites

Ouais c'est pas mal. Un long bad trip d'1h20 (d'ailleurs je ne me risquerai pas à matter la chose en étant défoncé ) dont la bande son semble avoir été composée par Throbbing Gristle. On y trouve un nombre incalculable de plans que n'auraient pas reniés les Sonic Youth pour en faire leurs pochettes d'albums il y a 25 ans. Ça ne m'a pas fait flippé, ni mis mal à l'aise mais ce fut une bonne expérience. Ça prends au tripes c'est clair. En tout cas il y a une vraie mise en scène et une excellente direction d'acteurs.

Après bon c'est quand même un peu chiant par moments et la fin accuse une petite baisse de rythme. En fait ça pourrai aussi bien durer 30 minutes ou 6 heures que ça reviendrai au même, vu que le film mène un peu nul part, mais c'est pas un reproche hein.

 

Bref, l'impact doit être effectivement beaucoup plus fort en salle, par contre j'espère que des bouchons d'oreilles sont distribués avant chaques séances !

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...